Louis Jacques THÉNARD, auteur cité dans le Littré

THENARD (1777-1857)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme THENARD a été choisie.

134 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Traité de chimie élémentaire, théorique et pratique 1813 118 citations

Quelques citations de Louis Jacques THÉNARD

Voici un tirage aléatoire parmi ses 134 citations dans le Littré.

  1. Il [le zinc] passe beaucoup mieux au laminoir qu'à la filière ; aussi existe-t-il des lames de zinc assez minces, et n'existe-t-il point de fil d'un diamètre très fin.
    Traité de chim. t. I, p. 268, dans POUGENS (zinc)
  2. En l'acidifiant de telle manière qu'elle fasse virer le papier de tournesol au violet rougeâtre.
    Instit. Mém. Acad. scienc. t. III, p. 443 (virer)
  3. Le pavot blanc se cultive en grande quantité dans l'Inde et l'Orient ; après la floraison, on fait des incisions longitudinales aux capsules ; il en découle un suc laiteux qui se concrète facilement ; ce suc, ainsi devenu concret, constitue l'opium.
    Traité de chimie, t. III, p. 365, dans POUGENS (opium)
  4. La découverte du phosphate de chaux dans les os date de 1771 ; elle est due à Scheele et à Gahn.
    Traité de chimie, t. III, p. 692, dans POUGENS (os)
  5. Il paraît qu'à densité égale l'oxygène est celui qui a le moins de pouvoir réfringent, et qu'un corps combustible en a toujours plus que le corps brûlé dont il est le radical.
    Traité de chim. t. I, p. 218, dans POUGENS (radical, ale)
  6. Nous avons vu que tous les corps placés dans l'air émettaient, absorbaient et réfléchissaient sans cesse du calorique rayonnant.
    Traité de chim. t. I, p. 31, dans POUGENS (rayonnant, ante)
  7. Il semble que toutes les plantes et toutes les parties des plantes qui croissent et se trouvent enfoncées dans les eaux, devraient être susceptibles de concourir à sa formation [de la tourbe] ; cependant il existe des marais remplis de végétaux aquatiques qui ne deviennent jamais tourbeux.
    Traité de chim. t. III, p. 440, dans POUGENS (tourbeux, euse)
  8. On emploie quelquefois le réalgar comme couleur ; en Chine, on en fait des vases qui communiquent au vinaigre des propriétés purgatives.
    Traité de chimie, t. I, p. 424, dans POUGENS (réalgar)
  9. L'eau en vapeur existe dans l'air atmosphérique, même bien au-dessous de zéro.
    Traité de chim. t. I, p. 513, dans POUGENS (vapeur)
  10. L'acier ayant été trempé très dur, veut-on le ramener au degré de dureté des rasoirs, des canifs, etc. on le chauffe sur des charbons incandescents, jusqu'à ce qu'il prenne une couleur paille.
    Traité de chim. t. I, p. 381, dans POUGENS (paille)
  11. Comme elle était surnagée par un mélange d'alcool, d'eau, d'acide muriatique et d'acide benzoïque.
    Instit. Mém. sc. phys. et math. Sav. étr. t. II, p. 117 (surnager)
  12. Le fer spathique est un des minéraux de fer les plus précieux ; on en retire d'excellent fer ; comme il peut donner directement de l'acier, on l'appelle aussi quelquefois mine d'acier.
    Traité de chimie, t. II, p. 364, dans POUGENS (spathique)
  13. Toutes les fois que l'on comprime un corps d'une manière quelconque, soit en le frottant contre un autre, soit en le percutant.
    Traité de chimie, t. I, p. 87, dans POUGENS (percuter)
  14. Tous les matériaux ne sont pas également propres à la nitrification ; ceux qui se nitrifient le mieux sont les pierres calcaires et surtout celles qui sont tendres et poreuses.
    Traité de chim. t. II, p. 472, dans POUGENS (nitrifier (se))
  15. L'urane, dont le nom dérive de celui de la planète Uranus, fut découvert par M. Klaproth, en 1789, dans un minerai appelé pech-blinde.
    Traité de chim. t. I, p. 294, dans POUGENS (urane)
  16. Quoique la chaux dégage beaucoup de chaleur avec l'eau, la potasse, la soude, la baryte et la strontiane en dégagent probablement plus encore… c'est pourquoi, lorsqu'on verse de l'eau sur ces oxydes, il en résulte un sifflement plus fort qu'avec la chaux.
    Traité de chimie, t. II, p. 166, dans POUGENS (sifflement)
  17. Les fils et les tissus de chanvre, de lin et de soie doivent être regardés comme des composés de fibres blanches unies à une certaine quantité de matière colorante.
    Traité de chim. t. III, p. 314, dans POUGENS (tissu [1])
  18. Tous les sels dont les acides ou les oxydes ne sont point au summum d'oxygénation, sont susceptibles, théoriquement parlant, d'absorber de l'oxygène.
    Traité de chim. t. II, p. 303, dans POUGENS (summum)
  19. Les principales espèces de poteries sont les creusets, les faïences grossières, les faïences fines nommées terre blanche, terre de pipe, terre anglaise, le grès, les porcelaines.
    Traité de chim. t. II, p. 218, dans POUGENS (poterie)
  20. Il n'est pas nécessaire qu'un liquide bouille pour être susceptible de se vaporiser.
    ib. t. I, p. 63 (vaporiser)