« dispensateur », définition dans le dictionnaire Littré

dispensateur

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

dispensateur, trice

(di-span-sa-teur, tri-s') s. m.
  • Celui, celle qui dispense ou distribue. La justice est la dispensatrice des peines et des récompenses, Furetière. Ils sont les dispensateurs des trésors célestes, Patru, Plaidoyer 5, dans RICHELET. Grand roi, de l'innocence auguste protecteur, Des peines et des prix juste dispensateur, Rotrou, Vencesl. IV, 6. Les riches sont seulement dispensateurs de leur superflu, Pascal, Prov. 12. [Les juges] afin d'y agir [dans les condamnations à mort] comme les fidèles dispensateurs de cette puissance divine d'ôter la vie aux hommes, Pascal, ib. 14. Le chancelier est le dispensateur des rémissions et des grâces du roi, Le Maître, Plaidoyer 2, dans RICHELET. Sacrés dispensateurs de la parole évangélique, Massillon, Or. fun. Villeroy. Sans remonter au souverain dispensateur des choses humaines, Massillon, Petit. car. Respect. Ce sont les dispensateurs ignorants et infidèles du sacrement de pénitence tout seuls qui ont changé la face du christianisme, Massillon, Confér. excell. du sacerdoce. Des vrais lauriers sages dispensatrices, Muses, jadis mes premières nourrices, Rousseau J.-B. Epîtr. I, 1. Un grand ministre est celui qui est le sage dispensateur des revenus publics, Montesquieu, Esp. XIII, 15. Prince, ne croyez pas que ces hommes vulgaires Soient les dispensateurs de l'immortalité, Voltaire, Ép. 12. Le hasard, des hauts rangs dispensateur suprême, Gilbert, Au prince de Salm.

HISTORIQUE

XIIe s. E tut cil qui laburent el champ nostre Seignur, Ne seient dechacié n'osté de lur tenur : Car serf Jesu-Crist sunt e si despensatur, Th. le mart. 73.

XIVe s. Les dispensateurs et ordeneurs de la policie, Oresme, Thèse de MEUNIER.

XVIe s. Les anges sont dispensateurs et ministres de la liberalité de Dieu envers nous, Calvin, Instit. 106. Aussi n'en sommes nous que dispensateurs [de nos biens], Lanoue, 175. Ayant à payer à tant de gents selon qu'ils ont deservy, un roy en doibt estre loyal et advisé dispensateur, Montaigne, IV, 9.

ÉTYMOLOGIE

Provenç. despessaire, despensador, dispensador ; espagn. dispensador ; ital. dispensatore, du latin dispensatorem, de dispensare, dispenser. Dans le provençal, despessaire est le nominatif du latin dispensátor, avec l'accent sur sa ; despensador est le régime, de dispensatórem, avec l'accent sur to.