Jean Regnault de SEGRAIS, auteur cité dans le Littré

SEGRAIS (1624-1701)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme SEGRAIS a été choisie.

48 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Églogues de M. de Segrais, avec les passages imités des poètes latins 1733 7 citations
Les Géorgiques de Virgile, traduites en vers français 1711 7 citations
Mémoires anecdotes 1723 15 citations

Quelques citations de Jean Regnault de SEGRAIS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 48 citations dans le Littré.

  1. Sa beauté [de Junon] méprisée, impardonnable outrage.
    Énéide, I (impardonnable)
  2. Comme le faon peureux de la biche sauvage.
    Églogue IV (peureux, euse)
  3. La fleurette et ce badinage Dont un damoiseau vous combat, Ne donnent pas un équipage Comme les pistoles d'un fat.
    Stances à une fille qui faisait des avances à un sot pour l'épouser (damoiseau)
  4. À l'opposite, l'on rencontre une autre forêt de grenadiers, qui est très agréable par la couleur de ses fleurs et par la grosseur de ses fruits.
    l'île imaginaire, t. II, p. 196 (opposite)
  5. Pour l'aimable comtesse Meurt tous les jours Quelque amant qu'elle laisse Sans nul secours ; Et cependant la presse Y est toujours.
    Chansons, VII (presse [1])
  6. Un curé, en comptant son argent à M. de Riandé, receveur des décimes, pour ce qu'il devait de décimes, lui disait, en se plaignant, que les sergents qu'il lui avait envoyés, lui avaient fait beaucoup de maux.
    Mémoires, t. II, p. 108 (décime [1])
  7. Les horloges étaient défendues dans tous ses États, et on eût réputé pour insensé un homme ou une femme qui se fussent asservis à un coup de cloche.
    Princesse de Paphlagonie, t. II, p. 217 (cloche)
  8. Il vit trois cerfs errants dans ces sauvages lieux ; Une harde nombreuse apparaît à leur suite, Les reconnaît pour chefs, marche sous leur conduite.
    Énéide, I (harde [1])
  9. Il tenait dans sa main une espèce de manifeste pour justifier l'homicide de soi-même.
    Princesse de Paphlagonie, t. II, p. 221 (homicide [2])
  10. M. de la Rochefoucauld était doux, complaisant, agréable, insinuant ; et il n'avait pas cet air de décision et d'autorité qu'avait M. de Montausier.
    Mémoires, t. II, p. 49 (décision)
  11. Plutôt les froids Lapons boiront l'onde du Gange, Que je cesse jamais de chanter sa louange.
    Égl. VII (plutôt)
  12. Tous ses sens de tristesse étouffés et transis.
    dans VAUGEL, Nouv. rem. Obs. de M***, p. 328, dans POUGENS (transi, ie)
  13. Et verse sur ses mains une onde pure et nette.
    Géorg. IV (net, ette,)
  14. Dans le temps qu'on arrêtait le prince de Condé, le cardinal Mazarin demanda à l'abbé de la Rivière, qui était dans la salle : Savez-vous bien ce qui se passe ? L'abbé ayant répondu qu'il n'en savait rien, il dit : On arrête là-bas, dans le cabinet, M. le prince, M. le prince de Conti et M. de Longueville.
    Mémoires, t. II, p. 16 (cabinet)
  15. Mais gardez d'enfoncer le coutre trop avant.
    Géorg. I (coutre)
  16. Les Romains avaient construit un grand chemin qui conduisait de Vieux à Bayeux, où il se fourchait pour aller à Saint-Lo et à Cherbourg.
    Mém. t. II, p. 14 (fourcher)
  17. Vieillard pantelant.
    Géorg. II, 23 (pantelant, ante)
  18. Crédule jusqu'à croire à tous ces vains discours Et qu'il était encor d'éternelles amours.
    Égl. 2 (crédule)
  19. Mme de Lafayette aimait le vrai en toutes choses et sans dissimulation ; c'est ce qui a fait dire à M. de la Rochefoucault qu'elle était vraie ; façon de parler dont il est auteur et qui est assez en usage.
    Mém. t. II, p. 34 (vrai, aie [1])
  20. Pour l'aimable comtesse Meurt tous les jours Quelque amant qu'elle laisse Sans nul secours, Et cependant la presse Y est toujours.
    dans MALHERBE, éd. MÉNAGE, p. 274 (y [2])