Paul Louis COURIER, auteur cité dans le Littré

COURIER (1772-1825)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme COURIER a été choisie.

1019 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Lettres de France et d'Italie 1828 698 citations
Pamphlets 1815 43 citations
Simple discours pour l'acquisition de Chambord 1821 24 citations

Quelques citations de Paul Louis COURIER

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1019 citations dans le Littré.

  1. À quoi vous servait d'irriter des gens qui, sans être grand'chose, tiennent à quelque chose ?
    I, 57 (chose)
  2. Lorsqu'on nous couche en joue de près, à bout touchant, lorsqu'autour de nous toute l'Europe en armes fait l'exercice à feu, ses canons en batterie et la mèche allumée.
    Pétition pour les villageois, etc. (mèche)
  3. Si vous me promettiez de tenir votre langue, je vous conterais.... mais non, car vous iriez tout dire.
    2<sup>e</sup> lettre particulière. (conter)
  4. S'il peint d'autres climats, une autre nature, sous les zones brûlées de l'Afrique et de l'Asie, on se croit transporté au milieu des déserts de l'Arabie, et l'on distingue, à travers les sifflements des reptiles, la voix de l'onocrotale et le cri du jabiru.
    Éloge de Buffon, Lett. t. II, p. 318 (jabiru)
  5. Autour de nous toute l'Europe en armes fait l'exercice à feu.
    II, 109 (exercice)
  6. Mon père avait toujours quelque procès, c'était pour ne pas se laisser manger la laine sur le dos.
    Lett. II, 111 (laine)
  7. Qui vous céderait pour ce siècle-ci [le XIXe] la guerre et les sciences, ne quitteriez-vous pas à l'autre [le XVIIe] les arts, la politesse et le goût ?
    Lett. II, 210 (quitter)
  8. Gardez-vous de les croire [ceux qui vous invitent à intervenir], puissances étrangères, ne les écoutez mie, car ils vous mèneraient loin.
    Lettre X (mie [2])
  9. Or est-il qu'Hérodote ne se douta jamais de ce que nous appelons prince, trône et couronne, ni de ce qu'à l'Académie on nomme faveurs des dames et bonheur des sujets.
    Traduct, d'Hérod. Préface (faveur)
  10. On coupa et enleva, dans ma forêt de Larçai, quatre gros chênes baliveaux de quatre-vingts ans.
    I, 141 (baliveau)
  11. Aux premières nouvelles de son apparition [du bœuf Apis], tous les Égyptiens en liesse mirent leurs plus beaux vêtements.
    Trad. d'Hérodote. (liesse)
  12. Quand tous ses gouvernants [du peuple français] s'en allèrent un jour, croyant lui faire pièce et le laisser en peine, d'autres se présentèrent qu'on ne demandait pas, et s'impatronisèrent.
    Lettre VI (impatroniser)
  13. Je revois les endroits où j'ai joué à la fossette et au cerf-volant ; ces souvenirs me font plaisir.
    Lett. II, 95 (cerf-volant)
  14. Nous étions la gent corvéable, taillable et tuable à volonté, nous ne sommes plus qu'incarcérables.
    Lettre première. (taillable)
  15. Vos Indes, vos galions, votre Pérou, étaient de pauvres tirelires, au prix d'un budget discuté, voté par de bons députés [Louis XVIII au roi d'Espagne].
    Pièce diplomatique. (tirelire)
  16. Vous nous plaignez beaucoup, nous autres paysans.... mais songez donc, monsieur, qu'autrefois on nous tuait pour cinq sous parisis.
    Lettre 1re. (parisis)
  17. Je vous soutiendrai mordicus, jusqu'à mon dernier syllogisme, que ce siècle-là [de Louis XIV] est en tout supérieur au vôtre.
    Lett. II, 210 (mordicus)
  18. Ce monsieur du journal m'appelle jacobin, homme horrible, ordurier, grimacier...
    2<sup>e</sup> lett. particul. (ordurier, ière)
  19. Interrogé par son père Lycophron se taisait ; pourquoi Périandre en colère à la fin le chassa de sa maison.
    Trad. d'Hérod. (pourquoi)
  20. Mon ami, tu es triste, tu te promènes seul tu fuis tes camarades, tu as le mal du pays.
    Seconde lett. partie. (mal, ale)