« destructeur », définition dans le dictionnaire Littré

destructeur

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

destructeur, trice

(dè-stru-kteur, ktri-s') s. m.
  • 1Celui, celle qui détruit. Ce destructeur fatal des tristes Lesbiens, Racine, Iphig. II, 1. Le fameux Scipion, destructeur de Carthage, qui eut toujours auprès de lui le philosophe Panétius, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. III, p. 376, dans POUGENS. Ce destructeur des rois, de leur sang abreuvé, Voltaire, Orphel. I, 1. Et tout nous abandonne aux mains des destructeurs, Voltaire, ib. I, 1. Ils avaient fait en chaire le panégyrique des destructeurs nommés conquérants, Voltaire, Dial. XXVIII, 1. Le Hollandais est, par état, un citoyen du monde ; le Suisse [qui se louait comme soldat] est, par état, un destructeur de l'Europe, Raynal, Hist. phil. XIX, 2. En somme, ces gens-ci [les gens de la bande noire], ces destructeurs de terres font grand bien à la terre, divisent le travail, aident à la production…, Courier, Lett. V.

    Fig. Destructeur des abus.

  • 2 Adj. Les enfants sont naturellement destructeurs. … Ce chef arrogant d'un peuple destructeur, Voltaire, Tancr. I, 1. Éteins entre leurs mains leurs foudres destructeurs, Voltaire, Alz. I, 4. Si la conquête n'était pas destructrice, Montesquieu, Espr. X, 4.

SYNONYME

DESTRUCTEUR adj., DESTRUCTIF. Destructeur se dit de ce qui détruit ; destructif, de ce qui a la puissance de détruire. Dans la rigueur des termes, destructeur indique l'acte ; et destructif, la disposition. L'acide fluorique est un des corps les plus destructifs ; et il l'est toujours, même quand il n'est pas destructeur, comme dans un vase de plomb. Destructeur se dit également des personnes et des choses ; destructif ne se dit que des choses.

HISTORIQUE

XIIIe s. Voirs est [il est vrai] que li lecheres [le gourmand] Est mainte fois pecheres ; De ce n'a Diex mestier ; Mais li pechiez trichieres De l'ame est destruieres, N'est preus [n'est bon] à hebergier, Prov. du comte de Bret. ms. dans LACURNE. Boins aumosniers et sans feintise, Langue ki ne savoit mentir, Drois jugieres de cuer entier, Destruisiere de Sarrasins, Ph. Mouskes, ms. p. 219, dans LACURNE.

XVIe s. Ceux que l'on avoit estimés perdus et entierement destruits reduisirent en plusieurs lieux leurs destructeurs sur la defensive, Sully, dans le Dict. de DOCHEZ.

ÉTYMOLOGIE

Provenç. destruydor ; catal. destructor ; espagn. destruidor ; ital. distruttore ; du latin destructorem, de destruere (voy. DÉTRUIRE). Le vieux français destruiere est le nominatif, du latin destrúctor ; le régime sera destruior (destruidor, qui se trouve dans le provençal, est un régime), du latin destructórem.