Enguerrand de MONSTRELET, auteur cité dans le Littré

MONSTRELET (1400?-1453)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MONSTRELET a été choisie.

340 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Chroniques 338 citations

Quelques citations de Enguerrand de MONSTRELET

Voici un tirage aléatoire parmi ses 340 citations dans le Littré.

  1. Les autres y vinrent pour piller ce que les dits Anglois avoient laissé ; car ils n'avoient emporté fors or, argent, vestements precieux, haubers et aunes de grand valeur.
    liv. I, ch. 156 (aune [1])
  2. Par l'opinion et deliberation desquels trouverent les dits juges icelle Jeanne superstitieuse, devineresse de diables, blasphemeresse en Dieu et en ses saints et saintes.
  3. Grand effroi et esparpille.
  4. Par lesquelles tribulations le dit duc de Bedfort fut très courroucé en cœur contre son frere, doutant que par telles divisions les alliances ne fussent du tout corrompues et annichillées.
    II, ch. 23 (annihiler)
  5. Et nonobstant qu'à ces trois assauts, la dessus dite pucelle, la commune renommée dit en avoir esté la conducteresse.
    liv. II, ch. 59 (conducteur, trice)
  6. Ils se preparerent tous deux pour aller jouster de fers esmoulus l'un contre l'autre.
    I, 55 (émoudre)
  7. La reine, qui estoit vieille et de diverses conditions, n'estoit pas bien contente de lui, pour ce qu'il estoit amoureux d'aucunes autres jeunes dames du pays plus qu'il n'estoit d'elle.
    liv. I, ch. 171 (condition)
  8. Et sur ce avons premier fait voir les traités et points, et diligemment visiter et à grand et mure deliberation tant de ceux de notre sang et grand conseil, si comme prelats, barons, comme de ceux de notre conciergerie et de notre très amée fille l'université de Paris.
    liv. I, ch. 116 (conciergerie)
  9. Dont jà sommes plus de cent mille Qui tous voulons tourner la bride, Et vous lairrons tout esgaré.
    liv. I, ch. 274, Complainte des laboureurs de France (bride)
  10. Un paysan qui naguere avoit esté au dit chastel, et, comme il disoit, avoit espoudré tous les blés de leans, donna à entendre qu'il estoit impossible qu'ils pussent vivre ne entretenir plus hault d'un mois.
    II, 221 (époudrer)
  11. Les autres bonnes villes, et citez fermées, et villes champestres [villages] et chasteaux.
    ch. 158, p. 238, dans LACURNE (ville)
  12. En après, pour mieux faire que laisser, convint que le dit duc....
    t. II, p. 139, dans LACURNE (laisser)
  13. Mais bref ensuivant, leur intention vint à connoissance, pour quoi assez brievement ils furent en grand cache [chasse, poursuite], et toutes leurs villes.... furent mises en la main du roi d'Angleterre.
    liv. II, ch. 18 (cache [2])
  14. Le quel messire Hector issit hors de son hostel, et vint tout à cheval armé et embastonné [armé d'une lance].
    II, 102 (embâtonner)
  15. Ai reçu vos lettres en forme de placard, à moi adressants, escrites le troisieme jour de ce mois.
    II, 27 (placard)
  16. .... Et prirent les Anglois deux mille combattants avec quarante nefs à voiles et une grosse carraque.
  17. En la fin de la dite reponse fut conclu par le roi d'Angleterre qu'il ne se desisteroit pas de son voyage, entreprise et armée, mais destruiroit de tout en tout à son pouvoir le royaume et le roi de France son adversaire et detenteur d'iceux pays injustement.
    liv. I, ch. 146 (détenteur, trice)
  18. Commencerent les Anglois à mener forte guerre, et faire plusieurs courses et tournoiemens ou païs de Bretaigne.
  19. En lui remontrant, entre les autres choses, la parfaite affection et vrai desir que le roi avoit de pacifier avecque lui et avoir traité.
    II, 67 (pacifier)
  20. Par ces presentes eslisons et ordonnons conservateurs de ce present traicté, c'est à sçavoir de nostre costé messire....