Benoît de Sainte-Maure, auteur cité dans le Littré

BENOIT DE SAINTE-MAURE (1120?-1173)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BENOIT DE SAINTE-MAURE a été choisie.

poète du XIIe siècle

336 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Chronique des ducs de Normandie 1175 264 citations
Le roman de Troie 1160-1170 42 citations

Quelques citations de Benoît de Sainte-Maure

Voici un tirage aléatoire parmi ses 336 citations dans le Littré.

  1. C'est orient, meridiès, E occident, qui vient emprès Septemtrion…
    I, V. 51 (orient)
  2. Pensum [pensons] de la terre poppler.
    V. 6412 (peupler)
  3. Li venz vanta devers la terre, Qui les nefs tost del port deserre.
    II, 1067 (desserrer)
  4. En la secunde nuit après Qu'il out eissi esté confès, Li es força si sa dolors Que toz li sancs e les humors Li espandirent par le cors.
    Chronique, t. II, p. 381, V. 26438 (humeur [1])
  5. En près si tost come il enteise [la flèche], Flanbe li fers, l'ers et li venz.
    Roman de Troie, V. 12282 (air [1])
  6. Mult i est li leus [lieu] agraable, Espacios e delitable.
    II, 11483 (spacieux, euse)
  7. Entr'els difference n'avoit De cors, de forme, fors d'aage.
    Roman de Troie, V. 5364 (différence)
  8. Kar vil chose est e honte e laiz, Se de neient nos sosmeton à un neentel bastardon.
    Chron. de Norm. t. III, p. 8, 31785 (bâtardeau [1])
  9. En son plus grant esgarement S'est enbatus, ne sout comment, Fors l'espeisse d'uns granz coudreiz, En une place, en uns erbeiz.
    Chronique, t. II, p. 342, V. 25 332 (égarement)
  10. Mais à Roen [il] fu seveliz, Le cors bien aromatizé, En l'iglise del maistre sé [siége].
    II, 8355 (aromatiser)
  11. Par la grace de Jhesu Crist, Qui tut le bien qu'as t'eslargit…
    II, 6555 (élargir)
  12. Aisi cum nef n'en fu à dire, I arrivent à sauvement.
    Chr. de Norm. f. 169 (adirer)
  13. Plus que la chievre ne s'apese Des chous bruster, s'ele en a ese.
    II, 12655 (brouter)
  14. Nus hom ne scet l'aveir esmer [estimer], Qu'il jeterent al funz de mer, Pur lur nés [navires] auques suzlegier.
    I, V. 1871 (soulager)
  15. Eissi ert pere à totes gens, Eissi chascun an une feiz Faiseit ses dons et ses enveiz.
    Chronique, t. III, p. 385, V. 42034 (envoi)
  16. Onquore esteit assez matins, Quant li conciles rassenbla Et que toz li senez josta.
    Roman de Troie, V. 25228 (sénat)
  17. Car chevaliers et citaains, Comunes, geudes et vilains M'i unt fait tele envaïe.
    Chron. de Norm. t. I, p. 535, V. 13145 (ghilde)
  18. E en es laz que il tendeient, Par soventes feiz se perneient.
    II, 12699 (lacs)
  19. Mult est li deables gringnos, E mult par est achaisonos ; Argumens set faire od soffime.
    Chronique, t. II, p. 353, V. 25667 (grincheux, euse)
  20. E li autre alerent noncier Au duc cum cil esteit veüz Qui par sus Seine esteit venuz Senz sei moillier, senz lesion.
    II, 7741 (lésion)