« rallier », définition dans le dictionnaire Littré

rallier

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

rallier

(ra-li-é), je ralliais, nous ralliions, vous ralliiez ; que je rallie, que nous ralliions, que vous ralliiez v. a.
  • 1Rassembler, réunir ceux qui s'étaient dispersés. Rallier des vaisseaux, une flotte. Mais bientôt, malgré nous, leurs princes les rallient, Corneille, Cid, IV, 3. Les plus vieux officiers furent charmés de lui voir [à M. de Revel] plusieurs fois rallier son escadron, Pellisson, Lett. hist. t. I, p. 144. On vit presque en même temps le duc d'Enghien pousser l'aile droite des ennemis, soutenir la nôtre ébranlée, rallier le Français à demi vaincu…, Bossuet, Louis de Bourbon. Ta valeur, arrêtant les troupes fugitives, Rallia d'un regard leurs cohortes craintives, Boileau, Lutr. III. Les Suédois furent rompus, enfoncés et poussés jusqu'à leur bagage ; Levenhaupt rallia ses troupes derrière les chariots, Voltaire, Charles XII, 4.
  • 2 Terme de vénerie. Arrêter les chiens et les ramener avec ceux qui chassent leur cerf, quand les premiers chassent du change.
  • 3 Terme de marine. Rallier un vaisseau, le rejoindre. Je ralliai l'Astrolabe qui était beaucoup dans l'ouest, où il avait été entraîné par les courants, La Pérouse, Voy. t. II, p. 392, dans POUGENS.

    Rallier son poste, manœuvrer pour le reprendre, après l'avoir quitté.

    Rallier le vent, gouverner le plus près possible de la direction du vent.

    On dit dans le même sens : rallier au vent.

    Se rapprocher de. Rallier un port, une terre. Nous ralliâmes, le 19 au point du jour, la côte de Célèbes, et nous la rangeâmes à la distance de trois à quatre milles, Bougainville, Voy. t. II, p. 315, dans POUGENS.

  • 4 Fig. Attirer à une opinion, à un sentiment. Nous l'avons rallié à notre cause. Il songea au bien de l'État, et se hâta de rallier tous les gens de bien, pour s'opposer à Astarbé, Fénelon, Tél. VIII.

    Faire concorder. Cette proposition rallia tout le monde dans l'assemblée.

  • 5Se rallier, v. réfl. Se réunir, se remettre ensemble. Les armées romaines, quoique défaites et rompues, combattaient et se ralliaient jusqu'à la dernière extrémité, Bossuet, Hist. III, 6. Là se voit à ses pieds la bête terrassée… La meute se rallie, et, hors d'haleine encor, Les chiens font à l'envi retraite au son du cor, Bahier, le Cabinet de Quinault, p. 57. Peut-être, si les migrations de cette dernière espèce [le fou de Bassan] étaient mieux connues, trouverait-on qu'elle se rallie et se réunit avec les autres espèces sur les côtes de la Floride, Buffon, Ois. t. XVI, p. 151.

    Terme de marine. Se réunir ou se rapprocher les uns des autres, quand on est en escadre ou en armée.

    Se rallier à la terre, s'en approcher.

    Fig. Embrasser une opinion, un sentiment. Il y a des opinions auxquelles on attache des signes publics, qui sont des étendards auxquels les nations se rallient, Voltaire, Mœurs, Rem. VII.

HISTORIQUE

XIe s. [Il] Sone son gresle [cor] pur les siens ralier, Ch. de Rol. CI.

XIIe s. E Judas ralie son host, et vint en la cité de Medolla, Machab. II, 12.

XIIIe s. Et li fuiant se ralierent tuit à li, Villehardouin, CXLIV. Or vous dirons dou roi Philippe, qui estoit à Gysors, et manda sa gent, et les raloia, puis s'en revint en France, Chr. de Rains, p. 72. Si an furent moult les genz Pandragon reconforté ; car Uters les rallia avoc la soe gent, Merlin, f. 51, recto.

XVIe s. Assembler les citoyens et les r'allier aux exercices et jeux, Montaigne, I, 199.

ÉTYMOLOGIE

Re .., et allier.