Alexis PIRON, auteur cité dans le Littré

PIRON (1689-1773)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme PIRON a été choisie.

176 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
La métromanie, ou Le poète 1738 127 citations

Quelques citations de Alexis PIRON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 176 citations dans le Littré.

  1. Comment diable, à merveille, à miracle ! courage !
    Métrom. III, 8 (miracle)
  2. Voici l'heure fatale où l'arrêt [au théâtre, sur une pièce] se prononce ! Je sèche, je me meurs ; quel métier ! j'y renonce.
    Métrom. V, 1 (sécher)
  3. Vous à qui cependant je consacre mes jours, Muses, tenez-moi lieu de fortune et d'amours.
    Métrom. v, 12 (tenir)
  4. Le sexe plein de charité Pour la communauté Fournira de quoi mettre en pot ; Tends à propos ton esquipot.
    Chanson à un frère quêteur. (esquipot)
  5. … J'ai ri, me voilà désarmé.
    Métrom. III, 9 (désarmé, ée)
  6. Quelle égide opposer aux traits de la satire ?
    Métrom. v, 1 (trait [1])
  7. Et malheureusement ce qui vicie abonde.
    Métrom. I, 3 (vicier)
  8. J'ai demain, pour ma part, cent places retenues, Et veux, après demain, vous faire aller aux nues.
    Métrom. V, 13 (nue)
  9. Enfin je veux, chez moi, que tout chante, tout rie.
    Métrom. II, 1 (tout, toute)
  10. L'illusion nous frappe autant que l'existence ; Et, par le sentiment suffisamment heureux, De l'amour seulement nous sommes amoureux ; Ainsi le fantastique a droit sur notre hommage, Et nos feux pour objet ne veulent qu'une image.
    Métromanie, II, 8 (fantastique)
  11. Le pré valait-il la fauchure ? [Le jeu valait-il la chandelle ?].
    les Misères de l'amour (pré [1])
  12. J'ai quelque affaire en tête, Qui de moi ne ferait chez vous qu'un trouble-fête.
    Métrom. II, 1 (trouble-fête)
  13. Crébillon, qui a plus fumé de pipes en sa vie que Voltaire n'a pris de lavements.
    dans GRIMM, Corresp. t. II, p. 395 (pipe)
  14. Bredouille, ainsi le diable s'en alla.
    dans son conte de Dagobert (bredouille)
  15. … L'heure presse, et tous ont décampé, Comptant se retrouver ici pour le soupé.
    ib. IV, 5 (décamper)
  16. Dans ma tête un beau jour ce talent [de faire des vers] se trouva ; Et j'avais cinquante ans quand cela m'arriva.
    Métrom. II, 1 (jour)
  17. Mais le rire vous prend, et cela ne vaut rien.
    Métrom. III, 8 (rire [2])
  18. Qu'en vous aimant, vos fils apprennent à vous craindre.
    Éc. des Pères, II, 5 (apprendre)
  19. Si Gustave en doutait, vous ne le verriez pas Si courageusement s'avancer au trépas.
    G. Wasa, IV, 8 (courageusement)
  20. Préjugé populaire, esprit de bourgeoisie, De tout temps gendarmé contre la poésie.
    Métrom. v, 4 (gendarmé, ée)