Olivier DE SERRES, auteur cité dans le Littré

DE SERRES (1539 -1619)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DE SERRES a été choisie.

1871 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Théâtre d'agriculture et mesnage des champs 1605 1858 citations

Quelques citations de Olivier DE SERRES

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1871 citations dans le Littré.

  1. Finalement, le tout est rechaussé, laissant sortir sur terre seulement deux œils ou bourgeons des greffes.
  2. Contre la toux, prendre au matin une once et demie de sape de coin ; qui se fait sans sucre, ni miel, en bouillant le jus exprimé de coins.
    909 (sapa)
  3. Entre les vins clerets, deux couleurs en sont les principales : de rubi oriental ou œil-de-perdris, et de hyacinte tendante à l'orangé.
    216 (œil)
  4. La chappe ou cloche, sous laquelle s'amassent les vapeurs des matieres distillées.
    889 (chape)
  5. On ne peut arracher les feuilles à poignées que souvent les branches n'en soient escorcées et quelquefois esclatées.
  6. Les avoines et les petits pois.
    467 (pois)
  7. Les gousses des feves.
  8. Nous fournirons le ruscher de toutes sortes de plantes…
  9. Les citrons, limons,…
    707 (citron)
  10. Pourveu que ses reparations soient raisonnablement inventées, mieux ne pourroit-il debiter son revenu.
  11. On y tire la matiere du verre de certaines pierres, de quelques herbes, comme soude, feugiere, salicor, par les arabes dit salcoran.
  12. Pline… celebrant plusieurs terres par leurs estranges fecondités.
  13. Les cormes sont aussi appellées sorbes, du mot latin sorbus, et leur arbre sorbier. Le cormier ou sorbier sera planté en mesme lieu, sous mesme aer que le pommier. - Il y a cormier masle, et cormier femelle ; cestui-ci est seul fertile.
    693 (corme)
  14. Telle ordonnance de fruitiers est appellée espalier et palissade, par laquelle les arbres plantés en haie s'entre-embrassent et s'entrelient les uns les autres.
  15. Ce mal [du bétail à laine] est appellé avertin par d'aucuns François, et, en Escosse avec raison, estourdi.
  16. Pain de pourceau, ceste herbe est ainsi ditte, parce que les pourceaux se repaissent de ses racines, les fouillans dans terre avec affection.
    607 (pain)
  17. Employans quelquesfois plus de temps à s'entre-quereller, qu'à travailler à leur besongne.
  18. Celle est la façon de toutes sortes de vins fruitiers, estant les pommes et poires guides des autres fruits.
  19. Par ce traitement les arbrisseaux se rendront propres à estre remués de la pepiniere en la bastardiere, pour s'y achever de faire.
  20. Douter de la continuelle suffisance de la terre, crainte de son envieillissement.