Louis Jacques THÉNARD, auteur cité dans le Littré

THENARD (1777-1857)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme THENARD a été choisie.

134 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Traité de chimie élémentaire, théorique et pratique 1813 118 citations

Quelques citations de Louis Jacques THÉNARD

Voici un tirage aléatoire parmi ses 134 citations dans le Littré.

  1. On ne trouve en général des mines d'or que dans les terrains primitifs, les terrains d'alluvion et le lit des rivières ; les premiers le contiennent en filons, et les autres en paillettes.
    Traité de chimie, t. I, p. 322, dans POUGENS (or [2])
  2. Dans la panification, on ne saurait mettre trop de soin à bien mêler la levûre avec la pâte.
    Traité de chim. t. III, p. 340, dans POUGENS (panification)
  3. Les fils et les tissus de chanvre, de lin et de soie doivent être regardés comme des composés de fibres blanches unies à une certaine quantité de matière colorante.
    Traité de chim. t. III, p. 314, dans POUGENS (tissu [1])
  4. Si on expose les pains [de cuivre], devenus poreux et bien moins fusibles qu'ils n'étaient, à l'action d'une plus haute température pour les faire ressuer, on en sépare une nouvelle quantité de plomb.
    Traité de chim. t. II, p. 704, dans POUGENS (ressuer)
  5. La quantité d'eau aspirée et transpirée par un tournesol pendant vingt-quatre heures.
    Traité de chim. t. III, p. 21, dans POUGENS (transpiré, ée)
  6. La plupart des métaux sont susceptibles de former chacun deux oxydes ; quelques-uns en forment trois, quatre et peut-être cinq ; aussi le nombre des oxydes est-il considérable.
    Traité de chimie, t. II, p. 1, dans POUGENS (oxyde)
  7. Tous les sels dont les acides ou les oxydes ne sont point au summum d'oxygénation, sont susceptibles, théoriquement parlant, d'absorber de l'oxygène.
    Traité de chim. t. II, p. 303, dans POUGENS (summum)
  8. Les racines, par les suçoirs qui sont à l'extrémité de leurs petites fibres chevelues, pompent dans le sein de la terre les sucs nourriciers qu'elles y trouvent.
    Traité de chim. t. III, p. 41, dans POUGENS (suçoir)
  9. En gâchant le plâtre avec une dissolution de colle forte, introduisant ensuite des matières colorées dans la masse lorsqu'elle est encore en bouillie, et la polissant lorsqu'elle est solide et appliquée sur les objets que l'on veut en recouvrir, on fait un enduit qui imite parfaitement le marbre, et qu'on connaît sous le nom de stuc,
    Traité de chim. t. II, p. 430, dans POUGENS. (stuc)
  10. On pourrait éviter de renouveler le tan, en l'arrosant avec de l'eau chargée de tannin, lorsqu'il serait épuisé de ce principe.
    Traité de chim. t. III, p. 682 (tan)
  11. La manière d'extraire le miel est fort simple : après avoir enlevé avec un couteau les petites lames de cire qui ferment les alvéoles, on expose les gâteaux sur des claies à une chaleur douce : bientôt la partie la plus pure du miel s'écoule goutte à goutte, on l'appelle miel vierge.
    Traité de chimie, t. III, p. 178, dans POUGENS (miel)
  12. On dit de ces alliages qu'ils sont à un titre d'autant plus élevé qu'ils contiennent plus d'argent ; ainsi un lingot qui, sur 1000 parties, contient 950 d'argent, est au titre de 950.
    Traité de chimie, t. I, p. 480, dans POUGENS (titre [1])
  13. À grosseur et à qualité égales, le diamant a plus de prix que le rubis, le rubis plus que le saphir.
    Traité de chimie, t. II, p. 203 (rubis)
  14. On dit qu'un corps est saturé d'un autre, lorsqu'il est combiné avec toute la quantité possible de celui-ci.
    Traité de chim. t. I, p. 21, dans POUGENS (saturé, ée)
  15. L'air [dans la combustion] tend à convertir [par son oxygène] la substance végétale en eau et en acide carbonique ; tel serait le résultat de son action, s'il était en assez grande quantité et si la température était assez élevée ; c'est ce qui n'arrive jamais… voilà pourquoi il s'amasse de la suie dans les tuyaux.
    Traité de chim. t. III, p. 46, dans POUGENS (suie)
  16. La zircone est sans usages ; elle fut découverte en 1789 par M. Klaproth.
    Traité de chim. t. II, p. 43, dans POUGENS (zircone)
  17. Les verres de couleur ne sont que des verres ordinaires auxquels on ajoute, quand on les fabrique, une certaine quantité d'oxyde colorant.
    Traité de chim. t. II, p. 214, dans POUGENS (verre)
  18. Un grain de poudre fulminante [de platine], chauffé graduellement, détone avec dégagement de lumière, et produit un bruit plus fort qu'un coup de pistolet.
    Traité de chim. t. II, p. 158, dans POUGENS (poudre)
  19. Comme le fer est un des métaux les plus oxydables de la troisième section.
    Traité de chimie, t. II, p. 7, dans POUGENS (oxydable)
  20. Le verdet se prépare en traitant le vert-de-gris par le vinaigre.
    Traité de chim. t. III, p. 78, dans POUGENS (verdet)