Marie de Rabutin-Chantal, marquise de SÉVIGNÉ, auteur cité dans le Littré

SÉVIGNÉ (1626-1696)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme SÉVIGNÉ a été choisie.

9700 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Lettres (1646-1696) 1725 9680 citations

Quelques citations de Marie de Rabutin-Chantal, marquise de SÉVIGNÉ

Voici un tirage aléatoire parmi ses 9700 citations dans le Littré.

  1. Cette pensée me met dans une telle incertitude…
    t. X, p. 543, éd. RÉGNIER. (incertitude)
  2. Il est capable de soutenir ce malheur avec beaucoup de christianisme.
  3. Je vous prie de me mander si je pense droit.
  4. Mme de Puy du Fou qui vous fait mille amitiés.
  5. Vous verrez que la Jarie est obligé à toutes les réparations qui sont nommées dans les baux, et que je les y ai toujours passées en compte.
    13 août 1687 (passer)
  6. Ce bonheur me parut comme de donner droit dans le treize d'un trou-madame.
  7. Je vous conjure de ne pas me manquer cet hiver.
  8. Ses pères sont représentés par des médailles jusqu'à saint Louis ; toutes ses victoires, par des basses-tailles, couvertes comme sous des tentes dont les coins sont ouverts, et portés par des squelettes, dont les attitudes sont admirables.
    à Bussy, 10 mars 1687 (taille)
  9. Je fus à la comédie [à Vitré] ; ce fut Andromaque qui me fit pleurer plus de six larmes ; c'est assez pour une troupe de campagne.
    12 août 1671 (six)
  10. Les autres prétendants [à l'ordre du Saint-Esprit] prendront patience, s'il leur plaît ; ce n'est pas sans chagrin qu'ils verront leurs espérances reculées.
    29 avr. 1686 (reculé, ée)
  11. Ce serait une belle chose, si je remplissais mes lettres de ce qui me remplit le cœur.
  12. Le duc d'Estrées poussait un peu loin les reproches… le duc de Charost pétillait, et lui dit…
    28 mars 1689 (pétiller)
  13. Je parlerai à Duchesne de votre petit médecin, à qui nous donnerons dans notre quartier quelques malades à tuer pour voir un peu comme il s'y prend.
    1er nov. 1679 (malade)
  14. Nous avons fait deux admirables feux devant cette porte ; c'était la veille et le jour de Saint-Jean ; il y avait plus de trente fagots.
    26 juin 1680 (feu [1])
  15. Après dîner nous eûmes le Camus, son fils, et Ytier ; cela fit une petite symphonie très parfaite.
  16. Je suis entièrement du parti des médisants.
  17. Ç'a été un grand jeu pour Son Éminence [le cardinal de Retz], qu'un esprit neuf comme celui de notre ami [Corbinelli].
    30 juin 1677 (neuf, euve [2])
  18. Cette petite nouvelle… a paru une misère qui n'a pas tenu sa place devant la mort de M. de Turenne.
    26 août 1671 (place)
  19. Ce qui me fâche, c'est de ne recevoir de vos lettres qu'à Nantes ; je ne les hasarderai point en passant pays.
    3 mai 1680 (pays)
  20. Il y a dix jours, que ma belle et triomphante santé est attaquée.
    à Moulceau, 3 avr. 1686 (triomphant, ante)