Anne Staël-Holstein, dite Mme DE STAËL, auteur cité dans le Littré

STAËL (1766-1817)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme STAËL a été choisie.

687 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Corinne, ou l'Italie 1807 554 citations
De l'Allemagne 1810 55 citations
Delphine 1802 21 citations

Quelques citations de Anne Staël-Holstein, dite Mme DE STAËL

Voici un tirage aléatoire parmi ses 687 citations dans le Littré.

  1. Philoctète est peut-être le seul sujet tragique dans lequel les maux physiques puissent être admis.
    Corinne, VIII, 3 (mal, ale)
  2. Il faut de l'harmonie dans les sentiments et de l'opposition dans les caractères pour que l'amour naisse tout à la fois de la sympathie et de la diversité.
    Corinne, XVI, 1 (opposition)
  3. Chez nous, où les hommes ont une carrière active, il faut que les femmes soient dans l'ombre ; et ce serait bien dommage d'y mettre Corinne.
    Corinne, VIII, 1 (ombre [1])
  4. Leur pitié spontanée et sans mélange de blâme ou de conseil.
    Corinne, I, 1 (spontané, ée)
  5. Deux êtres qui s'aiment assez pour sentir qu'ils n'existeraient pas l'un sans l'autre, ne peuvent-ils pas arriver à cette noble et touchante intimité qui met tout en commun, même la mort ?
    Corinne, XV, 3 (intimité)
  6. Les plus grandes dames [de Venise] recevaient toutes leurs visites dans les cafés de la place Saint-Marc, et cette confusion bizarre empêchait que les salons ne devinssent trop sérieusement une arène pour les prétentions de l'amour propre.
    Corinne, XV, 8 (salon)
  7. Hélas ! est-il une invocation à la pitié céleste qui ne convienne pas également à tous les hommes ?
    Corinne, X, 2 (invocation)
  8. On n'arrive point au sublime par degrés ; des distances infinies le séparent même de ce qui n'est que beau.
    Corinne, IV, 3 (sublime)
  9. Le dégoût qu'on ne peut s'empêcher de sentir pour ce qui est vulgaire en tout genre.
    Corinne, III, 3 (vulgaire)
  10. C'est avec des morceaux de lave pétrifiée que sont bâties la plupart de ces maisons [d'Herculanum] qui ont été ensevelies par d'autres laves.
    ib. (lave)
  11. Il n'y avait qu'eux [des étudiants qui chantaient] dans la rue ; car la rigueur des frimas en écartait tout le monde.
    Allem. I, 2 (rigueur)
  12. Les hommes ne veulent pas qu'on renonce totalement à ses intérêts personnels, et ce qui est à un certain point contre leur nature, est déjoué par eux,
    De l'influence des passions, I, 1 (déjouer)
  13. Sa fortune est tout à fait indépendante, et son âme encore plus.
    Corinne, VI, 4 (indépendant, ante)
  14. Non loin de Terracine est le promontoire choisi par les poëtes comme la demeure de Circé.
    Corinne, XI, 1 (promontoire)
  15. Pouvant mourir dans peu d'instants, il ne disait pas un mot qui fût religieux ni sensible.
    Corinne, XII, 2 (pouvoir [1])
  16. De notre ville solitaire à la ville souterraine, la transition semble assez douce.
    Corinne, II, 4 (transition)
  17. Il y a quelque chose de contenu, de voilé dans le caractère de lord Nelvil…
    Corinne, IV, 1 (voilé, ée [1])
  18. Que voulez-vous savoir de moi, lui dit-elle un jour qu'il insistait pour lui parler ? je me regrette, et voilà tout ; j'avais quelque orgueil de mon talent.
    Corinne, XV, 2 (regretter)
  19. Cette réflexion traversait légèrement mon esprit.
    Corinne, XII, 1 (traverser)
  20. La serre du malheur me tient.
    Corinne, XVIII, 5 (serre)