« rincer », définition dans le dictionnaire Littré

rincer

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

rincer

(rin-sé. Le c prend une cédille devant a et o : rinçant, rinçons) v. a.
  • 1Nettoyer en lavant et en frottant. Sa tasse qu'elle avait rincée Fut d'elle en colère cassée, Scarron, Virg. IV. Je vous rétablis dans la charge de rincer les verres et de donner à boire, Molière, l'Avare, III, 2. [Des verres] Où les doigts des laquais, dans la crasse tracés, Témoignaient par écrit qu'on les avait rincés, Boileau, Sat. III. Pour tous les bateaux qui seront rincés, Déclar. 22 oct. 1715, Tarif.

    Se rincer la bouche, se laver la bouche.

    Fig. Voilà je ne sais combien de fois que je prends la plume pour faire l'article Marin… malgré la nausée, il faut toujours y venir ; allons donc, une bonne résolution, et finissons, quitte à se rincer la bouche après en avoir parlé, Beaumarchais, 4e mém.

  • 2 Terme de blanchisseur. Rincer du linge, le passer dans une eau claire pour en ôter le savon qui a servi à le nettoyer. Rincer à deux eaux.

    Se rincer les mains, passer de l'eau claire sur ses mains, après se les être savonnées.

    Fig. et populairement. Réprimander, battre. Un général, fût-il un prince, Fond sur l'ennemi et vous le rince, Favart, (1750), dans LARCHEY, Excentricités. Apollon la tête me rince, Il s'aperçoit que je vieillis, Voltaire, Ép. 53.

    Il a été bien rincé, il a été fort mouillé, et fig. il a été fortement réprimandé ou battu.

HISTORIQUE

XIIIe s. Luxure emboe tout et gaste, et riens ne rince, J. de Meung, Test. 1805. Cil netoye l'aigue et raince Le bon vessel, et molt l'amende, Guyot de Provins, Bible, V. 2417, dans MÉON, Fabl. et contes.

XIVe s. Jehan le Vasseur dist audit Regnaudin qu'il le rainseroit [battrait] autre part, Du Cange, rama. Recensire, rinser comme un voirre, Du Cange, recensire.

XVe s. En rainçant nos gosiers, avalons nos miettes, Basselin, XXII. Bon vin et verre bien raincé, Boire d'autant ; c'est ma devise, Basselin, LIII.

XVIe s. Cicero, ce me semble, avoit accoustumé de rincer le nez [se nettoyer, se gratter le nez], qui signifie un naturel mocqueur, Montaigne, III, 31. Je rainceray ces drapeaulx que j'ay ici en la jatte, et après je feray la lessive, Palsgrave, p. 691.

ÉTYMOLOGIE

Picard, rechincher. Il y a deux étymologies : 1° bas-lat. resincerare, nettoyer, proprement rendre intact, remettre en son état, de re et sincerus, intact (voy. SINCÈRE) ; 2° d'après Diez, l'ancien scandinave hreinsa, nettoyer, goth. hrains, pur, all. rein. Il est difficile de prononcer ; le mot germanique est plus près par la forme, mais en général une étymologie latine prévaut sur une étymologie allemande ; en tout cas, le picard rechincher vient non du germanique, mais de resincerare. Ch. Nisard croit que rincer dans le sens de battre vient de rainsel, rameau, branche ; mais, tandis que la métaphore de battre est possible avec rincer, rainsel aurait donné rainceler.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

RINCER. - ÉTYM. Ajoutez : Du Cange a recensire, lavare, eluere, rinser comme un voirre. Il a aussi recincerare, au sens de laver, nettoyer ; remarquez que le mot est écrit par un c, comme recensire. Diefenbach, dans son Glossarium, a recensitus, rendu frais, neuf, recentare, recenciare, rendre frais, neuf, recentia, fraîcheur. La forme antique est trisyllabe, raïncer, comme on le voit dans ce vers de Guyot de Provins : Cil netoie l'aigue et raïnce Le bon vessel… V. 2417. De là résulte que raïncer ou reïncer est formé de recentiare par la chute du c, et vient du lat. recens, récent, frais, neuf.