Georges Louis Leclerc, comte de BUFFON, auteur cité dans le Littré

BUFFON (1707 - 1788)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BUFFON a été choisie.

3492 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire des animaux 1749 73 citations
Histoire naturelle des minéraux 117 citations
Histoire naturelle générale et particulière 1749 389 citations
Minéralogie 470 citations
Oiseaux 764 citations
Quadrupèdes 607 citations
Théorie de la terre 1749 96 citations

Quelques citations de Georges Louis Leclerc, comte de BUFFON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 3492 citations dans le Littré.

  1. Ils [les merles] passent communément pour être très fins, parce qu'ayant la vue perçante, ils découvrent les chasseurs de fort loin, et se laissent approcher difficilement.
    Ois. t. VI, p. 3, dans POUGENS (fin, fine [2])
  2. Le friquet, quoique plus remuant, est cependant moins pétulant, moins familier, moins gourmand que le moineau.
    Ois. t. VI, p. 234, dans POUGENS (friquet)
  3. Indépendamment des collines calcaires.... il y en a grand nombre d'autres qui ont penché par différents accidents, et dont toutes les couches sont fort inclinées.
    Add. théor. terr. Œuv. t. XII, p. 460 (pencher)
  4. Les animaux domestiques varient prodigieusement par les couleurs, en sorte qu'il y a des chevaux, des chiens, etc. de toute sorte de poils, au lieu que les cerfs, les lièvres, etc. sont tous de la même couleur.
    Quadrup. t. I, p. 84 (poil)
  5. M. Muller.... dit... que ce détroit [de Behring] offre une ou plusieurs îles qui servent de routes ou de stations communes aux habitants des deux continents [l'ancien et le nouveau].
    Not. just. Ép. nat. Œuvr. t. XIII, p. 327 (station)
  6. L'autruche, le casoar, le condor, le cygne, tous les oiseaux majeurs n'ont que peu ou point de variétés dans leurs espèces.
    Ois. t. XVI, p. 36 (majeur, eure)
  7. Les vents alternatifs ou périodiques dont nous venons de parler sont des vents de mer ; mais il y a aussi des vents de terre qui sont périodiques.
    Hist. nat. preuv. théor. terr. Œuv. t. II, p. 251 (périodique)
  8. Les phoques font la principale ressource des Groenlandais, et c'est par cette raison qu'ils s'exercent à la chasse de ces animaux, et que celui qui réussit le mieux acquiert autant de gloire que s'il s'était distingué dans un combat.
    Quadrup. t. XI, p. 178 (phoque)
  9. Quelque longue qu'on voulût imaginer la succession des temps, quelque nombre de générations qu'on admette et qu'on suppose.
    Époq. nat. Œuvr. t. XII, p. 39 (succession)
  10. Rien ne caractérise mieux un miracle que l'impossibilité d'en expliquer l'effet par des causes naturelles.
    Hist. nat. Preuv. théor. terr. Œuv. t. I, p. 290 (miracle)
  11. L'on trouve aussi dans les glaises de petites masses de charbon de terre et de jayet, et de plus il me paraît qu'elles contiennent une matière grasse qui les rend imperméables à l'eau.
    Min. t. I, p. 250 (imperméable)
  12. Les anciens ont appelé taureaux éléphants les bœufs d'Éthiopie et de quelques autres provinces de l'Asie, où ces animaux approchent en effet de la grandeur de l'éléphant.
    Quadrup. t. VII, p. 205 (taureau)
  13. La nature marche toujours et agit en tout par degrés imperceptibles et par nuances.
    Hist. anim. ch. X (nuance)
  14. Les perles, comme les coquilles, se dissolvent dans les acides, elles peuvent également se réduire en chaux, qui bouillonne avec l'eau, elles ont à très peu près la même densité, la même dureté, le même orient que la nacre intérieure et polie des coquilles à laquelle elles adhèrent souvent.
    Min. t. VII, p. 168 (orient)
  15. L'orang-outang que j'ai vu marchait toujours debout sur ses deux pieds, même en portant des choses lourdes ; son air était assez triste, sa démarche grave, ses mouvements mesurés, son naturel doux et très différent de celui des autres singes.
    ib. p. 73 (orang-outang)
  16. Des gerces qui suivent la direction des fibres et que les gens des forêts appellent gélivures.
    Exp. sur les végét. 4<sup>e</sup> mém. (gélivure)
  17. On a dit que ces ailes avaient été données au casoar pour l'aider à aller plus vite ; d'autres, qu'il pouvait s'en servir pour frapper comme avec des houssines.
    Ois. t. II, p. 314 (houssine)
  18. Le penchant pour la chasse ou la guerre nous est commun avec les animaux : l'homme sauvage ne sait que combattre et chasser.
    Chien. (sauvage)
  19. Ces fous [sorte d'oiseau], imbécilles et lâches, ne manquent pas de rendre gorge [lâcher le poisson] à la première attaque [de l'oiseau frégate], et vont ensuite chercher une autre proie qu'ils perdent souvent de nouveau par la même piraterie.
    Ois. t. XVI, p. 123 (piraterie)
  20. Quoique les noms ne fassent rien à la nature, c'est cependant rendre service à ceux qui l'étudient que de les leur interpréter.
    Quadrup. t. V, p. 165, dans POUGENS (faire [1])