Bonaventure DESPÉRIERS, auteur cité dans le Littré

DESPÉRIERS (1510-1544)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DESPÉRIERS a été choisie.

539 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Cymbalum mundi 1537 45 citations
Nouvelles récréations 1537 458 citations

Quelques citations de Bonaventure DESPÉRIERS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 539 citations dans le Littré.

  1. Je fais mettre une poire de rateau entre deux braises (ces poires sont grosses comme le poing, et mieulx).
    Contes, LIX. (râteau)
  2. Nous ne faisons que partir [nous sortons] de boire, toutefoys....
    Cymbal. 79 (partir [2])
  3. S'attendant qu'elle auroit son petit picotin pour le fin moins.
    Contes, XXXIV (fin, fine [2])
  4. La court s'est contentée de vous condamner seulement à perdre la teste. Cambaire, ayant oui ce dicton, respondit incontinent en son gascon : Cap de Dieu, be vous douni lou reste pour un viet d'aze.
    Contes, t. II, p. 120 (viédase)
  5. À la fin, comme toutes mechancetez se decouvrent.
    Contes, XXX (méchanceté)
  6. Il avoit dejà bandé sa part de deux douzaines d'esteufs, et jouoit à l'acquit.
    Contes, XI (bander)
  7. La faute vint, que l'apprenti avoit toujours ouï dire grille, feminin, et non pas gril ; qui fut ce qui descouvrit le pasté [le pot aux roses].
    Contes, XLVIII (pâté)
  8. Et qu'elles ne se voisent pas coucher de si bonne heure.
    Cymbal. 127 (aller [1])
  9. Ils digerent les pilules du cocuage facilement.
    Contes, CXXVII (cocuage)
  10. Ce qui engendra une tres grande et intrinseque amitié entre eux.
    Contes, CXXVIII (intrinsèque)
  11. Or vous feroys-je voluntiers une requeste, c'est que vous ne m'importunassiez plus par vos menuz jargons.
    Cymbal. 135 (importuner)
  12. Ces clabaux de village.
    Contes, LVI (clabaud)
  13. Et tout incontinent, il laisse sa limande et print une houssine en la main, qui n'estoit pas plus grosse que le doigt, longue d'une aune ou environ.
    Contes, XX (houssine)
  14. Et dès lors recommença plus beau que devant à siffler.
    Contes, CXV (beau ou bel, belle)
  15. Somme, il fit tant, en tastant et retastant, qu'il vint à bout de cette medecine et la but toute.
    Contes, XCI (retâter)
  16. Qu'avez-vous, monsieur ? - J'ai la teste plus gross que le poing.
    Contes, LXXXV (poing)
  17. C'estoit un mangeur excessif ; car il devoroit la vie de neuf ou dix personnes pour le moins, à un repas.
    Contes, LXXV (vie [1])
  18. Il estoit de cette bonne paste de gens, qui ne prennent point trop les matieres à cœur.
    Contes, v. (pâte)
  19. Il se transmua en pluye d'or pour jouyr de Danaé.
    Cymbal. 121 (transmuer)
  20. Qu'elles mangent peu de ce qui est trop appetissant.