« décider », définition dans le dictionnaire Littré

décider

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

décider

(dé-si-dé) v. a.
  • 1Porter un jugement sur une chose douteuse ou contestée. L'Église a décidé ce point. Il y en a beaucoup que le trop d'esprit gâte…, et qui seraient bien fâchés d'être de l'avis des autres, pour avoir la gloire de tout décider, Molière, Critique, sc. 7.
  • 2Mener à conclusion. Décider une affaire. Le courage joint à l'habileté décide tout dans les batailles. Les deux rivaux décidèrent leur querelle à Pharsale, Bossuet, Hist. I, 9. Et par des droits secrets que le ciel avait décidés, la princesse du monde la plus parfaite appartenait déjà au plus grand des rois, Fléchier, Marie-Thér. Enfin les deux rois, résolus de décider leur querelle, rangèrent leurs armées en bataille, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. VIII, p. 30, dans POUGENS. Les Français furent éblouis de quelques succès qui ne décidaient rien, Raynal, Hist. phil. X, 15.
  • 3Déterminer à. Cette raison l'a décidé à ne rien entreprendre. Trois cents soldats, formés en trois troupes, furent les seuls qu'on put décider à monter à cet assaut ; on vit ces hommes dévoués s'avancer résolûment contre des milliers d'ennemis, sur une position formidable, Ségur, Hist de Napol. X, 4.

    Absolument. Kutusof le joue, il [Napoléon] le sent, mais il se trouve engagé si avant qu'il ne peut plus ni avancer, ni rester, ni reculer, ni combattre avec honneur et succès ; ainsi, tour à tour poussé par tout ce qui décide ou détourne, il demeure sur ces cendres [de Moscou], espérant à peine, désirant toujours, Ségur, Hist. de Napol. VIII, 10.

    Décider se dit aussi, par extension, pour faire prendre à quelque chose une direction, une sorte de détermination. Là sont les sources des rivières qui versent leurs eaux dans les mers Noire et Baltique ; mais le sol y est lent à décider leur pente et leur courant ; de sorte que les eaux y séjournent et inondent au loin le pays, Ségur, Hist. de Napol. IV, 6.

  • 4Décider une chose, en prendre la résolution. Ils avaient pour orateurs plutôt que pour chefs, des vieillards qui décidaient les hostilités, qui donnaient le signal du départ, Raynal, Hist. phil. IX, 5.
  • 5 V. n. Porter des jugements. Ne décidons jamais à la légère. Ces gens qui décident toujours, et parlent hardiment de toutes choses sans s'y connaître, Molière, Critique, sc. 6. On croit qu'il y a de la honte à douter et à ignorer ; et l'on aime mieux parler et décider au hasard que de reconnaître qu'on n'est pas assez informé des choses pour en porter jugement, Rollin, Traité des Études, V, art. 2. Dans ce siècle hardi… Soit que l'on blâme ou qu'on approuve, On décide plus qu'on n'entend, Lamotte, Fabl. V, 5.

    C'est un homme qui aime à décider, qui décide trop hardiment, c'est-à-dire qui aime à prononcer des jugements, qui prononce des jugements sans être suffisamment informé, instruit.

  • 6Décider de, ordonner, disposer de. Je vous croirai Burrhus, lorsque dans les alarmes Il faudra soutenir la gloire de nos armes, Ou lorsque, plus tranquille, assis dans le sénat, Il faudra décider du destin de l'État, Racine, Brit. III, 1. Du Troyen et du Grec faites-le décider ; Qu'il songe qui des deux il veut rendre ou garder, Racine, Andr. II, 2. Il faut de nos destins que Bajazet décide, Racine, Baj. I, 3. Les dieux décident de tout, Fénelon, Tél. VI.

    Décider de, donner une solution, une conclusion à un événement, à une intention, etc. Ces événements qui décident de la fortune des empires, Bossuet, Hist. III, 2. Nos penchants décident toujours de nos lumières, Massillon, Av. Disp. Le temps et les coutumes décident de nos mœurs, Massillon, Car. Immut. Ah ! si mes penchants décidaient de ma destinée, Massillon, ib. Respect hum. Les exemples des grands décident presque toujours des mœurs publiques, Massillon, Panég. St Louis. Cette bataille [de Thymbrée] est un des plus considérables événements de l'antiquité, puisqu'elle décida de l'empire d'Asie entre les Assyriens de Babylone et les Perses, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. II, p. 200, dans POUGENS. Eh bien puisqu'on le veut, que la guerre en décide, Créb. Rhadam. II, 2.

    Décider sur, décider de, porter un jugement sur. Décider sur tout, de tout. Il croit avoir droit de décider sur mes sentiments, Bossuet, Avert. 2. Décider du mérite et du prix des auteurs, Boileau, Sat. IX. Les manières, que l'on néglige comme de petites choses, sont souvent ce qui fait que les hommes décident de vous en bien ou en mal, La Bruyère, V. La règle de Descartes qui ne veut pas que l'on décide sur les moindres vérités avant qu'elles soient connues clairement et distinctement, est assez belle et assez juste pour devoir s'étendre au jugement que l'on fait des personnes, La Bruyère, XII.

  • 7Décider de, avec un infinitif, prendre la résolution de. Il a décidé de renvoyer son domestique.
  • 8Se décider, v. réfl. Recevoir une solution, une conclusion. La difficulté qui reste se décidera dans une discussion en règle. La bataille ne se décidait pas. Il touche au moment où son sort se décide. Il suffit d'établir la règle ; les cas particuliers se décident ensuite d'eux-mêmes, Massillon, Confér. Us. des rev. ecclés. Tout se décidait par l'intérêt et par la force, Bossuet, Hist. III, 7.

    Se décider, prendre une résolution. Je me décide à rester, à partir. Clotaire en mon palais se décide à paraître, Lemercier, Bruneh. III, 2.

    Se décider pour quelqu'un, pour quelque chose, donner la préférence, se prononcer pour. Les électeurs se décidèrent pour son compétiteur. La victoire se décida pour César dans les plaines de Pharsale.

HISTORIQUE

XVIe s. À ceste fin, chascun membre, du plus precieux de son nourrissement, decide et rongne une portion, et la renvoye en bas, Rabelais, Pant. III, 4. Jamais on ne peult appeller des jugemens decidez par sort et fortune, Rabelais, ib. III, 12. C'est un conflict qui se decide par les armes de la memoire, Montaigne, I, 249. Quand ils vinrent à decider [à qui revenait l'honneur de la journée], Montaigne, I, 263. Ils eslisent quelqu'un d'entr'eulx qui sur le champ decide leurs procez, Montaigne, IV, 233.

ÉTYMOLOGIE

Latin, decidere, décider, proprement couper, de de, et caedere, couper. De l'idée de trancher on passe à celle de décider, une décision étant ce qui tranche une question.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DÉCIDER. Ajoutez : - REM. J. J. Rousseau l'a dit pour : attester, constater décidément. Je vous remercie, monsieur, de votre dernière pièce et du plaisir que m'a fait sa lecture : elle décide le talent qu'annonçait la première, Lettre à Chamfort, 6 octobre 1764. Cela n'est pas bon.