« gageure », définition dans le dictionnaire Littré

gageure

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

gageure

(ga-ju-r') s. f.
  • 1Promesse de payer telle ou telle somme, de donner tel ou tel objet, stipulée par des personnes qui ont fait un pari. On a fait souvent des gageures sur la grossesse des reines, [Guez de Balzac, liv. VII, lett. 7] Ils veulent soutenir, au dédit de ce que l'on voudra, que c'est une chose impossible [que les bêtes n'aient point de pensée]… ce n'est point la coutume d'en venir aux gageures que lorsque les preuves nous manquent, [Descartes, Rép. aux 6es object. 5] Juge-nous un peu sur une gageure que nous avons faite, [Molière, l'Impromptu, 3] Si j'avais fait cette gageure, j'aurais perdu mon argent, [Sévigné, 61] Ces petites cailles ont cela de commun avec celles de nos climats qu'elles se battent à outrance les unes contre les autres, surtout les mâles, et que les Chinois font, à cette occasion, des gageures considérables, [Buffon, Ois. t. IV, p. 283, dans POUGENS] Revenons à notre gageure ; vous voudriez, je crois, me la faire oublier, [Sedaine, Gageure imprévue, sc. 22]

    Faire gageure, avancer une chose, en offrant de la soutenir par une gageure. Je fais gageure Qu'il n'est mortel…, [La Fontaine, Joc.] Ils avaient fait gageure à qui des deux aurait plus de bonheur [à la pêche], [La Fontaine, Cal.]

    Soutenir la gageure, accepter la gageure qui est proposée ; et fig. persévérer dans une entreprise. Quelle gageure elles se sont engagées à soutenir ! [Sévigné, 371] Personne ne voudra soutenir une si mauvaise gageure, [Sévigné, 472]

    Cela ressemble à une gageure, se dit d'une action étrange et dont on ne conçoit pas le motif.

  • 2La chose gagée elle-même. Payer une gageure.

    PROVERBE

    Gager sa tête à couper, c'est la gageure d'un fou.

HISTORIQUE

XIVe s. Et avecques iceulx [il] a fait plusieurs gaigeures de paier le disner…, [Ménagier, I, 6]

XVe s. Tout autour les pins avoit dames et chevaliers armez et desarmez ; si dançoient les aucuns, les heaumes lacez, aussi comme se ce fust gageure [gage de bataille], [Lancelot du Lac, t. II, f° 89, dans LACURNE] Vous avez perdu la gageure, [Louis XI, Nouv. XXVII]

XVIe s. Il feit une gageure à l'encontre de l'orateur Hortensius, qu'il…, [Amyot, Lucullus, 2] Rendre les terres labourables, en l'estat qu'elles estoient lors de la gageure du rachapt [offre réelle de racheter], [Coust. gén. t. II, p. 549] Il seroit utile qu'on passast par gageure la decision de nos disputes ; qu'il y eust une marque materielle de nos pertes, afin que nous en teinssions estat ; et que mon valet me peust dire : il vous cousta l'année passée cent escus, à vingt fois, d'avoir esté ignorant et opiniastre, [Montaigne, IV, 37]

ÉTYMOLOGIE

Gager ; wallon, wageur.