Anne Staël-Holstein, dite Mme DE STAËL, auteur cité dans le Littré

STAËL (1766-1817)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme STAËL a été choisie.

687 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Corinne, ou l'Italie 1807 554 citations
De l'Allemagne 1810 55 citations
Delphine 1802 21 citations

Quelques citations de Anne Staël-Holstein, dite Mme DE STAËL

Voici un tirage aléatoire parmi ses 687 citations dans le Littré.

  1. Les gens du peuple [en Allemagne] sont très capables de cette fixité en toutes choses, qui est une excellente donnée pour la morale.
    Allem. I, 2 (fixité)
  2. Les esprits d'une haute lignée errent sans cesse autour de l'abîme des pensées sans fin.
    Allem. III, 1 (lignée)
  3. Quelque distingué que soit un homme, peut-être ne jouit-il jamais sans mélange de la supériorité d'une femme.
    Corinne, VII, 3 (supériorité)
  4. Des gondoles toujours noires, car le système de l'égalité se porte à Venise principalement sur les objets extérieurs, sont conduites par des bateliers vêtus de blanc avec des ceintures roses.
    Corinne, XV, 8 (gondole)
  5. Ils sont assez jeunes pour pouvoir être encore modifiés par nos conseils.
    Corinne, XVI, 8 (modifier)
  6. Dieu veuille que ce charme ne s'épuise pas !
    Corinne, XV, 9 (épuiser)
  7. Un ouvrage de broderie dont elle s'occupa, sans jamais lever les yeux ni se mêler de la conversation.
    Corinne, XVI, 5 (mêler)
  8. La vie m'est à charge.
    Delph. V, lett. 6 (charge)
  9. L'art qu'elle avait de saisir des rapports touchants entre les beautés de la nature et les impressions les plus intimes de l'âme.
    Corinne, II, 2 (rapport)
  10. Ils [les chevaux] se cabrent, ils hennissent, ils trépignent, comme s'ils étaient impatients d'une gloire qu'ils vont obtenir à eux seuls, sans que l'homme les dirige.
    Corinne, IX, 1 (trépigner)
  11. La fontaine d'Égérie, où Numa allait consulter la divinité des hommes de bien.
    Corinne, V, 1 (fontaine)
  12. Il satisfit son mécontentement secret, en dénigrant la nation pour laquelle il voyait avec tant de peine la prédilection de Corinne.
    Corinne, VI, 2 (dénigrer)
  13. La danse française, si remarquable par l'élégance et la difficulté des pas.
    Corinne, VI, 1 (danse)
  14. Quand une fois on a tourné l'enthousiasme en ridicule, on a tout défait, excepté l'argent et le pouvoir.
    Corinne, IV, 3 (ridicule [1])
  15. Il n'y a rien de si facile que de se donner l'air très moral, en condamnant tout ce qui tient à une âme élevée ; le devoir… peut être dénaturé.
    Corinne, XIV, 1 (moral, ale)
  16. Elle avait quelquefois de l'humeur dont elle faisait toujours de la tristesse.
    Corinne, XII, 1 (humeur [1])
  17. Elles s'en allaient avec leurs époux, prêtes à recommencer le lendemain une vie qui ne différait de celle de la veille que par la date de l'almanach et la trace des années.
    Corinne, XIV, 1 (vie [1])
  18. Ses regards presque suppliants lui demandaient une réponse favorable.
    Corinne, x, 6 (suppliant, ante)
  19. La vie austère d'un vaisseau en fait comme un cloître militaire au milieu des flots.
    Corinne, XI, 3 (vaisseau)
  20. Corinne et lord Nelvil terminèrent leur journée en allant voir l'atelier de Canova, du plus grand sculpteur moderne.
    Corinne, VIII, 2 (sculpteur)