Anne Staël-Holstein, dite Mme DE STAËL, auteur cité dans le Littré

STAËL (1766-1817)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme STAËL a été choisie.

685 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Corinne, ou l'Italie 1807 554 citations
De l'Allemagne 1810 55 citations
Delphine 1802 21 citations

Quelques citations de Anne Staël-Holstein, dite Mme DE STAËL

Voici un tirage aléatoire parmi ses 685 citations dans le Littré.

  1. La finesse des idées et la profondeur des sentiments.
    Corinne, III, 1 (profondeur)
  2. Ils jouent la vie comme une partie d'échecs, dans laquelle le succès est tout.
    Corinne, VI, 3 (tout, toute)
  3. Corinne, poëte, écrivain, improvisatrice, et l'une des plus belles personnes de Rome.
    Corinne, II, 1 (improvisateur, trice)
  4. Il y a dans le soleil d'Italie un éclat qui donne à tout un air de fête.
    Corinne, XV, 4 (soleil)
  5. Allant demander au soleil quelques principes de vie pour lutter contre mes maux.
    Corinne, I, 2 (principe)
  6. On appelle, dans la philosophie allemande, idées subjectives celles qui naissent de la nature de notre intelligence et de ses facultés, et idées objectives toutes celles qui sont excitées par les sensations.
    Allem. III, 6 (objectif, ive)
  7. L'on est si souvent lassé de soi-même, qu'on ne peut être séduit par ce qui nous ressemble.
    ib. XVI, 1 (ressembler)
  8. Le vent du nord se faisait sentir souvent dans notre château ; je l'entendais siffler la nuit à travers les longs corridors de notre demeure.
    Corinne, XIV, 1 (siffler)
  9. Cicéron a perdu la vie près du promontoire de Gaëte, qui s'offre à nos regards.
    ib. XIII, 4 (promontoire)
  10. Qui veut être heureux et développer son génie, doit, avant tout, bien choisir l'atmosphère dont il s'entoure immédiatement.
    Corinne, XIV, 1 (développer)
  11. Resplendissante de jeunesse et de beauté.
    Corinne, IV, 2 (resplendissant, ante)
  12. Cette langue italienne, si pompeuse et si sonore.
    Corinne, II, 3 (sonore)
  13. En approchant de Bologne, on est frappé de loin par deux tours très élevées, dont l'une surtout est penchée d'une manière qui effraie la vue.
    Cor. XIX, 7 (penché, ée)
  14. Le Tasse avait cette organisation particulière du talent, qui le rend si redoutable à ceux qui le possèdent.
    Corinne, XV, 6 (organisation)
  15. Tant ils se confiaient dans la prodigalité de la nature.
    ib. XI, 1 (prodigalité)
  16. Ainsi la pointe de la douleur est émoussée, non que le cœur soit blasé, non que l'âme soit aride…
    Corinne, liv. II, ch. 4 (blasé, ée)
  17. À peu de distance de là, l'on aperçoit un champ où les vestales infidèles à leurs vœux étaient enterrées vivantes.
    Corinne, v, 2 (vestale)
  18. Sans doute, le monde tel qu'il est, est un mystère que nous ne pouvons ni nier ni comprendre.
    Corinne, X, 5 (monde [1])
  19. Quel exemple de cet esprit impliable, dans chaque détail comme dans l'ensemble, le parti populaire aussi n'a-t-il pas donné ?
    Influence des passions, I, 7 (impliable)
  20. Dans cette science [la métaphysique], comme dans celle du calcul, le moindre chaînon sauté détruit toute la liaison qui conduit à l'évidence.
    Allemagne, III, 1 (sauté, ée)