Sébastien Le Prestre, marquis de VAUBAN, auteur cité dans le Littré

VAUBAN (1633-1707)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme VAUBAN a été choisie.

Le titre complet de son œuvre majeure est « Projet d'une dixme royale qui, supprimant la taille, les aydes, les doüanes d'une province à l'autre, les décimes du Clergé, les affaires extraordinaires et tous autres impôts onéreux et non volontaires et diminuant le prix du sel de moitié et plus, produiroit au Roy un revenu certain et suffisant, sans frais, et sans être à charge à l'un de ses sujets plus qu'à l'autre, qui s'augmenteroit considérablement par la meilleure culture des terres »

151 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Projet d'une dîme royale 1707 145 citations

Quelques citations de Sébastien Le Prestre, marquis de VAUBAN

Voici un tirage aléatoire parmi ses 151 citations dans le Littré.

  1. Sur le débit à la petite mesure où le sel est survendu et souvent augmenté avec du sable…
    Dîme, p. 105 (survendu, ue)
  2. Ces personnes puissantes sont payées de leur protection dans la suite par la plus-value de leurs fermes causée par l'exemption de leurs fermiers et de ceux qu'ils protégent.
    Dîme, p. 30 (plus-value)
  3. Les gens de robe sont ou ecclésiastiques ou officiers de justice, de finances et de police.
    Dîme, p. 67 (robe)
  4. Cet impôt [la dîme royale] surpasse les autres infiniment par son abondance, par sa simplicité, par la justesse de sa proportion, et par son incorruptibilité.
  5. Sur la distribution en gros dans les greniers, où il y a toujours de la tromperie sur le plus ou le moins du poids des mesures, par le coulage du sel au moyen d'une trémie grillée, inventée exprès pour frauder de quelques livres par minot.
    Dîme, p. 105 (trémie)
  6. Il semblerait que, dans les pays où les tailles sont réelles, les taillables devraient être exempts des mangeries et des exactions qu'on voit ailleurs dans la levée des tailles.
    Dîmes, 43 (mangerie)
  7. Prêchez toujours [au roi] la quadrature, non pas du cercle, mais du pré ; c'est une belle et bonne chose que de pouvoir tenir son fait des deux mains…
    Lett. à Louvois, dans Revue des Deux-Mondes, 1862, 1er févr. p. 633 (pré [1])
  8. Il y a des artisans bien plus achalandés les uns que les autres, plus forts et plus adroits, et qui gagnent par conséquent davantage.
    Dîme, p. 94 (achalandé, ée)
  9. Faire une imposition sur les marchands et négociants, ou plutôt sur les marchandises, telle que le commerce la pourrait supporter sans être altéré ou détérioré.
    Dîme, p. 87 (détériorer)
  10. C'est une vérité qui ne peut être contestée que le meilleur terroir ne diffère en rien du mauvais s'il n'est cultivé.
    Dîme, p. 28 (terroir)
  11. Il y aura plus de difficulté à découvrir ce que l'industrie de la plume rend à ceux qui en tirent aucuns émoluments sujets à être enregistrés.
    Dîme, p. 83 (plume)
  12. Ceux qui tirent des pensions, gages, appointements et dons du roi.
    Dîme, p. 70 (tirer)
  13. Il apprendrait par ce moyen les accroissements et les dépérissements de ses peuples et ce qui les cause.
    Dîme, p. 182 (dépérissement)
  14. Le bon marché du sel dans une province et la cherté à l'excès dans une autre y causent deux maux considérables, dont l'un est le faux-saunage qui envoie quantité de gens aux galères.
    Dîme, p. 104 (saunage)
  15. Les tailles et les aides, dans lesquelles je comprends les douanes provinciales, étant ainsi converties en dîme du vingtième des fruits de la terre à percevoir en espèces…
    Dîme, p. 66 (percevoir)
  16. Au moyen de quoi il [le paysan] puisse acheter quelque morceau de lard et un peu de beurre et d'huile pour se faire du potage.
    Dîme, p. 99 (potage)
  17. La mendicité est une maladie qui tue dans fort peu de temps son homme et de laquelle on ne relève point.
    Dîme, p. 126 (mendicité)
  18. Que l'estimation des revenus de l'État, selon ce nouveau système, telle qu'elle vient d'être supputée, soit trop forte ou trop faible à plusieurs millions près, cela n'est d'aucune conséquence.
    Dîme, p. 125 (supputer)
  19. On a compté dans ladite élection, un peu devant l'année 1699, 1794 bêtes chevalines que nous estimons à vingt sols de dîme par an.
    Dîme, p. 157 (chevaline)
  20. Cette confusion de places amies et ennemies, pêle-mêlées parmi les unes avec les autres ne me plaît pas.
    Lett. à Louvois, 19 janv. 1673, dans Journ. des Débats, 27 avril 1862 (pêle-mêler)