MARIE DE FRANCE, auteur cité dans le Littré

MARIE DE FRANCE

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MARIE DE FRANCE a été choisie.

poétesse anglo-normande du XIIIe siècle

148 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Aucune œuvre identifiée, le travail d'identification des œuvres reste à faire sur cet auteur.

Quelques citations de MARIE DE FRANCE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 148 citations dans le Littré.

  1. [Il] Vit une bisse [couleuvre] od sun foün [petit] ; Tute esteit blaunce cele beste, Perches de cerf out sur la teste.
    Gugemer. (perche [2])
  2. La serpent au vilain proia…
    Fabl. t. II, p. 267 (serpent)
  3. En la trace du sang [elle] s'est mise, Qui du chevalier degutot.
    Yvenec. (dégoutter)
  4. Ki [celui à qui] Deus ad doné en science De parler la bone eloquence, Ne s'en deit taisir ni celer.
    Prologue. (éloquence)
  5. Quant il furent bien arivé, Le pont [il] mist jus, ancre ad geté.
    Eliduc. (ancre)
  6. D'un lairon cunte qui alla Berbiz embler, qu'il espia Dedans la faude [étable] à un vilain.
    Fabl. 28 (faude)
  7. Si sunt li autre meins [moins] peneit [tourmentés], Qui meins firent d'iniquiteit.
    Purgatoire, V. 1775 (iniquité)
  8. U il aura hastif securs, U li esteut [il lui faut] vivre à reburs.
    Gugemer. (rebours [1])
  9. U [au] munde n'a si bel oisel ; Fust tieus [tel] ses chans cum est ses cors, Il vauroit mix [mieux] que nul fins ors.
    Fable 14 (chant [1])
  10. Marie ai num, si sui de France.
    t. II, p. 401 (nom)
  11. Sur les ortilz des pisz [ils] esteient.
    Purgatoire, 1157 (orteil)
  12. Od [avec] lur langues, qui mult sunt fuines, [ils] Percent lur cors e lur petrines.
    Purgatoire, 1003 (poitrine)
  13. Puiz lur fait à tuz demander, Se nus [aucun] l'en seit mediciner.
    Fable 7 (médeciner)
  14. Le punt vus estuet [il vous faut] espruver, Cum vus porrez outre passer.
    Purgat. 1276 (éprouver)
  15. Si cum variout la colurs, [ils] Aveient diverses luurs.
    Purgat. 1625 (varier)
  16. D'un gresillon dist la meniere, Qui dusqu'une fromieere El tans d'yver esteit alez.
    Fable 19 (fourmilière)
  17. Issi [ainsi] avient, cum dit vus ai ; Li Bretun en firent un lai De Equitan, cum il fina, E la dame qui tant l'ama.
    Equitan. (lai [2])
  18. Sire compaing, ci en vient une ; Mais ele n'est fauve ne brune ; C'est la plus bele de cest munt [monde], De tutes celes qui i sunt.
    Lanval. (fauve)
  19. Des puiz d'enfer ist cele ardurs, Où nos dampnez seront tuz jurs.
    Purgatoire, 1265 (ardeur)
  20. Les logarithmes permettent de remplacer la multiplication et la division par une addition et une soustraction, la formation d'une puissance par une petite multiplication, l'extraction d'une racine par une petite division ; l'usage des logarithmes est si fréquent, l'invention en est si belle, que j'ai cru ne pas travailler inutilement pour les personnes… ,
    Des logarithmes et de l'usage des tables (logarithme)