« élargir », définition dans le dictionnaire Littré

élargir

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

élargir

(é-lar-jir) v. a.
  • 1Rendre plus large. Élargir une rue, un fossé. Je sens leur dent cruelle élargir ma blessure, Ducis, Lear, III, 8. Durant deux saisons de clémence, Mon église élargit l'étroit sentier des cieux, Gilbert, le Jubilé.

    Rendre plus étendu. Non content de m'avoir rendu la liberté, Tu veux sur leurs États élargir mon empire, Racan, Psaume 30.

    Terme de gravure. Élargir les tailles, rendre plus larges les espaces qui sont entre les tailles.

    Fig. Rendre plus vaste, plus étendu. Élargir ses idées, la sphère de ses connaissances.

  • 2 Terme de manége. Élargir un cheval, lui faire embrasser, dans ses exercices, plus de terrain qu'il n'en occupait ; lui faire serrer le mur dans le manége. Élargissez votre cheval, se dit à l'élève qui laisse rentrer son cheval dans le manége.
  • 3Mettre hors de prison. Élargir un prisonnier. Après quatre ans et demi de prison, il [Pellisson] fut élargi, D'Olivet, Hist. de l'Acad. t. II, p. 291, dans POUGENS.
  • 4Accorder comme une largesse. L'esprit de la grâce nous est élargi, Bossuet, I, Pent. 2.

    Ce sens vieillit ; c'est un archaïsme ; voy. l'historique.

  • 5S'élargir, v. réfl. Devenir, être plus large. Mes souliers s'élargissent. La rivière s'élargit en cet endroit. La chaussée commençait à s'élargir, Vaugelas, Q. C. liv. IV, dans RICHELET.

    Se mettre au large. Les ennemis n'eurent pas le moyen de s'élargir, Vaugelas, ib. liv. III, ch. 7, dans RICHELET.

    S'agrandir dans son domaine. La grande route l'empêche de s'élargir.

    Fig. Gagner de l'étendue, en parlant des idées, de l'esprit.

    Se mettre en liberté. Çà, pour nous élargir, sautons par la fenêtre, Racine, Plaid. I, 3.

  • 6Ancien terme de mer. S'élargir, s'éloigner d'un autre vaisseau, ou de la terre, gagner le large.

HISTORIQUE

XIIe s. Ma parole est eslargie sur mes enemis, kar esleecié [réjoui] sui el [au] salveur, Rois, 6. Normandie pren e saisis, Si t'en essauce et eslargis, Benoit de Sainte-Maure, II, 13562. Par la grace de Jhesu Crist, Qui tut le bien qu'as t'eslargit…, Benoit de Sainte-Maure, II, 6555.

XIIIe s. Tant cum il plus alad avant, E plus s'alad asseürant, Car li punz [le pont] lui ellargisseit, Marie de France, Purgatoire, 1307. Quant tu eslargesis mon cuer…, Psautier, f° 146. La rose auques [un peu] s'eslargissoit, la Rose, 3373.

XIVe s. Soit eslargie la plaie par dehors jouste le dart, tant que le dart qui doit estre trait puisse estre souffisanment pris et trait hors, H. de Mondeville, f° 37. Quant l'un oil est clos, la pupille de l'autre s'eslargit, H. de Mondeville, f° 17.

XVe s. Et avecques tous biens dont il s'eslargissoit, il [Urbain] octroioit au roi et à ses oncles un plein dixieme par toute Angleterre à prendre et à lever, Froissart, II, 207. Le dit Jehan en donnant la caution, quant il fut eslargi [mis hors de prison], Bibl. des Chartes, 4e série, t. II, p. 69.

XVIe s. À ses enfans la pierre pour du pain Ne donne point ; mais sa benigne main Nous eslargit ce qui est necessaire, Marot, I, 297. Je vous descriray une lampe moyennant laquelle estoyt eslargie lumiere par tout le temple, Rabelais, Pant. V, 41. Nostre ame s'eslargit d'autant plus qu'elle se remplit, Montaigne, I, 139. Caton demanda si les senateurs qu'il faisoit retirer s'estoient eslargis du port d'Utique, Montaigne, I, 340. Nul moyen de refreschir ou d'eslargir son armée si les maladies s'y mettoient, Montaigne, I, 356. Ilz s'augmenterent et eslargirent de plusieurs terres qu'ils conquirent sur les Arcadiens, Amyot, Lyc. 2. Ilz voulurent eslargir et estendre leur poincte droitte pour envelopper Epaminondas, Amyot, Pélop. 40. Il se levoit un petit vent de terre, qui leur suffiroit pour s'eslargir en haulte mer, Amyot, Marius, 67. Les mesprisez sont retirez de la fange, les affligez et oppressez sont eslargis de leurs angoisses, Calvin, Instit. 20. …Que les plus aisez et plus zelez des particuliers soient exhortez par les ministres et consistoires de s'eslargir à donner quelque notable somme, D'Aubigné, Hist. III, 371. Le dit ambassadeur se seroit eslargi [aurait pris la liberté] jusques à dire, Du Bellay, M. Mém. liv. V, f° 150, dans LACURNE.

ÉTYMOLOGIE

É- pour es- préfixe, et large ; picard, élarguir ; provenç eslargar, eslargir ; ital. slargare.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÉLARGIR.
1Ajoutez :

Élargir des règles, les rendre moins rigoureuses. Ils élargiraient peut-être les règles plus que je ne fais, Corneille, Lexique, éd. Marty-Laveaux.

7 Fig. S'étendre, devenir plus large. Tout le soin du grammairien est en l'agencement des paroles ; il s'élargit bien quelquefois jusqu'à l'histoire, Malherbe, Lexique, éd. L. Lalanne. C'est par lui que la foi plus fortement agit, Que l'espérance a de quoi croître, Et que la charité s'enflamme et s'élargit, Corneille, Imit. IV, 620.

HISTORIQUE

XIVe s. Ajoutez : Maquars qui trait l'iaue as pisseniers de douce yaue, Robin c'on dit Argent et Henris li parmentiers sont eslargit de leur prison (1333), Varin, Archives administr. de la ville de Reims, t. II, 2e part. p. 672.