« terrasse », définition dans le dictionnaire Littré

terrasse

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

terrasse [1]

(tèr-ra-s') s. f.
  • 1Levée de terre ordinairement soutenue par de la maçonnerie, pour la promenade ou pour la vue. Votre terrasse doit être une fort belle chose ; je suis souvent avec vous tous, et mon imagination sait bien où vous trouver dans cette belle et grande principauté, Sévigné, 436.

    Ce jardin est en terrasse, i. est élevé en forme de terrasse.

    Ce jardin est tout en terrasse, il est composé de plusieurs terrasses plus élevées les unes que les autres.

  • 2Travaux de terrasse, tous les travaux qui se font en remuant des terres.
  • 3Ouvrage de maçonnerie en forme de balcon, de galerie, au-devant d'une habitation. Les fenêtres de sa chambre ouvrent sur une terrasse.
  • 4Couverture d'un édifice en plate-forme. Dans l'Orient on passe les nuits sur les terrasses. Les toits de cette ville sont en terrasse. Ces têtes couronnaient, sur les créneaux rangées, Les terrasses de rose et de jasmin en fleurs, Hugo, Orient. les Têtes du sérail.
  • 5 Terme de peinture. Premier plan des paysages.
  • 6 Terme de sculpture. Surface du socle, sur laquelle reposent les pieds de la figure.

    Terme d'architecture. Contre terrasse, terrasse élevée au-dessus d'une autre

  • 7 Terme de blason. Se dit de la pointe de l'écu, faite en forme de champ plein d'herbe.
  • 8Se dit de parties tendres qui se trouvent quelquefois dans les marbres ; défaut qui se répare avec de petits éclats et un mastic de la poudre du même marbre.
  • 9Partie d'une pierre précieuse qui ne peut souffrir le poli.
  • 10Cuvette où l'on chauffe l'argent que l'on veut dorer.

HISTORIQUE

XVe s. Les verrieres y sont [au réfectoire] de belle face, Et de menuz quarreaux par la terrace [le sol] Est tout pavé, Christine de Pisan, Dit de Poissy. Et sur la seconde porte estoit ung drap qui couvroit depuis hault sur la tarrache jusques à la bée de la porte [lors d'une entrée royale à Rouen], Viriville, Chron. normande, ch. 56. Firent ceux de Naples grant joye parmy la ville, et allumerent feux et chandelles parmy les rues et sur les terrasses des maisons, Monstrelet, t. I, ch. 163, p. 241, dans LACURNE. Ainsi que le suppliant fut venu de besongner de certaine terrasse ou torchis en certain endroit de son hostel, Du Cange, terratia.

XVIe s. … Qu'on porteroit des materiaux à la porte neuve, pour, sous couleur de la vouloir fermer de murailles, en oster les gabions et terrasses dont elle estoit condamnée, D'Aubigné, Hist. III, 335.

ÉTYMOLOGIE

Bas-lat. terracia, de l'adjectif latib terraceus, de terra, terre.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. TERRASSE. - HIST. Ajoutez : XIIe s. Mes li mur ne sont pas de glise [glaise], Ne de palu, ne de terrace, Benoit de Sainte-Maure, Roman de Troie, V. 23022.