Louis Jacques THÉNARD, auteur cité dans le Littré

THENARD (1777-1857)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme THENARD a été choisie.

134 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Traité de chimie élémentaire, théorique et pratique 1813 118 citations

Quelques citations de Louis Jacques THÉNARD

Voici un tirage aléatoire parmi ses 134 citations dans le Littré.

  1. Le manganèse, le chrome, le cobalt, l'urane s'obtiennent tous de la même manière.
    Traité de ch. t. II, p. 670 (obtenir)
  2. Lorsqu'un acide et un oxyde se combinent, ils se neutralisent en totalité ou en partie, suivant la quantité respective de l'un et de l'autre.
    Traité de chimie, t. II, p. 280, dans POUGENS (neutraliser)
  3. Le zéro de ce pyromètre correspond à 5380 du thermomètre centigrade, et chacun de ses degrés égale 72 degrés du même thermomètre, d'après Wedgwood.
    Traité de chim. t. I, p. 46, dans POUGENS (pyromètre)
  4. Les principales substances dont on se sert pour obtenir les rouges sont la garance, la cochenille, le bois de Brésil et le carthame.
    Traité de chim. t. III, p. 320, dans POUGENS (rouge [1])
  5. Si on expose les pains [de cuivre], devenus poreux et bien moins fusibles qu'ils n'étaient, à l'action d'une plus haute température pour les faire ressuer, on en sépare une nouvelle quantité de plomb.
    Traité de chim. t. II, p. 704, dans POUGENS (ressuer)
  6. Toutes les fois qu'une sonde séjourne trop longtemps dans la vessie, elle se recouvre d'une croûte terreuse.
    Traité de chim. t. III, p. 669, dans POUGENS (sonde)
  7. La plupart des métaux sont susceptibles de former chacun deux oxydes ; quelques-uns en forment trois, quatre et peut-être cinq ; aussi le nombre des oxydes est-il considérable.
    Traité de chimie, t. II, p. 1, dans POUGENS (oxyde)
  8. Tous les acides sont susceptibles de se combiner avec l'ammoniaque, et presque tous forment avec elle des sels neutres, c'est-à-dire des sels qui n'altèrent ni la couleur de la violette ni celle du tournesol.
    Traité de chimie, t. II, p. 158, dans POUGENS (neutre)
  9. Un grain de poudre fulminante [de platine], chauffé graduellement, détone avec dégagement de lumière, et produit un bruit plus fort qu'un coup de pistolet.
    Traité de chim. t. II, p. 158, dans POUGENS (poudre)
  10. Pour rectifier l'éther, on le met d'abord en digestion pendant une à deux heures, avec la 15e ou 16e partie de son poids de pierre à cautère, dans un flacon que l'on agite de temps en temps.
    Traité de chim. t. III, p. 276, dans POUGENS (rectifier)
  11. Un homme consume par jour, d'après Lavoisier et Séguier et d'après M. Davy, environ 750 litres d'oxygène, ou, ce qui est la même chose, donne lieu à la formation de 750 litres d'acide carbonique, qui, à la température et à la pression ordinaire, contiennent 395 grammes de charbon.
    ib. t. III, p. 595 (oxygène)
  12. En général, plus un corps a de poli, et plus son pouvoir réfléchissant est grand, et ses pouvoirs émissif et absorbant sont faibles.
    Traité de chim. t. I, p. 29, dans POUGENS (réfléchissant, ante)
  13. Leur solubilité [des sels] dépend évidemment de leur affinité pour l'eau et de leur cohésion ; elle est en raison directe de la première et en raison inverse de la seconde.
    Traité de chim. t. II, p. 292 (solubilité)
  14. Le peroxyde ramené à un degré inférieur d'oxydation.
    Instit Mém. scienc. t. III, p. 471 (ramené, ée)
  15. Par le refroidissement la liqueur s'est prise en sirop épais.
    Instit. Mém. scienc. phys. et math. Sav. étrang. t. II, p. 120 (prendre)
  16. Le soufre, dont la découverte remonte à l'antiquité la plus reculée, est solide, jaune citron, très friable, insipide.
    Traité de chim. t. I, p. 181, dans POUGENS (soufre)
  17. Les viandes bien enfumées, les légumes secs se conservent indéfiniment ; il est probable que le sel et l'esprit-de-vin ne les empêchent de se putréfier que parce qu'ils s'emparent surtout de leur humidité.
    Traité de chim. t. III, p. 437, dans POUGENS (putréfier)
  18. Le succin se trouve particulièrement dans les dunes sablonneuses qui bordent le rivage de la mer Baltique ; il entre dans la composition des vernis gras, et sert à faire des bijoux recherchés par les Orientaux.
    Traité de chim. t. III, p. 453, dans POUGENS (succin)
  19. On sait que le rayon violet échauffe moins le thermomètre que le rayon indigo ; celui - ci moins que le bleu ; ce nouveau rayon moins que le suivant, et ainsi de suite jusqu'au rouge.
    Traité de chim. t. I, p. 94, dans POUGENS (rayon [1])
  20. L'existence de l'acide tartarique a été démontrée dans la crème de tartre par Duhamel, Margraff et Rouelle le jeune ; c'est Scheele qui le premier est parvenu à l'isoler.
    Traité de chim. t. I, p. 131 dans POUGENS (tartre)