Louis Jacques THÉNARD, auteur cité dans le Littré

THENARD (1777-1857)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme THENARD a été choisie.

134 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Traité de chimie élémentaire, théorique et pratique 1813 118 citations

Quelques citations de Louis Jacques THÉNARD

Voici un tirage aléatoire parmi ses 134 citations dans le Littré.

  1. Les vins rouges proviennent du moût des raisins noirs avec l'enveloppe de leurs grains ; et les vins blancs, des raisins blancs, ou bien encore du moût des raisins noirs fermenté sans cette enveloppe.
    ib. p. 419 (vin)
  2. Nous avons vu que tous les corps placés dans l'air émettaient, absorbaient et réfléchissaient sans cesse du calorique rayonnant.
    Traité de chim. t. I, p. 31, dans POUGENS (rayonnant, ante)
  3. Il [le zinc] passe beaucoup mieux au laminoir qu'à la filière ; aussi existe-t-il des lames de zinc assez minces, et n'existe-t-il point de fil d'un diamètre très fin.
    Traité de chim. t. I, p. 268, dans POUGENS (zinc)
  4. On rencontre du naphte en Calabre, en Sicile, en Amérique, etc. et on en a découvert en 1802, près du village d'Amiano, dans le duché de Parme, une source si abondante, qu'elle fournit à l'éclairage de la ville de Gènes.
    Traité de chim. t. III, p. 445, dans POUGENS (naphte)
  5. Le vermillon le plus estimé nous vient de Chine ; c'est une couleur très solide, qui résiste à presque tous les agents.
    Traité de chim. t. I, p. 433, dans POUGENS (vermillon)
  6. Il est évident qu'il n'y a que les gaz développés, pour ainsi dire, instantanément [dans l'inflammation de la poudre] qui contribuent à la projection.
    Traité de chim. t. II, p. 498, dans POUGENS (projection)
  7. Lémeri, à qui l'on doit d'avoir découvert la réaction du fer, du soufre et de l'eau, a prétendu que ce mélange jouait un grand rôle dans les volcans ; il l'a même nommé volcan artificiel.
    Traité de chim. t. I, p. 507, dans POUGENS (volcan)
  8. Si un liquide a une grande tendance à se vaporiser, il pourra donner lieu à beaucoup de froid.
    Traité de chim. t. I, p. 90 (vaporiser)
  9. Le moût que l'on mute, c'est-à-dire que l'on imprègne de gaz sulfureux ou de sulfite de chaux, n'est plus susceptible de fermenter.
    Traité de chimie, t. III, p. 418, dans POUGENS (muter)
  10. Le deutoxyde de strontium est blanc, brillant, satiné.
    Instit. Mém. scienc. t. III, p. 472 (satiné, ée)
  11. La zircone est sans usages ; elle fut découverte en 1789 par M. Klaproth.
    Traité de chim. t. II, p. 43, dans POUGENS (zircone)
  12. Les savons que forme l'union des graisses et des huiles avec la potasse restent mous, ou plus ou moins pâteux.
    Traité de chim. t. III, p. 216, dans POUGENS (pâteux, euse)
  13. Il est tout aussi facile de détremper l'acier que de le tremper ; il suffit pour cela de le faire rougir, et de le laisser refroidir lentement.
    Traité de chim. t. I, p. 379, dans POUGENS (tremper)
  14. L'urane, dont le nom dérive de celui de la planète Uranus, fut découvert par M. Klaproth, en 1789, dans un minerai appelé pech-blinde.
    Traité de chim. t. I, p. 294, dans POUGENS (urane)
  15. Plus la pression est grande, plus les corps poreux absorbent de parties pondérables de gaz.
    Traité de chim. t. I, p. 162, dans POUGENS (pression)
  16. La température du sang artériel n'est que d'environ un degré plus élevée que celle du sang veineux.
    Traité de chim. t. III, p. 596, dans POUGENS (sang)
  17. Exposé dans un creuset à la chaleur d'un fourneau à réverbère, ou bien à la flamme du chalumeau, il [le fluate de chaux] se fond en un verre transparent ; c'est pour cela qu'on l'appelait autrefois spath fluor.
    Traité de chimie, t. II, p. 544, dans POUGENS (spath)
  18. Le zircon, pierre qui est formée, d'après les analyses de MM. Klaproth et Vauquelin, d'environ 65 de zircone, 33 de silice et 2 d'oxyde de fer.
    Traité de chim. t. II, p. 42, dans POUGENS (zircon)
  19. On se sert des tamis pour obtenir en poudre d'une grosseur uniforme les substances que l'on a d'abord broyées ou pilées dans un mortier.
    Traité de chim. t. IV, p. 409, dans POUGENS (tamis)
  20. Dans la panification, on ne saurait mettre trop de soin à bien mêler la levûre avec la pâte.
    Traité de chim. t. III, p. 340, dans POUGENS (panification)