« pondre », définition dans le dictionnaire Littré

pondre

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

pondre

(pon-dr'), je ponds, tu ponds, il pond, nous pondons, vous pondez, ils pondent ; je pondais ; je pondis ; je pondrai ; je pondrais ; que je ponde, que nous pondions ; que je pondisse ; pondant, pondu v. a.
  • 1Faire des œufs, en parlant d'une femelle d'oiseau. … Celui dont la poule, à ce que dit la fable, Pondait tous les jours un œuf d'or, [La Fontaine, Fabl. V, 13]

    Familièrement et ironiquement. Je t'en ponds, manière de refuser en se moquant qui équivaut à je t'en casse.

    Il se dit d'autres animaux que les oiseaux. La tortue pond ses œufs dans le sable.

    Fig. et familièrement. Un extrait baptistaire de l'enfant qu'elle aura pondu, [Boursault, Lett. nouv. t. III, p. 198, dans POUGENS] Le roi rit beaucoup de madame l'abbesse et de son poupon, que, pour se mieux cacher, elle était venue pondre en pleine hôtellerie, [Saint-Simon, 95, 3]

  • 2 V. n. La poule a pondu. La fécondité ordinaire des poules consiste à pondre presque tous les jours ; on dit qu'il y en a en Samogitie, à Malaca et ailleurs qui pondent deux fois par jour, [Buffon, Ois. t. III, p. 111]

    Fig. Nos poules pondent pour lui, c'est lui qui profite de notre travail, de notre bien.

    Fig. Il pond sur ses œufs, se dit d'un homme riche et qui a toutes ses aises. Votre marchand pondait apparemment sur ses œufs, et tout le monde n'a pas le moyen d'entretenir deux femmes dans sa maison, [Voltaire, Lett. Mariott, 20 mars 1766]

    Fig. et très familièrement. Pondre deux dans un même nid, se dit de deux hommes qui ont accointance avec une même femme. En même nid furent pondre tous deux, [La Fontaine, Deux amis.]

HISTORIQUE

XIIIe s. Tant s'entr'amerent ambedui [tous deux], Qu'en un ni ensemble pouneient, [Marie de France, Fable 80] Pinte… Cele qui les gros oes [œufs] ponnoit, [Ren. 1334]

XVIe s. Castor et Pollux, de la cocque d'un œuf, pont et esclouz par Leda, [Rabelais, Garg. I, 6] Là veismes les cocques des deux œufz jadyz pounuz et esclouz par Leda, [Rabelais, ib. V, 10] Elle y peut bien pondre, mais elle n'y couvera pas, [Cotgrave]

ÉTYMOLOGIE

Wallon, pond ; Berry, ponre, poner, ponner, pouner, ponnu, pounu, pont ; provenç. pondre ; cat. pondrer ; esp. poner ; du lat. pōnere, mettre, déposer, qui est pour posnere, comme le montre positus, et qu'on rapproche de postis, poteau, et de l'all. fest, solide.