« pâtissier », définition dans le dictionnaire Littré

pâtissier

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

pâtissier, ière [1]

(pâ-ti-sié, siè-r') s. m.
  • 1Celui, celle qui fait et qui vend de la pâtisserie. Vous avez apparemment oublié que M. Briochais, votre père, était pâtissier dans la ville de Falaise, Lesage, Turcaret, V, 9.

    Pâtissier de petit four, pâtissier qui se livre surtout à la confection des petits gâteaux en pâtes sucrées et aromatisées. Des professions nouvelles se sont élevées [depuis 1774], par exemple, les pâtissiers de petit four qui sont la nuance entre les pâtissiers proprement dits et les confiseurs, Brillat-Savarin, Physiologie du goût, Méditation XXVII.

    Adj. Garçon pâtissier. Maître de toute Ingrie, Pierre en conféra le gouvernement à Menzikoff, et lui donna le titre de prince et le rang de général major ; l'orgueil et le préjugé pouvaient ailleurs trouver mauvais qu'un garçon pâtissier devînt général, gouverneur et prince, Voltaire, Russie, I, 14.

  • 2 S. m. Livre dans lequel on enseigne la pâtisserie. Le Pâtissier français.

HISTORIQUE

XIIIe s. Le pastoier fera les pastez le roy et du commun, et en prendra la façon aussi comme il seut [a coutume], Du Cange, pasticerius. Je crois qu'il n'est nul boulengier, Ne paticier ne oublaier, Se bele œuvre veut faire, Que couleur ne leur ait mestier, Dit des peintres.

XIVe s. Quant le pasticier les apporte non cuis ou four, Ménagier, II, 5.

XVIe s. Mestier n'avons de pastissier roigneux, Cotgrave

ÉTYMOLOGIE

Pâtisser. Pastoier de l'historique vient de pâte ; wallon, pâsstegi.