RUTEBEUF, auteur cité dans le Littré

RUTEBEUF (1230?-1285?)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme RUTEBEUF a été choisie.

661 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Œuvres, recueillies par Jubinal, 2 vol. Paris, 1839 659 citations

Quelques citations de RUTEBEUF

Voici un tirage aléatoire parmi ses 661 citations dans le Littré.

  1. Esperance d'avoir pardon Ou par penitançe ou par don Fet endurer mainte mesaise ; Li endurers fet mult grant aise ; Car mult legierement endure Qui eschive paine plus dure.
    II, 199 (endurer)
  2. Et se il vait la messe oïr, Ce n'est pas por Dieu conjoïr, Ainz est por des deniers avoir.
  3. Il n'i a chambrete petite, Qui ne soit si bien ramonée Que jà poudre n'i ert [sera] trouvée.
    t. II, p. 234 (ramoner)
  4. Lever le fist et baptiser ; Son nom, qui tant fist à prisier, Mist à l'enfant, s'en fu marraine.
    II, 204 (marraine)
  5. Pou douteiz la porfonde tour Dont li prison n'ont nul retour, Où par paresce descendeiz.
  6. Verité ai dite en mains leus (Or est li dires perilleus) à cels qui n'aiment verité.
  7. Mestre Guillaumes au roi vint, Là où des gens ot plus de vingt ; Si dist : " sire, nous sons en mise Par le dit et par la devise Que li prelat deviseront.
    75 (mise)
  8. Quar il est près de mie nuit, Et à tele eure fu il nez Li purs, li fins, li afinez.
    II, 220 (affiner)
  9. Contre le tens qu'arbre deffueille, Qu'il ne remaint en branche fueille Qui n'aut [n'aille] a terre....
  10. De ce me merveil sans doutence, Quant la mer, qui est nete et pure, Souffroit son pechié et s'ordure, Et qu'enfers ne l'asorbissoit.
    II, 111 (absorber)
  11. Fors que pain noir, dur et haslé, Tout muisi et tout très salé [lisez tresalé, c'est-à-dire passé, qui a perdu ses qualités].
    II, 173 (moisir)
  12. Qui porroit paradis avoir Après la mort por son avoir, Bon feroit enbler et tolir ; Mes il les covendra boillir Ou puis d'enfer sans jà reembre [sans rançon].
  13. Car qui à s'ame est oblieux, Bien est raisons qu'il le compeire [paye].
  14. Li cordelier dedens Pontoise Vousissent estre ; mult lor poise Que la dame de ce parole ; Quar poor ont d'apercevance.
  15. Lor piez lavez et furent oint, Qui crevé erent de mesaise.
    II, 203 (crever)
  16. Et si estoit la haire mise Emprès la char soz la chemise.
    II, 176 (haire)
  17. Tout torne à perte.... Juignet li fait sembler fevrier.
  18. Chanoine, clerc, et roi, et conte Sont trop aver [avares] ; N'ont cure des ames sauver, Mès les cors baignier et laver Et bien norrir.
    II, 1 (baigner)
  19. S'il ot mueble, ce fut de dete ; Car qui trop despent, il s'endete.
  20. Mult durement se desrouta Li lievres, qui les chiens douta, Asseiz foï et longuement, Et cil le chassa durement.