« fécondité », définition dans le dictionnaire Littré

fécondité

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

fécondité

(fé-kon-di-té) s. f.
  • 1Faculté dont jouissent les corps vivants de se reproduire, c'est-à-dire de donner naissance à d'autres corps vivants organisés et conformés comme eux.

    En particulier, dans l'espèce humaine, production des enfants, en parlant des mariages ou des femmes. La diverse fécondité des mariages. La fécondité d'une femme. Son heureuse fécondité resserrait tous les jours les liens de leur amour mutuel, Bossuet, Reine d'Angl. Ce n'était pas le désir de satisfaire les sens, mais l'amour de la fécondité qui présidait à ces chastes mariages, Bossuet, Var. Déf. 1er disc. § 66. Dans l'espèce humaine, la fécondité dépend de l'abondance des subsistances, et la disette produit la stérilité, Buffon, Probab. de la vie, Œuv. t. X, p. 507, dans POUGENS.

  • 2Faculté que possède la terre de produire. Le Nil portait partout la fécondité, Bossuet, Hist. III, 3. La fécondité de la terre et celle des animaux est une source inépuisable des vrais biens ; l'or et l'argent ne sont venus qu'après, pour faciliter les échanges, Bossuet, Polit. X, I, 10. Et nos champs malheureux par leur fécondité, Voltaire, Tancr. I, 1.
  • 3 Par extension, il se dit de l'esprit qui produit. Cette fécondité de M. l'abbé Bignon, quoique peu commune, était moins remarquable que la facilité merveilleuse qu'il avait de parler sans préparation, Mairan, Éloges, l'abbé Bignon. Il semblait que l'idée de quelque application utile était nécessaire pour réveiller son génie qui déployait alors toute sa finesse, toute sa profondeur et toute sa fécondité, Condorcet, d'Alembert.

    Il se dit, dans un sens analogue, de ce qui prête beaucoup aux développements, aux aperçus.

  • 4 Fig. Il se dit des choses abstraites. Il y a deux fécondités : la première dans la nature, la seconde dans la charité, Bossuet, Sermon pour la fête du rosaire. Le sang des martyrs, par une merveilleuse fécondité, ne servait qu'à produire de nouveaux fidèles, Bourdaloue, Respect hum. 2e avent, p. 408. Il y a dans le cœur de l'homme, depuis sa corruption, une malheureuse fécondité pour le mal, qui altère bientôt dans les enfants le peu de bonnes dispositions qui reste, Rollin, Traité des Ét. 1er disc. prél.

HISTORIQUE

XIe s. Tant Dieu prierent par grant humilité, Que la muiler dunat fecunditet, St Alexis, VI.

XIVe s. Depuis qu'il virent que en toy avoit fecondité, et portoies enfans, Ménagier, I, 6.

XVIe s. Pline… celebrant plusieurs terres par leurs estranges fecondités, De Serres, 88.

ÉTYMOLOGIE

Provenç, fecunditat ; espagn. fecundidad ; ital. fecundità ; du lat. fecunditatem, de fecundus, fécond.