MARIE DE FRANCE, auteur cité dans le Littré

MARIE DE FRANCE

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MARIE DE FRANCE a été choisie.

poétesse anglo-normande du XIIIe siècle

147 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Aucune œuvre identifiée, le travail d'identification des œuvres reste à faire sur cet auteur.

Quelques citations de MARIE DE FRANCE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 147 citations dans le Littré.

  1. [Ceux].... ki feble Sunt par lur veillesce e endeble.
    Purgatoire, 391 (débile)
  2. El feu le jettent erranment, Od crocs de fer ens le buterent.
    Purgatoire, 889 (croc [2])
  3. Ki volentiers fiert vostre chien, Ja mar crerés qu'il vus aint [aime] bien.
    Graelent. (chien, chienne)
  4. Auquans en vit [il en vit quelques uns] mis en espeiz [épieux], E rostis od soufre e od peiz [poix] ; Li diable les rostisseient.
    Purgatoire, V. 1098 (rôtir)
  5. Ke plusurs almes [âmes] veirement Veient ke lur ert à venir.... Plusurs par revelaciun, E d'autres par avisiun.
    Purgatoire, 62 (révélation)
  6. El feu qui est tuz jurs ardanz En forneises de soufre espris.
    Purgatoire, 1092 (fournaise)
  7. À une mare sunt venu, Gardent de loin, si unt veü Raines [grenouilles] qui furent ensamblées.
    Fable 30 (mare)
  8. N'i out keville ne closture Ke ne fut tute d'ebenus.
    Gugemer. (cheville)
  9. Dou leon conte li escriz, Ki deffais ert [était] et enveilliz ; Malades jut mult longuement, Del relever n'i ot noient.
    Fable 15 (relever)
  10. Une brebix ot aingnelé.
    Fable, 44 (agneler)
  11. Un jur [la souris] s'asit desor le sueil, Ses grenonez [petites moustaches] apareilla, E de ses piez s'espelucha.
    Fabl. III (éplucher)
  12. Marie ai num, si sui de France.
    t. II, p. 401 (nom)
  13. Il lur respunt : n'en dutez mie, Que cointe beste avez choisie, Preste et isnele et emprenanz.
    Fable 37 (preste)
  14. De pennes l'aveit fait si bel [le paon], Qe n'aveit fait nul autre oysel.
    t. II, p. 218 (penne [1])
  15. Li cox [le coq] respunt : si dei-ge faire, Maudire l'ueil qui vieut cligner, Alors qu'il devreit veillier.
    Fab. 51 (cligner)
  16. Il dist au leu [loup] que molt esteit Anrimez, si qu'il ne poeit De li sentir sue [sa] flaireur.
    Fab. XXXVII (enrhumer)
  17. En un bos [il] truva un mutun Cras e refet sous la toison.
    Fabl. 73 (toison)
  18. Si cum variout la colurs, [ils] Aveient diverses luurs.
    Purgat. 1625 (varier)
  19. ... la dameisele Qui tant est pruz et sage e bele.
    Frêne (preux)
  20. L'aventure des dameiseles qui esteient serur gemeles.
    Frêne. (sœur)