Louis Jacques THÉNARD, auteur cité dans le Littré

THENARD (1777-1857)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme THENARD a été choisie.

134 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Traité de chimie élémentaire, théorique et pratique 1813 118 citations

Quelques citations de Louis Jacques THÉNARD

Voici un tirage aléatoire parmi ses 134 citations dans le Littré.

  1. Exposé dans un creuset à la chaleur d'un fourneau à réverbère, ou bien à la flamme du chalumeau, il [le fluate de chaux] se fond en un verre transparent ; c'est pour cela qu'on l'appelait autrefois spath fluor.
    Traité de chimie, t. II, p. 544, dans POUGENS (spath)
  2. Le soufre, dont la découverte remonte à l'antiquité la plus reculée, est solide, jaune citron, très friable, insipide.
    Traité de chim. t. I, p. 181, dans POUGENS (soufre)
  3. Le moût que l'on mute, c'est-à-dire que l'on imprègne de gaz sulfureux ou de sulfite de chaux, n'est plus susceptible de fermenter.
    Traité de chimie, t. III, p. 418, dans POUGENS (muter)
  4. La majeure partie du fromage se dissolvit.
    Chimie, t. IV, p. 573, édit. de 1832 (dissoudre)
  5. Quoique la chaux dégage beaucoup de chaleur avec l'eau, la potasse, la soude, la baryte et la strontiane en dégagent probablement plus encore… c'est pourquoi, lorsqu'on verse de l'eau sur ces oxydes, il en résulte un sifflement plus fort qu'avec la chaux.
    Traité de chimie, t. II, p. 166, dans POUGENS (sifflement)
  6. Quand on soumet le peroxyde à l'action de la pile, comme on y soumet l'eau.
    Instit. Mém. acad. scienc. t. III, p. 411 (soumettre)
  7. Un grain de poudre fulminante [de platine], chauffé graduellement, détone avec dégagement de lumière, et produit un bruit plus fort qu'un coup de pistolet.
    Traité de chim. t. II, p. 158, dans POUGENS (poudre)
  8. Tous les sels dont les acides ou les oxydes ne sont point au summum d'oxygénation, sont susceptibles, théoriquement parlant, d'absorber de l'oxygène.
    Traité de chim. t. II, p. 303, dans POUGENS (summum)
  9. Dans la panification, on ne saurait mettre trop de soin à bien mêler la levûre avec la pâte.
    Traité de chim. t. III, p. 340, dans POUGENS (panification)
  10. Lorsqu'un acide et un oxyde se combinent, ils se neutralisent en totalité ou en partie, suivant la quantité respective de l'un et de l'autre.
    Traité de chimie, t. II, p. 280, dans POUGENS (neutraliser)
  11. Le zircon, pierre qui est formée, d'après les analyses de MM. Klaproth et Vauquelin, d'environ 65 de zircone, 33 de silice et 2 d'oxyde de fer.
    Traité de chim. t. II, p. 42, dans POUGENS (zircon)
  12. Plus une laine est fine, plus elle contient de suint ; celle des mérinos en contient les deux tiers de son poids, tandis que les laines communes n'en contiennent que le quart du leur.
    Traité de chim. t. III, p. 313, dans POUGENS (suint)
  13. Tous les sels insolubles dans l'eau sont insipides ; ceux qui s'y dissolvent sont plus ou moins sapides.
    Traité de chim. t. II, p. 288, dans POUGENS (sapide)
  14. La plupart des métaux sont susceptibles de former chacun deux oxydes ; quelques-uns en forment trois, quatre et peut-être cinq ; aussi le nombre des oxydes est-il considérable.
    Traité de chimie, t. II, p. 1, dans POUGENS (oxyde)
  15. Le tanin a plusieurs usages très importants : c'est en le combinant avec les peaux gonflées qu'on prépare le cuir.
    Traité de chim. t. III, p. 352, dans POUGENS (tanin)
  16. On sait que le rayon violet échauffe moins le thermomètre que le rayon indigo ; celui - ci moins que le bleu ; ce nouveau rayon moins que le suivant, et ainsi de suite jusqu'au rouge.
    Traité de chim. t. I, p. 94, dans POUGENS (rayon [1])
  17. L'air a une influence marquée sur la fermentation putride.
    Traité de chim. t. III, p. 437, dans POUGENS (putride)
  18. Le pavot blanc se cultive en grande quantité dans l'Inde et l'Orient ; après la floraison, on fait des incisions longitudinales aux capsules ; il en découle un suc laiteux qui se concrète facilement ; ce suc, ainsi devenu concret, constitue l'opium.
    Traité de chimie, t. III, p. 365, dans POUGENS (opium)
  19. Un seul hydriodate se trouve dans la nature : c'est l'hydriodate de potasse ; il fait partie des varechs dont l'on retire la soude de Cherbourg.
    Traité de chim. t. II, p. 596, dans POUGENS (varech)
  20. Les viandes bien enfumées, les légumes secs se conservent indéfiniment ; il est probable que le sel et l'esprit-de-vin ne les empêchent de se putréfier que parce qu'ils s'emparent surtout de leur humidité.
    Traité de chim. t. III, p. 437, dans POUGENS (putréfier)