Maximilien de Béthune, duc de SULLY, auteur cité dans le Littré

SULLY (1559-1641)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme SULLY a été choisie.

ministre d'Henri IV

140 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Mémoire, ou Œconomies royales d'État, domestiques, politiques et militaires de Henri le Grand 1638-1841 101 citations

Quelques citations de Maximilien de Béthune, duc de SULLY

Voici un tirage aléatoire parmi ses 140 citations dans le Littré.

  1. Impositions des rivieres, droits d'embouchures.
    Mém. t. III, p. 148, dans LACURNE (embouchure)
  2. Que les alchimistes ne vantent plus leurs secrets, qu'ils ne disent plus qu'avec leurs especes chimiques, leurs essences simples ou composées, leurs magisteres et leur elixir, ils feront des merveilles.
    Mém. t. IV, p. 314, dans LACURNE (magistère)
  3. Le roy l'appelloit son cousin, et le titroit amiral de France et gouverneur en chef de Rouen.
    Mém. t. II, p. 177 (titrer)
  4. Vous nous obligerez à toute extremité [extrêmement].
    Mém. t. II, p. 316, dans LACURNE (extrémité)
  5. Plusieurs fertes et crevasses [aux pieds] toutes tantouillées de sang et de grosses cloches.
    Mém. t. II, p. 218 (tantouillé)
  6. Cuivre, rosette, potin, culot.
    Mém. t. IV, p. 78 (rosette [2])
  7. La reine mere, qui haïssoit et se voyoit haïe du duc d'Anjou, et avoit par ses espions et mouchards decouvert ce qui se projettoit pour la desauthoriser et empescher le retour du roy de Pologne.
    Mém. t. I, p. 80, dans LACURNE (mouchard)
  8. Voyant que toute apparence de peste estoit hors du chasteau de Rosny, où l'on avoit osté les meubles des lieux où il y avoit eu de la peste, et bien éventé et flambé les logements, vous y ramenastes madame vostre femme.
    Mém. t. I, p. 256, dans LACURNE (flamber)
  9. Ayant fait resolution d'estre François de faction [en action], comme il l'estoit de naissance.
    Mém. t. IV, p. 83, dans LACURNE (faction)
  10. Les mains nous tremblent et le cœur nous pantele de tristesse.
    Mém. t. II, p. 143, dans LACURNE (panteler)
  11. Ceremonies de simple bienseance, accompagnées de paroles concises, de froideur et grandes retenues.
    dans le Dict. de DOCHEZ. (concis, ise)
  12. Il ne se trouveroit plus de gentilshommes qui ne fussent mestifs et plus propres à faire les marjolets, berlandiers et batteurs de pavé que s'employer à la vraye vertu et aux armées.
    Mém. t. V, p. 93, dans LACURNE (marjolet)
  13. Ayant eu quantité de mauvaises rencontres, et eu, en plus de sept parts de sa vie, dont les dix font le tout, de grands et forts ennemis.
    Mém. t. XII, p. 287, dans LACURNE (part [2])
  14. Paix malotrue [paix mal faite].
    Mém. t. XII, p. 323, dans LACURNE (malotru, ue)
  15. Les subsides outrés, les negligements du commerce, du trafic, le grand nombre de charges…
    Mémoires, cité dans PONTET DE FOUVENT, les Malversations des compagnies de chemins de fer, p. 16 (négligemment)
  16. La condition la plus heureuse où ils sauroient estre les chagrine, les ennuye et les degouste.
    dans le Dict. de DOCHEZ. (chagriner [2])
  17. Vous vous souviendrez [vous, Henri IV] des peines et anxietez où vous ont jeté les ruses, artifices, malices et cautelles de la Verneuil, ses semblables et leurs sequelles et proxenetes.
    Mém. t. VIII, p. 416 (proxénète)
  18. Je ne m'estonne plus s'il y a des malentendus entre nous et les Anglois, puisque votre humeur est de preferer le particulier au public.
    dans le Dict. de DOCHEZ. (malentendu)
  19. Ces cajoleurs de cour qui semblent n'y estre que pour faire des exclamations et des admirations de tout ce qu'ils voyent et oyent.
    Mém. part. 2, ch. 11, dans LACURNE (cajoleur, euse)
  20. L'autre, ayant esté accusé de peculat, a esté vu brandiller à une potence dans un tableau.
    dans le Dict. de DOCHEZ. (brandiller)