Louis Jacques THÉNARD, auteur cité dans le Littré

THENARD (1777-1857)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme THENARD a été choisie.

134 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Traité de chimie élémentaire, théorique et pratique 1813 118 citations

Quelques citations de Louis Jacques THÉNARD

Voici un tirage aléatoire parmi ses 134 citations dans le Littré.

  1. Il ne faudrait chauffer… des matières susceptibles de laisser dégager du phosphore, dans des vases de platine ; ils seraient à l'instant perforés.
    Traité de chimie, t. I, p. 321, dans POUGENS (perforé, ée)
  2. Le verre est un produit qu'on obtient en exposant un mélange de silice et de différentes matières, la plupart du temps très fusibles, à l'action d'un feu violent et suffisamment continu.
    Traité de chim. t. II, p. 211, dans POUGENS (verre)
  3. Herschell a trouvé qu'au delà du rayon rouge, hors du spectre, jusqu'à une certaine distance, il existait des rayons plus chauds que le rayon rouge ; que ces rayons étaient obscurs…
    Traité de chim. t. I, p. 94, dans POUGENS (spectre)
  4. Si on expose les pains [de cuivre], devenus poreux et bien moins fusibles qu'ils n'étaient, à l'action d'une plus haute température pour les faire ressuer, on en sépare une nouvelle quantité de plomb.
    Traité de chim. t. II, p. 704, dans POUGENS (ressuer)
  5. Le vermillon le plus estimé nous vient de Chine ; c'est une couleur très solide, qui résiste à presque tous les agents.
    Traité de chim. t. I, p. 433, dans POUGENS (vermillon)
  6. Le salicor ou soude de Narbonne provient de la combustion du salicornia annua, qu'on cultive sous le nom de salicor aux environs de Narbonne.
    Traité de chim. t. II, p. 376, dans POUGENS (salicor)
  7. Il paraît qu'à densité égale l'oxygène est celui qui a le moins de pouvoir réfringent, et qu'un corps combustible en a toujours plus que le corps brûlé dont il est le radical.
    Traité de chim. t. I, p. 218, dans POUGENS (radical, ale)
  8. Leur solubilité [des sels] dépend évidemment de leur affinité pour l'eau et de leur cohésion ; elle est en raison directe de la première et en raison inverse de la seconde.
    Traité de chim. t. II, p. 292 (solubilité)
  9. Le mortier est un mélange intime de chaux, d'eau et d'un corps dur réduit en petits fragments.
    Traité de chimie, t. II, p. 219, dans POUGENS (mortier)
  10. Tout l'oxygène nécessaire pour suroxyder la baryte.
    Instit. Mém. acad. scienc. t. III, p. 444 (suroxyder)
  11. Les principales substances dont on se sert pour obtenir les rouges sont la garance, la cochenille, le bois de Brésil et le carthame.
    Traité de chim. t. III, p. 320, dans POUGENS (rouge [1])
  12. Le pavot blanc se cultive en grande quantité dans l'Inde et l'Orient ; après la floraison, on fait des incisions longitudinales aux capsules ; il en découle un suc laiteux qui se concrète facilement ; ce suc, ainsi devenu concret, constitue l'opium.
    Traité de chimie, t. III, p. 365, dans POUGENS (opium)
  13. Il est évident qu'il n'y a que les gaz développés, pour ainsi dire, instantanément [dans l'inflammation de la poudre] qui contribuent à la projection.
    Traité de chim. t. II, p. 498, dans POUGENS (projection)
  14. L'un des effets de la salive est de ramollir les aliments, de les dissoudre quelquefois, et de les rendre, par cela même, d'une plus facile digestion.
    Traité de chimie, t. III, p. 565, dans POUGENS (salive)
  15. Un seul hydriodate se trouve dans la nature : c'est l'hydriodate de potasse ; il fait partie des varechs dont l'on retire la soude de Cherbourg.
    Traité de chim. t. II, p. 596, dans POUGENS (varech)
  16. Lorsqu'un acide et un oxyde se combinent, ils se neutralisent en totalité ou en partie, suivant la quantité respective de l'un et de l'autre.
    Traité de chimie, t. II, p. 280, dans POUGENS (neutraliser)
  17. Tous les acides sont susceptibles de se combiner avec l'ammoniaque, et presque tous forment avec elle des sels neutres, c'est-à-dire des sels qui n'altèrent ni la couleur de la violette ni celle du tournesol.
    Traité de chimie, t. II, p. 158, dans POUGENS (neutre)
  18. C'est avec le carthame qu'on prépare le rouge dont les femmes se servent pour la toilette.
    Traité de chim. t. III, p. 303 (rouge [1])
  19. Pour rectifier l'éther, on le met d'abord en digestion pendant une à deux heures, avec la 15e ou 16e partie de son poids de pierre à cautère, dans un flacon que l'on agite de temps en temps.
    Traité de chim. t. III, p. 276, dans POUGENS (rectifier)
  20. Il n'est pas nécessaire qu'un liquide bouille pour être susceptible de se vaporiser.
    ib. t. I, p. 63 (vaporiser)