Louis Jacques THÉNARD, auteur cité dans le Littré

THENARD (1777-1857)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme THENARD a été choisie.

134 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Traité de chimie élémentaire, théorique et pratique 1813 118 citations

Quelques citations de Louis Jacques THÉNARD

Voici un tirage aléatoire parmi ses 134 citations dans le Littré.

  1. Lorsque la liqueur [le moût] ne bout plus, qu'elle a pris une saveur forte et vineuse, et qu'elle est devenue parfaitement claire, on regarde le vin comme fait et on le tire.
    Traité de chimie, t. III, p. 419, dans POUGENS (vineux, euse)
  2. Il ne faut pas le confondre [le vert-de-gris] avec la substance verte qui se forme sur les vases de cuivre qu'on n'a pas soin de nettoyer ; cette substance, que l'on appelle aussi vert-de-gris est un véritable sous-deuto-carbonate.
    Traité de chim. t. III, p. 78, dans POUGENS (vert-de-gris)
  3. Quoique le gaz oxygène soit si répandu dans la nature, et quoiqu'il y joue un si grand rôle, il n'est connu que depuis quarante-trois ans : c'est à Priestley que la découverte en est due ; il la fit en 1774.
    Traité de chim. t. I, p. 130, dans POUGENS (oxygène)
  4. Dans une atmosphère trop raréfiée, il ne se produit plus assez de chaleur pour entretenir la combustion.
    Traité de chimie, t. I, p. 141 (raréfié, ée)
  5. Esprit pyroacétique.
    Traité de chim. t. III, p. 67, dans POUGENS (pyroacétique)
  6. La température du sang artériel n'est que d'environ un degré plus élevée que celle du sang veineux.
    Traité de chim. t. III, p. 596, dans POUGENS (sang)
  7. Les vins rouges proviennent du moût des raisins noirs avec l'enveloppe de leurs grains ; et les vins blancs, des raisins blancs, ou bien encore du moût des raisins noirs fermenté sans cette enveloppe.
    ib. p. 419 (vin)
  8. L'acier est le seul métal qui soit susceptible de se tremper ou de se durcir par un refroidissement subit ; ni le cuivre, ni l'argent, ni l'or, ni aucun des autres métaux, sous un état quelconque, ne paraissent jouir de cette propriété.
    Traité de chim. t. I, p. 379, dans POUGENS (tremper)
  9. Le sucre ordinaire est connu depuis nombre de siècles ; mais ce n'est que depuis la découverte de l'Amérique que l'on s'en est servi comme aliment.
    Traité de chim. t. III, p. 162, dans POUGENS (sucre)
  10. Les racines, par les suçoirs qui sont à l'extrémité de leurs petites fibres chevelues, pompent dans le sein de la terre les sucs nourriciers qu'elles y trouvent.
    Traité de chim. t. III, p. 41, dans POUGENS (suçoir)
  11. Lorsqu'au lieu de respirer le gaz oxygène, ou l'air, qui n'agit dans la respiration de l'homme et des mammifères que par l'oxygène qu'il contient, un animal respire tout autre gaz, il périt plus ou moins promptement ; tous les gaz, excepté l'oxygène, sont donc contraires à la vie.
    ib. t. III, p. 598 (oxygène)
  12. On sait que le rayon violet échauffe moins le thermomètre que le rayon indigo ; celui-ci moins que le bleu ; ce nouveau rayon moins que le suivant, et ainsi de suite jusqu'au rouge.
    Traité de chim. t. I, p. 94, dans POUGENS (rayon [1])
  13. On sait que 100 kilogrammes de viande contiennent, terme moyen, 80 kilogrammes de viande chair, 20 kilogrammes d'os, et qu'ils donnent dans les hospices 400 bouillons d'un demi-litre chacun, et 50 kilogrammes de bouilli.
    Traité de chim. t. III, p. 687, dans POUGENS (viande)
  14. Si on expose les pains [de cuivre], devenus poreux et bien moins fusibles qu'ils n'étaient, à l'action d'une plus haute température pour les faire ressuer, on en sépare une nouvelle quantité de plomb.
    Traité de chim. t. II, p. 704, dans POUGENS (ressuer)
  15. Le tournesol paraît n'être que la combinaison d'une couleur rouge végétale avec un alcali ou oxyde métallique ; en conséquence il faut concevoir qu'en versant un acide dans la dissolution de tournesol, cet acide se combine avec l'alcali, met la couleur rouge en liberté ; et, en ajoutant ensuite à la liqueur un oxyde, celui-ci se combine avec l'acide ou la couleur rouge, et la ramène au bleu.
    Traité de chim. t. II, p. 3, dans POUGENS (tournesol)
  16. Lémeri, à qui l'on doit d'avoir découvert la réaction du fer, du soufre et de l'eau, a prétendu que ce mélange jouait un grand rôle dans les volcans ; il l'a même nommé volcan artificiel.
    Traité de chim. t. I, p. 507, dans POUGENS (volcan)
  17. Les principales espèces de poteries sont les creusets, les faïences grossières, les faïences fines nommées terre blanche, terre de pipe, terre anglaise, le grès, les porcelaines.
    Traité de chim. t. II, p. 218, dans POUGENS (poterie)
  18. Le zéro de ce pyromètre correspond à 5380 du thermomètre centigrade, et chacun de ses degrés égale 72 degrés du même thermomètre, d'après Wedgwood.
    Traité de chim. t. I, p. 46, dans POUGENS (pyromètre)
  19. Le deutoxyde de strontium est blanc, brillant, satiné.
    Instit. Mém. scienc. t. III, p. 472 (satiné, ée)
  20. Toutes les huiles ou les graisses ne sont point susceptibles de se saponifier également bien.
    Traité de chim. t. I, p. 210, dans POUGENS (saponifier)