Louis Jacques THÉNARD, auteur cité dans le Littré

THENARD (1777-1857)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme THENARD a été choisie.

134 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Traité de chimie élémentaire, théorique et pratique 1813 118 citations

Quelques citations de Louis Jacques THÉNARD

Voici un tirage aléatoire parmi ses 134 citations dans le Littré.

  1. La poudre de chasse est soumise à une manipulation de plus que la poudre de guerre ; on la lisse avant de la sécher ; du reste, on la fait de la même manière, si ce n'est qu'on emploie un tamis plus fin pour la grener.
    Traité de chim. t. II, p. 495, dans POUGENS (poudre)
  2. Le cuivre et l'étain peuvent être facilement séparés l'un de l'autre par le procédé qui a été employé pendant la révolution pour exploiter le métal de cloche.
    Traité de chimie, part. I, liv. VI, ch. 3, n° 254 bis. (métal)
  3. Il ne faudrait chauffer… des matières susceptibles de laisser dégager du phosphore, dans des vases de platine ; ils seraient à l'instant perforés.
    Traité de chimie, t. I, p. 321, dans POUGENS (perforé, ée)
  4. L'acier est le seul métal qui soit susceptible de se tremper ou de se durcir par un refroidissement subit ; ni le cuivre, ni l'argent, ni l'or, ni aucun des autres métaux, sous un état quelconque, ne paraissent jouir de cette propriété.
    Traité de chim. t. I, p. 379, dans POUGENS (tremper)
  5. Le peroxyde ramené à un degré inférieur d'oxydation.
    Instit Mém. scienc. t. III, p. 471 (ramené, ée)
  6. La majeure partie du fromage se dissolvit.
    Chimie, t. IV, p. 573, édit. de 1832 (dissoudre)
  7. Quoique la chaux dégage beaucoup de chaleur avec l'eau, la potasse, la soude, la baryte et la strontiane en dégagent probablement plus encore… c'est pourquoi, lorsqu'on verse de l'eau sur ces oxydes, il en résulte un sifflement plus fort qu'avec la chaux.
    Traité de chimie, t. II, p. 166, dans POUGENS (sifflement)
  8. Le fer spathique est un des minéraux de fer les plus précieux ; on en retire d'excellent fer ; comme il peut donner directement de l'acier, on l'appelle aussi quelquefois mine d'acier.
    Traité de chimie, t. II, p. 364, dans POUGENS (spathique)
  9. Les vins rouges proviennent du moût des raisins noirs avec l'enveloppe de leurs grains ; et les vins blancs, des raisins blancs, ou bien encore du moût des raisins noirs fermenté sans cette enveloppe.
    ib. p. 419 (vin)
  10. Les vernis sont des espèces de liquides qu'on applique en couche mince sur les corps pour les préserver de l'action des agents extérieurs.
    Traité de chim. t. III, p. 257, dans POUGENS (vernis)
  11. Le verdet se prépare en traitant le vert-de-gris par le vinaigre.
    Traité de chim. t. III, p. 78, dans POUGENS (verdet)
  12. On peut l'analyser [l'oxyde de palladium] en le réduisant par le mercure.
    Traité de chim. t. II, p. 111 (réduire)
  13. Tout l'oxygène nécessaire pour suroxyder la baryte.
    Instit. Mém. acad. scienc. t. III, p. 444 (suroxyder)
  14. Il ne faut pas le confondre [le vert-de-gris] avec la substance verte qui se forme sur les vases de cuivre qu'on n'a pas soin de nettoyer ; cette substance, que l'on appelle aussi vert-de-gris est un véritable sous-deuto-carbonate.
    Traité de chim. t. III, p. 78, dans POUGENS (vert-de-gris)
  15. Le verre est un produit qu'on obtient en exposant un mélange de silice et de différentes matières, la plupart du temps très fusibles, à l'action d'un feu violent et suffisamment continu.
    Traité de chim. t. II, p. 211, dans POUGENS (verre)
  16. Les racines, par les suçoirs qui sont à l'extrémité de leurs petites fibres chevelues, pompent dans le sein de la terre les sucs nourriciers qu'elles y trouvent.
    Traité de chim. t. III, p. 41, dans POUGENS (suçoir)
  17. Pour rectifier l'éther, on le met d'abord en digestion pendant une à deux heures, avec la 15e ou 16e partie de son poids de pierre à cautère, dans un flacon que l'on agite de temps en temps.
    Traité de chim. t. III, p. 276, dans POUGENS (rectifier)
  18. Tous les sels insolubles dans l'eau sont insipides ; ceux qui s'y dissolvent sont plus ou moins sapides.
    Traité de chim. t. II, p. 288, dans POUGENS (sapide)
  19. On attribue généralement à la perte d'une portion d'eau le retrait qu'éprouve l'argile à une haute température.
    Traité de chim. t. I, p. 46, dans POUGENS (retrait, aite [5])
  20. Tous les acides sont susceptibles de se combiner avec l'ammoniaque, et presque tous forment avec elle des sels neutres, c'est-à-dire des sels qui n'altèrent ni la couleur de la violette ni celle du tournesol.
    Traité de chimie, t. II, p. 158, dans POUGENS (neutre)