« chauve », définition dans le dictionnaire Littré

chauve

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

chauve

(chô-v') adj.
  • 1Dont les cheveux sont tombés en totalité ou en partie par l'effet de l'âge ou de la maladie. Chevelu sur le front et chauve par derrière, Régnier, Sat. X. Il n'est tête chauve qui tienne, La Fontaine, Fabl. I, 17. Le chef branlant, la tête chauve, Beaumarchais, Barb. de Sév. II, 13.

    S. m. Un chauve. Phèdre dit que deux chauves se battirent pour un peigne qu'ils avaient trouvé. Ceux qui n'ont rien ne laissent pas d'y faire des pertes, et on y arrache les cheveux aux chauves, Guez de Balzac, liv. VI, lett. 5.

  • 2Se dit d'un oiseau qui a la tête dégarnie de plumes.

    Se dit d'une graine, d'un fruit dépourvu de poils, d'aigrette, etc.

  • 3 S. f. Une chauve, veine blanche dans une carrière d'ardoise.

    PROVERBE

    L'occasion est chauve, il est difficile de la bien saisir. Villeroy eut ordre de tenter tout pour le secours de Namur ; mais l'occasion, qui est chauve, ne revient plus, Saint-Simon, 31, 100.

HISTORIQUE

XIIe s. Il n'i fist joie ne cheveluz ne chauz, Ronc. p. 149. Petiz enfanz eissirent hors de la cited, si l'gaberent, si li distrent : or en vien, dan calf, or en vien, Rois, 351.

XIIIe s. Ne remest en la ville ne chauf ne chevelu, Berte, CXXXVII. Si vous aviés passé le flum Jordain, vous n'i atenderiés ni cauf ni kevelu, Chr. de Rains, 203. Après mengier, savez que firent ; Hastivement se departirent, Qu'il n'i remist ne bons ne maux, Fors eulx, ne chevelox ne caux, Ren. 12672.

XVIe s. Tous ayment mieulx estre chenus que devenir chauves, Génin, Récréat. t. II, p. 250. De commodité, j'en tirois peu ou rien [de l'argent] : pour avoir plus de moyens de despense, elle [la despense] ne m'en poisoit pas moins ; car, comme disoit Bion, autant se fasche le chevelu comme le chauve, qu'on lui arrache le poil, Montaigne, I, 315.

ÉTYMOLOGIE

Provenç. calv, qualv : espagn. et ital calvo ; du latin calvus. Ne chevelu ne chauf était une locution habituelle dans l'ancienne langue pour dire : âme qui vive.