« découper », définition dans le dictionnaire Littré

découper

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

découper

(dé-kou-pé) v. a.
  • 1Couper par morceaux, diviser par membres. Découper un morceau de bœuf, une perdrix.

    Faire des entailles. Les deux parties contractantes, après s'être découpé les bras avec un couteau, y faisaient couler leur sang [dans une liqueur], y teignaient leurs armes, et buvaient de cette liqueur, eux et tous les assistants, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. III, p. 76.

  • 2Couper avec art, à petites taillades, des étoffes, enlevant ou n'enlevant pas la pièce coupée. Découper du taffetas, Découper une jupe, un fichu.

    Découper une broderie, couper, une fois la broderie faite, le jaconas, le tulle ou la mousseline qui est de trop.

  • 3Couper du carton, du papier de manière que ce qui reste ait une forme déterminée.

    On dit dans le même sens découper une figure, c'est-à-dire faire dans le carton ou le papier des coupures telles que la figure dont il s'agit soit représentée. Les mains derrière le dos il découpait en profil un portrait aussi ressemblant et plus ressemblant qu'il ne l'aurait fait au crayon, Marmontel, Mém. liv. VII, t. II, p. 241, dans POUGENS. Chez le petit marquis découper des oiseaux, Boissy, Deh. tromp. II, 10. Tandis que d'une main savante Vaucanson construit son canard artificiel, et que, saisis de surprise et d'étonnement, nous admirons cette imitation hardie des ouvrages du Créateur, les esprits célestes sourient et ne voient qu'un enfant qui découpe un oiseau, Bonnet, Consid. corps organ. Œuvres, t. V, p. 155, dans POUGENS. Les ciseaux d'une jeune fille qui découpe d'ingénieux ouvrages, Chateaubriand, Natch. I, 97.

    Absolument. Découper à l'emporte-pièce. Il découpe avec beaucoup de goût.

  • 4Enlever, en coupant tout autour, les figures qui sont représentées sur une toile, sur du papier. Découper des fleurs pour les appliquer sur un autre fond. Des images que le comte me faisait découper, Rousseau, Conf. III.

    Fig. La lune… Des édifices dentelés Découpait en noir les aiguilles, Hugo, Orient. 31.

  • 5 Terme de typographie. Découper la frisquette, mettre à jour chacune des parties de la forme où la lettre doit marquer sur la feuille.
  • 6Se découper, v. réfl. Être découpé. Cette volaille est tendre ; elle se découpe facilement.

    Présenter des apparences semblables à des dessins découpés. Les galeries suspendues en l'air se découpaient sur les fonds du ciel, Chateaubriand, Génie, III, V, 4.

HISTORIQUE

XIIe s. Car en cel jur meesmes qu'il fu si decolpez, Out esté saint Thomas treis feiz disciplinez, Th. le mart. 156. Dunc comencent as uis durement à buter : Car il quidouent [pensaient] prendre le saint u decolper, ib. 144.

XIIIe s. Tost orent un grant cerf trové, Tost l'orent pris et descopé, Lai de Melion. Maint haume decoupé, mainte targe percie, Berte, CXLIV. Et i ot moult de Sarrasins tués et decopés, Chron. de Rains, 39. Taneur qui decoupent doivent chascuns, chascun an, neuf sols de hauban à paiier au Roy, Liv. des mét. 298. Et ot un Sarrasin, quant il furent arrivez, qui se vint ferir entre eulz ; mais il fu tout decopé, Joinville, 215. Encore firent passer un chien entre nos gens et la leur, et descoperent le chien de leur espées, et nostre gent aussi ; et distrent que ainsi feussent il decopé se il failloient l'un à l'autre, Joinville, 266. Moult iert sa robe desguisiée [ornée], Et fu moult riche et encisée, Et decopée par cointise, la Rose, 828.

XVe s. Et puis fut decoupé en quatre quartiers [Hue le Dépensier], Froissart, I, I, 24. Leur est permis de faire l'amour, d'estre brave, emplumés, desguysés, descouppés, masqués, musqués, parfumés et en bon ordre, Arrest. amor. p. 410, dans LACURNE.

XVIe s. Se descouper le front pour tesmoignage de dueil, Montaigne, I, 14. Ils avoient raison de rejecter ce general mestier de medecin, et descouper [diviser] cette profession, Montaigne, III, 219. En icelle oraison il le descouppa de toutes les sortes d'opprobres et convices qu'il est possible, le blasonnant et appellant violateur de foy, Du Bellay, M. 347.

ÉTYMOLOGIE

Dé… préfixe, avec le sens distributif, et couper ; picard, décoper.