Jean-Louis GUEZ de BALZAC, auteur cité dans le Littré

GUEZ DE BALZAC (1597-1654)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme GUEZ DE BALZAC a été choisie.

écrivain épistolier et satirique

1127 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Ariste, ou De la cour 1658 229 citations
Correspondance 1624,1636 563 citations
Discours à la Régente 26 citations
Le Barbon 46 citations
Le Prince 1631 72 citations
Socrate chrétien 1652 70 citations

Quelques citations de Jean-Louis GUEZ de BALZAC

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1127 citations dans le Littré.

  1. Un homme de cette sorte est un savant artisan de calomnies… il blâme avec des éloges et non pas avec des invectives.
    De la cour, 5<sup>e</sup> disc. (invective)
  2. Ce nœud gordien, c'est-à-dire l'intricatissime embarras du petit [une personne de confiance de Balzac].
    Lett. inéd. LXIII, éd. Tamizey-Larroque. (intricatissime)
  3. Il s'est étonné que je n'ai rien vu de tout cela.
    Lett. à Chapelain, 8 janv. 1640 (étonner)
  4. Je finirai donc en cet endroit, plus par discrétion que par faute de matière.
    liv. I, lett. 9 (matière)
  5. Je saurai si votre philosophie ne s'est point émue à l'aspect de la sonde et du rasoir.
    liv. V, lett. 23 (sonde)
  6. En la place de tous tant qu'ils sont, le courtisan ambitieux met des personnes à sa dévotion.
    7<sup>e</sup> disc. s. la cour. (dévotion)
  7. Si homme du monde a le don d'obscurité, avouons que c'est celui-ci.
    le Barbon. (monde [1])
  8. Rien ne se refuse dans les embrassements d'une femme artificieuse… les moindres de ses afféteries emportaient les grâces des criminels.
    le Prince, ch. X (afféterie)
  9. Je ne puis plus rien faire que sous le bon plaisir des médecins et de la fièvre.
    liv. II, lett. 10 (plaisir)
  10. C'étaient des gueux adorés des souverains et des peuples, que les consuls et les dictateurs de ce temps-là.
    De la gloire. (gueux, euse)
  11. Cette fertilité [de l'imagination] et cette étendue ne faisaient que fournir matière à l'extravagance et donner plus d'espace à des pensées folles.
    De la cour, 4<sup>e</sup> disc. (fertilité)
  12. Je ne compte pas les voix, je les pèse.
    liv. VI, lett. 1 (peser)
  13. La douleur qui fait frémir ses bourreaux ne fait que la [la vertu] chatouiller.
    le Prince, ch. X (chatouiller)
  14. Il n'est pas aisé de nous ajuster ensemble.
    liv. 7, lettre 12 (ajuster)
  15. La rudesse de la saison… me fait trop de peur pour me laisser sortir de la chambre.
    liv. IV, lett. 17 (rudesse)
  16. Vous vous souvenez du vieux pédagogue de la cour et qu'on appelait autrefois le tyran des mots et des syllabes.
    Socr. chrét. X (syllabe)
  17. Je vous prie de lui vouloir faire mes baisemains.
    Liv. VIII, lettr. 42 (baisemain)
  18. Il disait à tout le monde par forme d'exclamation…
    liv. VI, lett. 3 (forme)
  19. Dites si je n'ai pas perdu la raison avec le respect que je vous dois.
    liv. II, lett. 1 (respect)
  20. Je ne doute point qu'à l'ordinaire il ne se tue l'âme et le corps.
    liv. III, lett. 11 (ordinaire)