Alexis PIRON, auteur cité dans le Littré

PIRON (1689-1773)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme PIRON a été choisie.

176 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
La métromanie, ou Le poète 1738 127 citations

Quelques citations de Alexis PIRON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 176 citations dans le Littré.

  1. Et toi, Lisette, es-tu contente ? Tu voulais un beau rôle, et tu fais l'indolente.
    Métrom. II, 2 (indolent, ente)
  2. Crébillon, qui a plus fumé de pipes en sa vie que Voltaire n'a pris de lavements.
    dans GRIMM, Corresp. t. II, p. 395 (pipe)
  3. [La pièce est tombée] Tout à plat. - Damis : Tout à plat ? - Baliveau à Damis : Oh ! tout à plat.
    Métrom. V, 2 (plat, ate [1])
  4. Connaissez-vous sur l'Hélicon L'une et l'autre Thalie [la comédie franchement gaie, et la comédie larmoyante, cultivée par la Chaussée] ? L'une est chaussée et l'autre non ; Mais c'est la plus jolie ; L'une a le rire de Vénus, L'autre est froide et pincée ; Honneur à la belle aux pieds nus ; Nargue de la chaussée.
    Épigr. contre la Chaussée. (nargue)
  5. [Il s'agit du diable qui voulait happer l'âme de Dagobert mourant, et passa près d'un saint] qui se mit en prières Pour que cette âme esquivât les chaudières Du faux glouton, qui reparaît bientôt Non pas alègre et gai comme tantôt, Mais traînant l'aile et la queue et la hanche, Penaud, maté, tout évêque d'Avranche.
    Conte de Dagobert. (évêque)
  6. Dans ma tête un beau jour ce talent [de faire des vers] se trouva ; Et j'avais cinquante ans quand cela m'arriva.
    Métrom. II, 1 (jour)
  7. Du reste, rassemblant dans sa seule personne Tous les originaux qu'au théâtre on nous donne : Misanthrope, étourdi, complaisant, glorieux, Distrait… ce dernier-ci le désigne le mieux ; Tenez, s'il est ici, je gage mes oreilles Qu'il est dans quelque allée à bayer aux corneilles, S'approchant pas à pas d'un haha qui l'attend, Et qu'il n'apercevra qu'en s'y précipitant,
    Métrom. I, 1 (haha)
  8. Ah ! quelque humeur qu'il ait, il faudra bien qu'il rie, Et pour cela, d'abord je lis ma tragédie.
    Métrom. III, 12 (pour [1])
  9. Vous aurez encouru l'exhérédation.
    Métrom. I, 8 (exhérédation)
  10. En France on fait, par un plaisant moyen, Taire un auteur quand d'écrits il assomme ; Dans un fauteuil d'académicien, Lui quarantième, on fait asseoir cet homme.
    Épigr. (fauteuil)
  11. Tel est le cœur humain, surtout celui des femmes : Un ascendant mutin fait naître dans nos âmes, Pour ce qu'on nous permet, un dégoût triomphant, Et le goût le plus vif pour ce qu'on nous défend.
    Métrom. II, 4 (mutin, ine)
  12. Molière avec raison consultait sa servante.
    Métrom. II, 11 (servante)
  13. Un diable de neveu Me fait par ses écarts mourir a petit feu.
    Métromanie, II, 1 (de)
  14. Qu'en vous aimant, vos fils apprennent à vous craindre.
    Éc. des Pères, II, 5 (apprendre)
  15. Ci-gît maître Jobelin, Suppôt du pays latin, Juré piqueur de diphthongue.
    Épitaphe d'un grammairien. (juré, ée [2])
  16. Je suis un malheureux, mon oncle me renonce.
    Métrom. III, 9 (renoncer)
  17. Vous jouez chez vous la comédie ? - Témoin ce rôle encor qu'il faut que j'étudie.
    Métrom. I, 1 (rôle)
  18. … à son rire moqueur Le serpent de l'envie a sifflé dans son cœur.
    Métrom. III, 4 (siffler)
  19. Quelle égide opposer aux traits de la satire ?
    Métrom. v, 1 (trait [1])
  20. Le pré valait-il la fauchure ? [Le jeu valait-il la chandelle ?].
    les Misères de l'amour (pré [1])