« gagneur », définition dans le dictionnaire Littré

gagneur

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

gagneur

(ga-gneur) s. m.
  • 1Celui qui gagne, qui fait un profit. Dans un pays où il y a plus de vanité que de cupidité, plus de solliciteurs d'emploi que de gagneurs d'argent…, [Dupont-White, l'Individu et l'État, p. 104]

    Gagneur de batailles, celui qui remporte des victoires. Ce gagneur de tant de batailles, Ce dompteur de tant d'ennemis, Ce vainqueur de tant de murailles, Qui vit tous les peuples soumis, [Voiture, Œuv. t. II, p. 203, dans POUGENS] Ce sera une belle chose qu'une fille arrête un gagneur de batailles, [Retz, III, 222] Voici une mauvaise plaisanterie que j'écris au roi de Prusse… cela n'est pas bon à courir ; mais peut-être en peut-on amuser le roi preneur de villes et gagneur de batailles [Louis XV victorieux], car encore faut-il amuser son héros, [Voltaire, Lett. d'Argenson, 25 juin 1745] Ce fut par les combats de Seneff que le grand Condé termina sa carrière de gagneur de batailles, [Sismondi, Hist. des Français, t. XXV, p. 278, 1841]

  • 2Celui, celle qui gagne souvent au jeu, qui a l'habitude de gagner ou qui ne songe qu'à gagner.

HISTORIQUE

XIVe s. Et pour ce sont-il villains gaingneurs, et gaingnent laidement, [Oresme, Thèse de MEUNIER.]

XVIe s. Que celui qui perdroit seroit tenu de livrer promptement au gaigneur celui de tous les autres eunuques qu'il demanderoit, [Amyot, Artax. 21] Hardi gaigneur, hardi mangeur [ceux qui travaillent beaucoup mangent beaucoup], [Cotgrave] Mieux vaut bon gardeur que bon gaigneur, [Cotgrave]

ÉTYMOLOGIE

Gagner ; provenç. guazanhador ; catal. ganyador ; portug. ganhador ; ital. guadagnatore. Dans les hauts temps, gaagnere, gaagneor signifie cultivateur.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

GAGNEUR.
1Celui qui gagne, qui fait un profit. Ajoutez : Ne pouvant sauver l'État qu'aux dépens de la capitale qui l'a perdu, vous avez bravé les cris des gagneurs d'argent, [Rousseau, Lett. à Silhouette, 2 déc. 1759]