« douzaine », définition dans le dictionnaire Littré

douzaine

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

douzaine

(dou-zè-n') s. f. collectif
  • 1Douze objets de même nature. Une douzaine d'œufs. Trois douzaines de serviettes.

    Demi-douzaine, la moitié d'une douzaine. J'aurais donné une demi-douzaine de nos demoiselles pour elle, Maintenon, Lett. à Mme de Caylus, 15 déc. 1715.

    Familièrement. A la douzaine, se dit, par dénigrement, de quelqu'un ou de quelque chose de fort ordinaire. L'on te fera la moue, et, pour fruit de ta peine, Ce n'est, ce dira-t-on, qu'un poëte à la douzaine, Régnier, Sat. IV. Hé ! finissez, rimeur à la douzaine ; Vos abrégés sont longs au dernier point, Rousseau J.-B. Ép. II, 3.

    Il ne s'en trouve pas treize à la douzaine, ou il n'y en a pas treize à la douzaine, se dit de quelque chose qui ne se rencontre pas communément.

  • 2Quantité indéterminée, mais se rapprochant de douze. Ils n'étaient guère qu'une douzaine de personnes. Ce sont une douzaine de petites îles, depuis trois jusqu'à huit lieues de circonférence, Raynal, Hist. phil. XIV, 31.
  • 3Ancien nom d'une sorte de drap. Draps du pays d'Angleterre, appelés douzaine, de la valeur de huit livres l'aune, Tarif du 18 avril 1667.

HISTORIQUE

XIIIe s. A bone estraine Mengié en a une dozaine, Tant que tot ot le ventre plain, Ren. 3988. Se je m'esmai [me tourmente], je n'en puis mais ; Qu'or n'ai ne dousaine ne fais, En ma meson, De busche por ceste seson, Rutebeuf, 16.

XIVe s. Que li prevost de Paris soit tenu par son serment à visiter le portement de la douzaine [les douze sergents du chastelet de Paris] chacun mois, et punir ceux qui mal se porteront, Ordonn. des rois de Fr. t. I, p. 742. Et les terres qui sient au dessus du dit clos, qui contiennent trois dozaines de terre [mesure de terre qui exige un douzain de semence], Du Cange, dozenum.

XVe s. Un mauvais cœur en decourage deux douzaines de bons, Froissart, II, III, 19.

XVIe s. Un avocat en parlement, qui estoit bien au compte de la douzaine [du commun], Despériers, Contes, XI. Chrysippus disoit qu'un philosophe fera une douzaine de culebuttes en public, voire sans hault de chausses, pour une douzaine d'olives, Montaigne, II, 349. Tels sont si clair-semez, qu'il seroit bien difficile d'en trouver quinze à la douzaine, Froumenteau, Finances, III, livre, p. 437.

ÉTYMOLOGIE

Douze ; bourguig. d"zaine ; provenç. dotzena ; catal. dotsena ; espagn. docena ; portug. duzia ; ital. duzzina.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DOUZAINE. Ajoutez :
4Dans les îles de Guernesey et Aurigny, conseil administratif de douze membres, ou plus, élus à vie ; il y en a une pour chaque paroisse de Guernesey et pour chacun des cantons ou subdivisions territoriales de la paroisse capitale de cette île, et une pour l'île d'Aurigny.

REMARQUE

Pour l'accord du verbe dont douzaine est le sujet, voy. MOITIÉ.