« circulation », définition dans le dictionnaire Littré

circulation

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

circulation

(sir-ku-la-sion : en poésie, de cinq syllabes) s. f.
  • 1Mouvement de ce qui chemine par un mouvement circulaire. La circulation des planètes dans l'espace. Les eaux font une circulation dans la terre, comme le sang circule dans le corps humain, [Fénelon, Exist. 13] Dieu fait tous les mouvements et toutes les circulations dont le temps peut être la mesure, [Bossuet, Élévat. III, 3]
  • 2 Terme de physiologie. Circulation du sang, mouvement du sang qui, dû essentiellement à la contraction du cœur, le porte du ventricule gauche par les artères aux capillaires, des capillaires au ventricule droit par les veines, du ventricule droit par l'artère pulmonaire aux capillaires du poumon, et enfin des capillaires du poumon par les veines pulmonaires au ventricule gauche, point de départ. La circulation du sang a été découverte par Harvey, médecin anglais. Étant sur les bancs, il fit une action d'une audace signalée, qui ne pouvait guère en ce temps-là être entreprise que par un jeune homme ni justifiée que par un grand succès, il soutint dans une thèse la circulation du sang ; les vieux docteurs trouvèrent qu'il avait défendu avec esprit cet étrange paradoxe, [Fontenelle, Fagon.] Depuis que j'ai eu trouvé une fois la circulation du sang, c'est à qui trouvera un nouveau conduit, [Fontenelle, Érasistrate et Harvey.]

    Absolument, la circulation, la circulation du sang. Ils empêchent la circulation, [Sévigné, 583]

    À un point de vue général, circulation, fonction caractérisée par le transport, dans l'appareil vasculaire, du sang et de la lymphe, quelle qu'en soit la direction, et se chargeant d'une part des principes absorbés durant la digestion et l'inspiration, lesquels doivent servir à l'entretien des organes, et d'autre part des principes qui, devenus impropres à la nutrition, doivent être rejetés pendant l'expiration et dans l'urination.

  • 3 Fig. Qu'est-ce que notre vie qu'une circulation fastidieuse de devoirs, de bienséances, d'amusements, d'inutilité ? [Massillon, Carême, Dégoûts.]
  • 4La faculté d'aller et de venir dans les rues ou dans un pays. Gêner, entraver la circulation des personnes, des voitures. Des barricades empêchaient la circulation dans les rues.
  • 5Le fait de se mouvoir ; le transport. Circulation des voyageurs et des marchandises. La circulation s'accroît sur cette route.

    Droit de circulation, impôt qui se perçoit à l'occasion du transport des boissons.

    Billet de circulation, billet qui, acheté ou accordé, permet d'aller et venir sur un chemin de fer.

  • 6 Terme de commerce. Mouvement, transmission des produits ou valeurs qui vont de main en main, qui passent d'un possesseur à un autre. La circulation des monnaies, des capitaux, des effets de commerce, des valeurs. La monnaie est un agent de circulation. On retira les assignats de la circulation. Entraver la circulation des immeubles. Les richesses, répandues par le faste, rentraient dans la circulation, [Voltaire, Mœurs, 127] Ils ont pensé que cela multipliait les richesses en augmentant la circulation, [Montesquieu, Espr. XXII, 17] Lorsqu'un État puissant ne doit qu'à lui-même, la confiance et la circulation suffisent pour payer, [Voltaire, Louis XIV, 30] On entend souvent vanter les avantages d'une active circulation, c'est-à-dire de ventes rapides et multipliées, [J. B. Say, Traité, 1841, p. 148] On s'imagine que le corps social a d'autant plus de vie et de santé que la circulation des valeurs est plus générale et plus rapide, [ID. Cours, 1840, t. II, p. 438]

    Une chose est en circulation, quoiqu'elle ne change pas de place, lorsque le possesseur est disposé à la vendre. Toute marchandise qui est offerte pour être vendue est dans la circulation ; elle n'y est plus lorsqu'elle est entre les mains de celui qui l'acquiert pour la consommer, [ID. Traité, p. 571] Tout ce qui est mis pour la première fois ou remis en vente, entre ou rentre dans la circulation, [ID. Cours, t. I, p. 367]

    Banque de circulation (voy. BANQUE)

  • 7Le mouvement par lequel des écrits, des livres, des nouvelles se répandent dans le public. Arrêter la circulation d'un écrit dangereux. Mettre en circulation de fausses nouvelles.

    La circulation des idées, la propagation des idées. Mettre une idée nouvelle en circulation.

  • 8 En termes de chimie, circulation, l'élévation ou la chute des vapeurs d'une liqueur agitée par le feu.
  • 9Circulation de l'air, mouvement qui fait que l'air se renouvelle dans les lieux clos. La circulation de l'air dans un hôpital.

HISTORIQUE

XIVe s. Contraire à la circulation qui commence de A et procede l'autre voie par G et puis par B et revient à A, [Oresme, dans MEUNIER]

XVIe s. Et consequemment toutes les circulations et rotonditez estoyent faites en appetissant, [Palissy, 46] Les dits ruisseaux feront en eux certaines circulations, qui causeront des petites isles fort plaisantes, [Palissy, 79]

ÉTYMOLOGIE

Circulatio, de circulari (voy. CIRCULER).