MARIE DE FRANCE, auteur cité dans le Littré

MARIE DE FRANCE

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MARIE DE FRANCE a été choisie.

poétesse anglo-normande du XIIIe siècle

148 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Aucune œuvre identifiée, le travail d'identification des œuvres reste à faire sur cet auteur.

Quelques citations de MARIE DE FRANCE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 148 citations dans le Littré.

  1. Il veient [voient] eve e punz levez, Feu et maisuns e bois et prez.
    Purgatoire, 79 (pont-levis)
  2. Il lur respunt : n'en dutez mie, Que cointe beste avez choisie, Preste et isnele et emprenanz.
    Fable 37 (preste)
  3. Une ewe ki desuz cureit ; Braz fu de mer, hafne [havre] i aveit.
    Gugemer. (bras)
  4. Un escoufles aleit volant, Vit la soriz si haut pipant, Ses eles clost, à vaul descent, Li e la raine ensanble prent.
    Fab. 3 (aval)
  5. Si ces peines esteient mises Contre les autres e assises, N'i aureit il comparisun Plus que de l'egle e del pinçun.
    Purgatoire, 1407 (pinson)
  6. Li diable les rostisseient, Divers metaus sur eus fundeient.
    Purgatoire, 1099 (métal)
  7. Uns huns [un homme], ce dit, entasseit blé, Et l'arunde l'a esgardé ; Cum li moinet dehors esteient, Qui au blé adeser n'oseient, L'arundele les apela… Li moinel se sunt desturné… Li vileins dist ceste parole ; Et li arunde, qui fu fole, As moissuns [moineaux] l'ala tost cunter ; Si les fist en la granche entrer. Li vilainz a ses engins faiz, Les moinaus pris et à mort traiz.
    t. II, p. 349 (moineau)
  8. Au bois [le bûcheron] ala pur demander à chascun fust [arbre] qu'il pot trover, Dou quel il peüst menche prendre.
    Fable 23 (manche [1])
  9. Li bues [le bœuf] de ses cornes le boute [le lion malade] ; Et sor li pissa li goupiz [le renard].
    Fable 15 (pisser)
  10. N'i ot codre [coudrier] ne chastainier, U il ne mettent laz u glu.
    Laustic. (châtaignier)
  11. La corneille fut en agait, Avant ala, le bec uvri, Fiert l'escaille…
    Fabl. 13 (corneille [1])
  12. Dou leon conte li escriz, Ki deffais ert [était] et enveilliz ; Malades jut mult longuement, Del relever n'i ot noient.
    Fable 15 (relever)
  13. U il volsist, u il dengnast, Au leu [loup] covint qu'il l'emportast.
    Fable 62 (dénier)
  14. Auquans en vit [il en vit quelques uns] mis en espeiz [épieux], E rostis od soufre e od peiz [poix] ; Li diable les rostisseient.
    Purgatoire, V. 1098 (rôtir)
  15. Tel en pensé, tel en la buche.
    Fab. 82 (bouche)
  16. Car destinée i envoia Une culuevre grant et fort, Qui les deveure e trait à mort.
    Fable 26 (couleuvre)
  17. Tels esteit la diversetez De cels qu'en cel champ ad trovez.
    Purgatoire, 987 (diversité)
  18. Ki [celui à qui] Deus ad doné en science De parler la bone eloquence, Ne s'en deit taisir ni celer.
    Prologue. (éloquence)
  19. Lors [ils] regretent lur bon segnur Cui il firent la deshonur.
    t. II, p. 149 (déshonneur)
  20. [Il] Vit une bisse [couleuvre] od sun foün [petit] ; Tute esteit blaunce cele beste, Perches de cerf out sur la teste.
    Gugemer. (perche [2])