Théodore Agrippa D'AUBIGNÉ, auteur cité dans le Littré

D'AUBIGNÉ (1552-1630)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme D'AUBIGNÉ a été choisie.

Fils de calviniste, élevé à Genève, il a combattu à partir de 1568 dans l'armée hugenote. Blessé en 1577 à la bataille de Casteljaloux, il commença à dicter « Les tragiques » pendant sa convalescence ; le livre ne paraîtra qu'en 1616. Adversaire de l'Édit de Nantes, qu'il considérait comme une humiliation pour les protestants (leur religion n'y était que tolérée et non autorisée), il prit les armes contre Louis XIII et mourut à Genève où il s'était retiré.

3080 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire universelle depuis 1550 jusqu'en 1601 1620 1675 citations
La confession catholique du Sieur de Sancy 1660 118 citations
Les aventures du baron de Fænestre 1617 252 citations
Les tragiques 1616 155 citations
Sa vie à ses enfants, ou Mémoires de la vie de Théodore Agrippa d'Aubigné, écrits par lui-même 1629 186 citations

Quelques citations de Théodore Agrippa D'AUBIGNÉ

Voici un tirage aléatoire parmi ses 3080 citations dans le Littré.

  1. Il y eut bien de la peine à faire partir du giste Lanoue, ne respirant que la bonté de Monsieur, les bons desirs du roi.
    ib. II, 239 (respirer)
  2. ....Ville n'aiant point de rampars, commandée tout de son long de divers rideaux de terre.
    ib. I, 311 (rideau)
  3. Valemont, qui commandoit aux Espagnols, attire Jean Ribaut par les plus douces paroles du monde à traitter ; le bat si bien du plat de la langue, que sur la foi jurée de la vie sauve...
    Hist. I, 249 (plat, ate [1])
  4. Si lors je l'eusse entendu il y eust eu de l'asne [des coups] : je recevois tousjours quelque affront avec ces Nourmans.
    Faen. II, 13 (âne)
  5. Crier aux voleurs.
    Faen. II, 14 (crier)
  6. Ceux de Bordeaux maintiennent que la verge de St-Martial est celle mesme d'Aaron.
    176 (celui)
  7. Ainsi le beau soleil montre un plus beau visage, Faisant un soutre clair sous l'espais du nuage.
    Tragiques. (soutre)
  8. Tout fut juré et conclud, à la charge que la moitié des utillitez du gouvernement appartiendroit à la Boulloie (bien qu'absent), pource qu'il faisoit la plus part des frais.
    Hist. II, 359 (utilité)
  9. Or encor que fort peu vinssent aux mains sur les couetes et fagots, desquels la breche estoit remparée....
    Hist. II, 280 (couette [1])
  10. Outré de lassitude.
    Vie, XVI (outrer)
  11. Chascun pour sauver sa vie et respirer une ame precaire se faisoit bourreau de son compagnon.
    Hist. II, 122 (respirer)
  12. Deja les tranchées avoient circui la ville.
    ib. II, 303 (circuir)
  13. Auteur duquel les labeurs sentent un esprit general, duquel les passions ne s'emploient que contre le vice.
    Hist. I, 13 (général, ale)
  14. La rigueur dont il usa envers ces miserables luy donnant esperance d'estre assez bien envers ses ennemis.
    Hist. I, 95 (envers [1])
  15. De là ne pouvant plus assieger, au temps que les glaces ne portoient pas.
    Hist. II, 214 (glace)
  16. Foeneste : Vous voyez ce poignard à coquille ? Enay : J'eusse plustost pris ce que je voi à vostre homme pour une targue que pour une coquille.
    Faen. I, 1 (coquille)
  17. Le Lau, aiant fait sonner la sourdine, perça de sa cavalerie avant jour.
    ib. II, 138 (sourdine)
  18. Des fourchettes, tenailles et curoires qu'on tient dans les foyers.
    Faen. IV, 13 (curoir ou curon)
  19. Les assiegeans gagnerent le fond des fossez par mines qu'ils rendirent [poussèrent] jusques dessous le rempart.
    Hist. I, 27 (rendre)
  20. Duras, voulant prendre sa place, l'accusa en mesme temps aux deux cours d'estre double, et, pour peu d'indice qu'il en pust apporter, le desquilla facilement de l'une et de l'autre.
    Hist. II, 222 (déquiller)