Louis BOURDALOUE, auteur cité dans le Littré

BOURDALOUE (1632-1704)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BOURDALOUE a été choisie.

1808 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Dominicales 343 citations
Exhorations 146 citations
Pensées 481 citations
Sermons pour le Carême 96 citations

Quelques citations de Louis BOURDALOUE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1808 citations dans le Littré.

  1. Est-il un plus beau sacrifice ? est-il une abnégation de soi-même et une mortification plus parfaite ?
    Pens. t. III, p. 153 (abnégation)
  2. J'étais lié, dit saint Augustin, par ma propre volonté, plus dure que le fer, et, sans un dernier effort de la vertu d'en haut, je n'aurais jamais conclu mon affaire [sa conversion] que je désirais, mais qui devait coûter si cher à mon cœur.
    Pensées, t. I, p. 282 (affaire)
  3. Soit dans l'ordre de la nature ou dans l'ordre de la grâce.
    Carême, III, Parole de Dieu, 2 (soit)
  4. Servir le monde pour Dieu, disait ce grand évêque, c'est une vertu ; servir le monde pour le monde, c'est un désordre.
    5<sup>e</sup> dim. après la Pentecôte. Dominic. t. II, p. 460 et 461 (servir)
  5. Les sentiments humains perdent par l'habitude, toute leur pointe ; ils se ralentissent, et, n'ayant plus de quoi piquer une âme, ils viennent enfin à s'amortir tout à fait et à s'éteindre.
    Pensées, t. II, p. 44 (ralentir)
  6. Cet état porte avec soi des obligations, qu'il vous est d'une importance extrême de bien connaître.
    2<sup>e</sup> dim. après l'Épiphanie, Dominic. t. I, p. 63 (soi)
  7. Il serait à souhaiter que ces abominations fussent ensevelies dans un éternel oubli.
    Pens. t. III, p. 135 (abomination)
  8. Cette passion dont on n'est presque plus le maître, depuis qu'elle s'est invétérée et comme changée dans une seconde nature.
    Pensées, t. I, p. 367 (invétérer (s'))
  9. À l'autel, c'est-à-dire quand la religion est en compromis et qu'il y va de l'honneur et de l'autorité de l'Église, vous devez oublier tout le reste....
    Pensées, t. II, p. 345 (compromis [2])
  10. Alors [dans les premiers siècles] des athées devenaient chrétiens ; maintenant des chrétiens deviennent athées.
    Pensées, t. I, p. 264 (athée)
  11. Tous les hommes, de quelque condition qu'ils soient, nous tiennent lieu de prochain.
    Exhort. sur l'observ. des règles, t I, p. 225 (tenir)
  12. Un superflu qui me deviendrait pernicieux et nuisible par l'abus que j'en ferais.
    ib. t. II, p. 77 (abus)
  13. Ne tenir nul compte du triste abandonnement où votre inflexible roideur le précipite.
    Pensées, t. II, p. 129 (abandonnement)
  14. Il y a ici deux choses à distinguer, une rupture entière de l'homme avec Dieu, et un simple refroidissement entre l'homme et Dieu.
    Exhort. sur l'observ. des règles, t. I, p. 208 (refroidissement)
  15. Après cela oserons-nous nous plaindre de notre condition, et en alléguer les soins, pour justifier nos dissipations criminelles au regard du salut ?
    14<sup>e</sup> dim. apr. la Pentec. Dom. t. III, p. 408 (regard)
  16. Ce qu'on appelle, selon le langage ordinaire, prières jaculatoires et dévotes élévations de l'âme à Dieu, ce sont certaines paroles vives et affectueuses par où l'âme s'élance vers Dieu.
    Pensées, t. II, p. 41 (jaculatoire)
  17. Sans être hérétiques de profession, nous le sommes de pratique et d'effet.
    Purif. de la Vierge, Myst. t. II, p. 221 (pratique [1])
  18. Les douceurs du monde nous sont interdites, et nous nous privons des douceurs de la religion.
    Exhort. sur l'observ. des règles, t. I, p. 218 (douceur)
  19. Jésus-Christ même, lequel, étant l'auteur de notre salut, devient tous les jours, par l'abus que nous faisons de ses mérites et de sa grâce, l'auteur de notre perte éternelle et de notre réprobation.
    3<sup>e</sup> dim. après l'Épiphan. Dominic. t. I, p. 142 (réprobation)
  20. C'est pour cela qu'à la face de toutes les nations il révélera toute la turpitude du pécheur et toute son ignominie.
    Jugem. dern. 2<sup>e</sup> avent, p. 750 (face)