« industrie », définition dans le dictionnaire Littré

industrie

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

industrie

(in-du-strie) s. f.
  • 1Habileté à faire quelque chose, à exécuter un travail manuel. Cela est fait avec beaucoup d'industrie. Avoir de l'industrie. Une dangereuse industrie. Quelque industrie qui paraisse dans ce que font les animaux, [Bossuet, Connaiss. de Dieu, V. 2] À Smolensk, l'ordre avait été donné de prendre, en partant, pour plusieurs jours de vivres ; l'empereur n'en ignorait pas la difficulté, mais il comptait sur l'industrie des chefs et des soldats ; ils étaient avertis, cela suffisait ; ils sauraient bien pourvoir eux-mêmes à leurs besoins, [Ségur, Hist. de Nap. VII, 1]
  • 2 Fig. Invention, savoir-faire. Doucement, ce discours est de mon industrie, [Molière, l'Ét. III, 4] Voilà vos craintes dissipées… je vous défie avec toute votre industrie de trouver à regratter là-dessus, [Sévigné, 20 nov. 1689] Ulysse, en apparence, approuvant mes discours, De ce premier torrent laissa passer le cours ; Mais bientôt, rappelant sa cruelle industrie, Il me représenta l'honneur et la patrie, [Racine, Iphig. I, 1] Il a mille industries pour faire plaisir à son voisin, [Fénelon, Tél. XI] Je ne voulais pas leur montrer [au duc et à la duchesse d'Orléans] tous mes ressorts, pour ne les pas ralentir et apparesser par compter trop sur mon industrie, [Saint-Simon, 267, 105]

    Vivre d'industrie, trouver moyen de subsister par son adresse et par son savoir-faire (locution qui ne se dit qu'en mauvaise part). Faute de revenu, je vis de l'industrie, [Regnard, Fol. am. I, 5]

    Fig. et familièrement. Chevaliers d'industrie, et, autrefois, chevaliers de l'industrie, gens qui, n'ayant point de bien, subsistent par une adresse malhonnête. Mon père… Était chevalier d'industrie, Sans en être moins glorieux, [Béranger, Enf. de bonne maison.] Des professions nouvelles commencent pour la noblesse ; d'innombrables tripots, aux tournois de leurs tapis verts, voient jouter la chevalerie nouvelle ; un mot a enrichi la langue : chevalier d'industrie, [Michelet, Louis XIV et le duc de Bourgogne, p. 146]

  • 3Profession mécanique ou mercantile, art, métier que l'on exerce pour vivre. Cette petite industrie lui donne de quoi subsister. Ce prodigieux nombre d'industries singulières, inconnues à tous ceux qui ne les exercent pas, nullement observées par ceux qui les exercent, négligées par les savants les plus universels qui ne savent pas même qu'il y ait là rien à apprendre pour eux, et cependant merveilleuses et ravissantes dès qu'elles sont vues avec des yeux éclairés, [Fontenelle, des Billettes.] Il est nécessairement équitable que l'industrie raffinée du négociant paye plus que l'industrie grossière du laboureur, [Voltaire, L'homme aux 40 écus, entretien avec un géomètre]
  • 4 Nom sous lequel on comprend toutes les opérations qui concourent à la production des richesses : l'industrie agricole, l'industrie commerciale et l'industrie manufacturière ; l'industrie agricole s'applique principalement à provoquer l'action productive de la nature ou à en recueillir les produits ; l'industrie commerciale crée de la valeur en mettant les produits à la portée du consommateur ; l'industrie manufacturière est celle qui, en transformant les choses, leur crée de la valeur, [Legoarant] Les produits de l'industrie. L'industrie française. L'industrie a réparé les torts que la nature et la négligence fesaient à nos climats, [Voltaire, Mœurs, 159] Nulle industrie ne secondait, dans ces climats heureux, les présents de la nature ; ni les soies de Valence, ni les belles laines de l'Andalousie et de la Castille n'étaient préparées par les mains espagnoles, [Voltaire, ib. 177] Il faut que l'industrie soit favorisée, mais il faut que l'industrie opulente secoure l'État, [Voltaire, Homme aux 40 écus, entretien avec un géomètre] Les caprices même de l'industrie méritent l'indulgence du gouvernement, [Raynal, Hist. phil. XIII, 38]

    Industrie se dit quelquefois de tous les arts industriels, sauf l'agriculture, par opposition à l'agriculture.

    Les grandes industries, celles qui travaillent et produisent en grand ; les petites industries, celles qui travaillent et produisent en petit.

    Exposition de l'industrie, exposition, à des époques plus ou moins éloignées, des produits de l'industrie d'un pays ou des principaux pays.

HISTORIQUE

XIVe s. Une mauvaise nef requiert plus grant industrie à estre menée que ne fait une bonne. Il ont en eulz aucunes industries profitables au conseil, [Oresme, Thèse de MEUNIER]

XVe s. Jacques Cuer, argentier jadis du roi Charles, homme plein d'industrie et hault engin, subtil d'entendement et haut emprendre, [Chastelain, Temple de Jehan Bocace.]

ÉTYMOLOGIE

Provenç. industria, endustria ; espagn. et ital. industria, du lat. industria, de indo, en, dans, et struere, bâtir (voy. STRUCTURE).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

INDUSTRIE. - HIST. XIVe s. Ajoutez : Les sens d'armes, raisons et industries par lesquelles ilz [les Romains] conquistrent jadis les pays et les terres, [Bercheure, dans Docum. mss. de l'anc. litt. de la France, Rapports, par Paul Meyer, 1re part. p. 82]