« dupe », définition dans le dictionnaire Littré

dupe

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

dupe

(du-p') s. f.
  • 1Personne qui a été jouée, trompée, ou qu'il est facile de jouer, d'abuser. Isidore est entre les mains du cavalier qu'elle aime ; vous êtes pris pour dupe, [Molière, Sicil. sc. 20] Lui qui connaît sa dupe et qui veut en jouir, Par cent dehors fardés a l'art de l'éblouir, [Molière, Tart. I, 2] Et ne pense pas, toi, trouver ta dupe aussi [me tromper], [Molière, le Dép. IV, 4] Et moi, la bonne dupe à trop croire un vaurien, [Molière, l'Ét. II, 5] Allez, vous êtes une vraie dupe, [Molière, Bourg. gent. III, 4] Ne point mentir, être content du sien, C'est le plus sûr ; cependant on s'occupe à dire faux pour attraper du bien ; Que sert cela ? Jupiter n'est pas dupe, [La Fontaine, Fabl. V, 1] Vous le croyez votre dupe ; s'il feint de l'être, qui est plus dupe de lui ou de vous ? [La Bruyère, V] Un homme d'esprit et d'un caractère simple et droit peut tomber dans quelque piége ; il ne pense pas que personne veuille lui en dresser et le choisir pour être sa dupe, [La Bruyère, II] Il faut opter des deux, être dupe ou fripon, [Regnard, Joueur, I, 7] Le désir de gagner qui nuit et jour occupe Est un dangereux aiguillon ; Souvent, quoique l'esprit, quoique le cœur soit bon, On commence par être dupe, On finit par être fripon, [Deshoulières, Réflexions diverses.] Il est très malaisé que la plupart des principaux d'un État soient malhonnêtes gens, et que les inférieurs soient gens de bien ; que ceux-là soient trompeurs, et que ceux-ci consentent à n'être que dupes, [Montesquieu, Esp. III, 5]

    Dupe, bien que se rapportant à un nom ou à un pronom au pluriel, se met au singulier, quand il s'agit d'un seul et même moyen employé pour tromper. Nous fûmes la dupe de son stratagème.

    Il se met au pluriel quand il s'agit de duperies successives. Nous fûmes les dupes de ses stratagèmes.

    Faire des dupes, abuser de la confiance d'un certain nombre de personnes, les tromper, leur soustraire de l'argent, etc. Si je vous rends dupe une fois, c'est pour vous empêcher d'en faire, [Imbert, Jaloux sans amour, III, 1]

    Journée des dupes, le 11 novembre 1630, jour où Richelieu, que l'on croyait disgracié, reprit son autorité auprès du roi, et, par extension, tout événement qui tourne à la confusion de ceux qui comptaient sur le succès. C'est une journée des dupes.

    Être la dupe d'une affaire, d'un marché, n'y pas trouver son compte, y perdre.

    Fig. Notre esprit est la dupe de notre cœur, [Sévigné, 278] Son cœur était souvent la dupe, plus souvent encore l'esclave de ses engagements, [Hamilton, Gramm. 6] Et, dupe des méchants, la générosité Offre trop d'avantage à leur iniquité, [Lemercier, Frédég. et Bruneh. III, 1]

  • 2 Adj. La suite fera voir que ces derniers ne seront pas les plus dupes, [Pascal, Prov. 2] Allez, j'étais trop dupe, et je vais ne plus l'être, [Molière, Mis. V, 5]
  • 3Dupe, sorte de jeu de cartes, appelé quelquefois jeu de Florentini.

REMARQUE

La Fontaine a fait dupe masculin. Du fil et du soufflet pourtant embarrassé, Un des dupes un jour alla trouver un sage, Fabl. IX, 8. Mais c'est une faute ; dupe, comme on verra à l'historique et à l'étymologie, est le nom féminin d'un oiseau ; et l'on ne peut pas plus dire un dupe qu'on ne pourrait dire un linotte pour un homme étourdi.

HISTORIQUE

XVe s. Le quel Nobis dist au suppliant qu'il alast avecques lui en l'ostel où pend l'enseigne des petits sollers, et que il avoit trouvé son homme ou la duppe, qui est leur maniere de parler et que ilz nomment jargon, quant ilz trouvent aucun fol ou innocent qu'ilz veullent decevoir par jeu ou jeux et avoir son argent, [Du Cange, duplicitas.]

XVIe s. Cependant venoyt son diseur d'heures, empaletocqué comme une duppe, [Rabelais, Garg. I, 21] Pensent ilz bien avoir affaire à une duppe, de vous paistre de ces fouaces ? [Rabelais, ib. I, 32] Et feussent ilz aussi huppez que dupes de marays, [Rabelais, Pant. II, 12] Panurge curieusement considera sa forme [du papegaut]… puis s'écria : en mal an soyt la beste, il semble une duppe. Parlez bas, dit Editus, il a aureilles. Se ha bien une duppe [aussi une huppe en a-t-elle bien], dit Panurge, [Rabelais, ib. V, 8]

ÉTYMOLOGIE

Berry, dube, la huppe. On a proposé l'allemand (de la Souabe) düppel, imbécile. Mais dupe est du féminin et a été le nom de la huppe, oiseau qui passe pour un des plus niais. De la sorte la huppe ou la duppe fut prise, dans le jargon ou argot du temps, pour une personne aisée à tromper, sens que pigeon a de nos jours. Chevallet a mis en lumière cette étymologie, qui est la véritable. Maintenant duppe ou dupe est-il une altération de huppe ? cela est possible, sans être certain.