« proscrit », définition dans le dictionnaire Littré

proscrit

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

proscrit, ite

(pro-skri, skri-t') part. passé de proscrire
  • 1Qui a été atteint par la proscription. Cicéron proscrit par les triumvirs.

    Par extension, qui éprouve un sort semblable à celui de la proscription romaine. Infortuné, proscrit, incertain de régner, Dois-je irriter les cœurs au lieu de les gagner ? [Racine, Baj. II, 1] Toute la nation à la fois est proscrite, [Racine, Esth. I, 3]

  • 2 Fig. Banni de l'usage. Aucune idée de la philosophie ancienne n'a été assez proscrite pour devoir désespérer de revenir dans la moderne, [Fontenelle, Hartsoeker.] Il [Wiclef] renouvela les anciens sentiments proscrits dans Bérenger, [Voltaire, Mœurs, 73]
  • 3 Substantivement. Celui qui a été frappé de proscription. Vous dirai-je les noms de ces grands personnages, De ces fameux proscrits, ces demi-dieux mortels, Qu'on a sacrifiés jusque sur les autels ? [Corneille, Cinna, I, 3] La mort des proscrits était suivie de la confiscation de leurs biens, [Rollin, Traité des Ét. III, 2]

    Celui qui est frappé d'une condamnation comparée à la proscription. Les lieux où nous priions les puissances célestes, Des proscrits entassés sont les dépôts funestes, [Delille, Pitié, III] Ils [les sénateurs de Tibère]… Réservent aux proscrits leur vénale insolence, [Chénier M. J. Tibère, V, 2]

    Celui qui ne peut retourner dans son pays à cause de condamnations politiques ou autres. Aucun n'ose parler pour ce proscrit auguste, [Voltaire, Tancr. I, 6] [Un asile] Refuge des proscrits et berceau de sa ville, [Delille, Én. VIII] Je resterai proscrit, voulant rester debout, [Hugo, Ultima verba.]

    Fig. Avoir un jeu de proscrit, des dés de proscrit, avoir vilain jeu, de mauvais dés.

    Familièrement. Cet homme a une figure de proscrit, une figure qui déplaît à tout le monde.

    On dit de même : une figure proscrite.