Louis Jacques THÉNARD, auteur cité dans le Littré

THENARD (1777-1857)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme THENARD a été choisie.

134 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Traité de chimie élémentaire, théorique et pratique 1813 118 citations

Quelques citations de Louis Jacques THÉNARD

Voici un tirage aléatoire parmi ses 134 citations dans le Littré.

  1. Lémeri, à qui l'on doit d'avoir découvert la réaction du fer, du soufre et de l'eau, a prétendu que ce mélange jouait un grand rôle dans les volcans ; il l'a même nommé volcan artificiel.
    Traité de chim. t. I, p. 507, dans POUGENS (volcan)
  2. Les pierres sont des combinaisons naturelles des divers oxydes, renfermant quelquefois, mais comme principes accessoires, des acides, des combustibles et des sels.
    Traité de chimie, t. IV, p. 115. dans POUGENS (pierre)
  3. Plus une laine est fine, plus elle contient de suint ; celle des mérinos en contient les deux tiers de son poids, tandis que les laines communes n'en contiennent que le quart du leur.
    Traité de chim. t. III, p. 313, dans POUGENS (suint)
  4. On peut l'analyser [l'oxyde de palladium] en le réduisant par le mercure.
    Traité de chim. t. II, p. 111 (réduire)
  5. En gâchant le plâtre avec une dissolution de colle forte, introduisant ensuite des matières colorées dans la masse lorsqu'elle est encore en bouillie, et la polissant lorsqu'elle est solide et appliquée sur les objets que l'on veut en recouvrir, on fait un enduit qui imite parfaitement le marbre, et qu'on connaît sous le nom de stuc,
    Traité de chim. t. II, p. 430, dans POUGENS. (stuc)
  6. La quantité d'eau aspirée et transpirée par un tournesol pendant vingt-quatre heures.
    Traité de chim. t. III, p. 21, dans POUGENS (transpiré, ée)
  7. Tout l'oxygène nécessaire pour suroxyder la baryte.
    Instit. Mém. acad. scienc. t. III, p. 444 (suroxyder)
  8. On connaît dans le commerce six principales espèces de potasse, savoir : la potasse de Russie, celle d'Amérique, la potasse perlasse, celle de Trèves, celle de Dantzik et celle des Vosges.
    ib. p. 372 (potasse)
  9. Il ne faudrait chauffer… des matières susceptibles de laisser dégager du phosphore, dans des vases de platine ; ils seraient à l'instant perforés.
    Traité de chimie, t. I, p. 321, dans POUGENS (perforé, ée)
  10. Il existe dans le commerce deux sortes de vinaigres : le blanc, qui est fait avec le vin blanc ou le vin rouge aigri sur du marc de raisin blanc, et le rouge qui provient de l'acidification du vin rouge.
    Traité de chim. t. III, p. 435, dans POUGENS (vinaigre)
  11. Les vins rouges proviennent du moût des raisins noirs avec l'enveloppe de leurs grains ; et les vins blancs, des raisins blancs, ou bien encore du moût des raisins noirs fermenté sans cette enveloppe.
    ib. p. 419 (vin)
  12. Quand on soumet le peroxyde à l'action de la pile, comme on y soumet l'eau.
    Instit. Mém. acad. scienc. t. III, p. 411 (soumettre)
  13. Il n'est pas nécessaire qu'un liquide bouille pour être susceptible de se vaporiser.
    ib. t. I, p. 63 (vaporiser)
  14. Quoique le gaz oxygène soit si répandu dans la nature, et quoiqu'il y joue un si grand rôle, il n'est connu que depuis quarante-trois ans : c'est à Priestley que la découverte en est due ; il la fit en 1774.
    Traité de chim. t. I, p. 130, dans POUGENS (oxygène)
  15. Le sulfate de baryte est employé en Angleterre comme mort aux rats.
    Traité de chimie, t. II, p. 425, dans POUGENS (mort [3])
  16. Il semble que toutes les plantes et toutes les parties des plantes qui croissent et se trouvent enfoncées dans les eaux, devraient être susceptibles de concourir à sa formation [de la tourbe] ; cependant il existe des marais remplis de végétaux aquatiques qui ne deviennent jamais tourbeux.
    Traité de chim. t. III, p. 440, dans POUGENS (tourbeux, euse)
  17. Toutes les fois qu'une sonde séjourne trop longtemps dans la vessie, elle se recouvre d'une croûte terreuse.
    Traité de chim. t. III, p. 669, dans POUGENS (sonde)
  18. La plupart des métaux sont susceptibles de former chacun deux oxydes ; quelques-uns en forment trois, quatre et peut-être cinq ; aussi le nombre des oxydes est-il considérable.
    Traité de chimie, t. II, p. 1, dans POUGENS (oxyde)
  19. Pour rectifier l'éther, on le met d'abord en digestion pendant une à deux heures, avec la 15e ou 16e partie de son poids de pierre à cautère, dans un flacon que l'on agite de temps en temps.
    Traité de chim. t. III, p. 276, dans POUGENS (rectifier)
  20. La manière d'extraire le miel est fort simple : après avoir enlevé avec un couteau les petites lames de cire qui ferment les alvéoles, on expose les gâteaux sur des claies à une chaleur douce : bientôt la partie la plus pure du miel s'écoule goutte à goutte, on l'appelle miel vierge.
    Traité de chimie, t. III, p. 178, dans POUGENS (miel)