« nonne », définition dans le dictionnaire Littré

nonne

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

nonne

(no-n') s. f.
  • Religieuse. Nonnes, souffrez pour la dernière fois Qu'en ce recueil malgré moi je vous place, La Fontaine, Psautier. Tant il trouva la langue à la dragonne Plus du bel air que les termes de nonne, Gresset, Ver-vert, III. Désir de fille est un feu qui dévore ; Désir de nonne est cent fois pis encore, Gresset, ib. II. Aux bons cœurs, ajoute la nonne, Quand mes prières s'adressaient, Du riche je portais l'aumône Aux pauvres qui me bénissaient, Béranger, Deux sœurs de char.

    Pets de nonne, voy. PET.

REMARQUE

Ce terme, qui autrefois, comme on peut voir à l'historique, était la qualification propre des religieuses, ne se dit plus guère que dans le style léger.

HISTORIQUE

XIe s. À un moustier de nunains [elle] est portée, Ch. de Rol. CCLXX.

XIIe s. Tute la nuit erreient entresqu'à l'ajurner, E le jur se mucowent [cachaient] d'ici qu'à l'avesprer, Od muines, od noneins, en bois pur els celer, Th. le mart. 49.

XIIIe s. Là [je] pourrai estre nonne, bien sai lire et chanter, Berte, XCVII. Onc, foi que doi sainte Marie, Ne fis de mon cors puterie, Ne meffet ne malvez afere, Qu'une none ne poïst fere, Ren. 9830. La piours [pire] amors c'est de nonains, Leroux de Lincy, Prov, t. II, p. 327. Les blances et les grises et les noires nonains Sont sovent pelerines as saintes et as sains ; Se Dix leur en set gret, je ne sui mie certains, Rutebeuf, 242.

XIVe s. Un escrinet de broderie de nonains, De Laborde, Émaux, p. 406.

XVe s. Je congnois au voyle la nonne, Villon, Ballade. Et pour la pitié de celle qu'il aymoit par amours, [le chevalier] avoit sis au dessus [près du lieu où était sa maîtresse, plus tôt que dans un bon lit] ; et pour ce dit on : pour la pitié de la nonnain baise le moyne l'oreiller, Perceforest, t. v, f° 65.

ÉTYMOLOGIE

Provenç. nona ; du latin ecclésiastique nonnus, nonna, qui était un terme de révérence, équivalent à père, à mère, et dont l'origine n'est pas encore établie. En italien nonno, nonna signifient grand-père, grand' mère.