MARIE DE FRANCE, auteur cité dans le Littré

MARIE DE FRANCE

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MARIE DE FRANCE a été choisie.

poétesse anglo-normande du XIIIe siècle

148 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Aucune œuvre identifiée, le travail d'identification des œuvres reste à faire sur cet auteur.

Quelques citations de MARIE DE FRANCE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 148 citations dans le Littré.

  1. Si cum variout la colurs, [ils] Aveient diverses luurs.
    Purgat. 1625 (varier)
  2. Rien seit chaz cui barbes il loiche [lèche].
    Fabl. 20 (chat, chatte)
  3. Formaiges qui dedens esteient Et sur une cloie giseient.
    Fable 14 (claie)
  4. Les logarithmes permettent de remplacer la multiplication et la division par une addition et une soustraction, la formation d'une puissance par une petite multiplication, l'extraction d'une racine par une petite division ; l'usage des logarithmes est si fréquent, l'invention en est si belle, que j'ai cru ne pas travailler inutilement pour les personnes… ,
    Des logarithmes et de l'usage des tables (logarithme)
  5. E prestre, diacne e chanuigne, E subdiacne, e acolite.
    Purgatoire, v. 1549 (sous-diacre)
  6. Li lox [le loup] à la sorse beveit, E li aigniaus à vaul esteit.
    Fabl. 2 (source)
  7. N'i out keville ne closture Ke ne fut tute d'ebenus.
    Gugemer. (cheville)
  8. [La dame] Qui aukes [un peu] est jà eskaufée Del fu [feu] dunt Gugemer se sent.
    Gugemer. (échauffer)
  9. N'i ot codre [coudrier] ne chastainier, U il ne mettent laz u glu, Tant que pris l'unt [l'oiseau] e retenu.
    Laustic. (glu)
  10. Il veient [voient] eve e punz levez, Feu et maisuns e bois et prez.
    Purgatoire, 79 (pont-levis)
  11. Od [avec] lur langues, qui mult sunt fuines, [ils] Percent lur cors e lur petrines.
    Purgatoire, 1003 (poitrine)
  12. Li cox [le coq] respunt : si dei-ge faire, Maudire l'ueil qui vieut cligner, Alors qu'il devreit veillier.
    Fab. 51 (cligner)
  13. Quant li soleiz, fet ele, est hauz, On [au] tans d'estei si est li chauz, Que rienz ne laist fructifier, E terre e herbe fet sechier.
    Fable 6 (fructifier)
  14. En la trace du sang [elle] s'est mise, Qui du chevalier degutot.
    Yvenec. (dégoutter)
  15. Va, si li di qu'il vigne [vienne] à mei ; M'amor li metrai à bandun.
    I, 488 (abandon)
  16. L'aventure des dameiseles qui esteient serur gemeles.
    Frêne. (sœur)
  17. U il aura hastif securs, U li esteut [il lui faut] vivre à reburs.
    Gugemer. (rebours [1])
  18. Seiner [saigner] se fet cuntre sun mal ; Al terz jur dist k'il baignereit [se baignerait].
    Equitan. (baigner)
  19. Lors [ils] regretent lur bon segnur Cui il firent la deshonur.
    t. II, p. 149 (déshonneur)
  20. Car destinée i envoia Une culuevre grant et fort, Qui les deveure e trait à mort.
    Fable 26 (couleuvre)