« jouvenceau », définition dans le dictionnaire Littré

jouvenceau

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

jouvenceau, elle

(jou-van-sô, sè-l') s. m.
  • Adolescent, adolescente, avec l'idée de grâce ou de plaisanterie qu'emporte un diminutif. Une aimable jouvencelle. Passe encor de bâtir ; mais planter à cet âge, Disaient trois jouvenceaux, enfants du voisinage, La Fontaine, Fabl. XI, 8. Ah ! qu'il est beau Le jouvenceau ! Molière, Pastor. comique, sc. 2. À la prude qui se gêne Pour lorgner un jouvenceau, Béranger, Enfers. Accours dans ma nacelle, Gentille jouvencelle, Jouy Et H. Bis, Guill. Tell.

    On dit aussi jouvencel au masculin. Qu'il fasse mieux ce jeune jouvencel, à qui le Cid donne tant de martel, Corneille, Rondeau contre Scudéry.

HISTORIQUE

XIIe s. E li jovenciel furent oscis [tués] des glaives des ennemis, Machab. I, 2. En quel chose amende juvenceals sa veie ? en guarder les tues paroles [tes paroles], Liber psalm. p. 183. Tost furent esfremi e viel e juvencel La novele espandue del saint martir novel, Qui giseit el mustier ocis sur le quarrel, Th. le mart. 154.

XIIIe s. Mes cambrelens [mon chambellan] por li [elle] ala ; Un jovencel o lui [elle] trova Dormant…, Fl. et Bl. V. 2733. Deux jovenciaux [il] trova au port, Où mener soloit son deport, Rutebeuf, II, 110.

XVIe s. Argent frais et nouveau ruine le jouvenceau, Cotgrave

ÉTYMOLOGIE

Provenç. jovencel, jovenselh ; ital. giovincello ; du lat. fictif juvencellus, diminutif de juvenis (voy. JEUNE). Dans l'ancien français, au nominatif singulier li jovenciaus, au régime le jovencel ; au pluriel nominatif li jovencel, au régime les jovenciaus.