« convive », définition dans le dictionnaire Littré

convive

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

convive

(kon-vi-v') s. m.
  • 1Personne qui se trouve à un festin. Il était du nombre des convives.

    Familièrement. C'est un bon, un agréable convive, se dit d'un homme agréable à table et qui fait honneur au repas. Vous voyez un seigneur fort satisfait de soi, Un convive échappé de la table du roi, Regnard, Démocr. IV, 7.

    Fig. Au banquet de la vie infortuné convive, J'apparus un jour, et je meurs ; Je meurs, et sur la tombe où lentement j'arrive, Nul ne viendra verser des pleurs, Gilbert, Ode imitée des psaumes. Convive rejeté de la table de Dieu, Je vis devant mes pas se fermer le saint lieu, Delavigne, Paria, I, 1.

  • 2Convive du roi, nom, sous les rois Francs, d'un personnage qui était dans la familiarité du roi, au nombre de ses fidèles. La loi Salique distinguait chez les Romains le convive du roi, pour la mort duquel elle donnait trois cents sous de composition, du Romain possesseur à qui elle en donnait cent, et du Romain tributaire à qui elle n'en donnait que quarante-cinq, Montesquieu, Esp. XXX, 25.

ÉTYMOLOGIE

Lat. conviva, de convivere, de cum, avec, et vivere, vivre. Dans le XVIe siècle, convive, venant de convivium, signifiait repas. Antérieurement convive au féminin avait signifié manière de vivre, manière d'être, état, disposition.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CONVIVE. Ajoutez : - REM. Convive a été employé au sens de repas, dans le XVIIe siècle (convivium). La plus notable personne du convive, Dial. d'Orat. Tubero, t. II, p. 236. Cela n'est plus usité. C'est un mot très ancien : XIIe s. Dont sont li jor del convive entor passeit… quant li convive furent fineit, si offrit Job sacrifices por ses filz, li Dialoge Gregoire lo pape, 1876, p. 344.