Jean Le Rond D'ALEMBERT, auteur cité dans le Littré

D'ALEMBERT (1717-1783)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme D'ALEMBERT a été choisie.

1552 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Correspondance avec Frédéric le Grand 256 citations
Éloges lus dans les séances publiques de l’Académie française 1779 479 citations
Lettres à Voltaire 295 citations
Œuvres philosophiques, historiques et littéraires, Paris, an XIII (1805), édit. citée par POUGENS 117 citations

Quelques citations de Jean Le Rond D'ALEMBERT

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1552 citations dans le Littré.

  1. Les pensées sublimes sont rares, et ne peuvent être suppléées, ni par la magnificence des mots, cette magnificence si pauvre quand celle des choses n'y répond pas, ni par ce beau désordre qu'on n'a pu jusqu'ici bien définir.
    Réfl. sur la poés. Œuv. t. IV, p. 106, dans POUGENS. (magnificence)
  2. L'intérêt de l'humanité demanderait que la puissance spirituelle fût mise nue comme la main.
    Lett. à Voltaire, 6 avril 1773 (nu, nue [1])
  3. Exercé dans la connaissance des hommes et dans l'art de manier les esprits, le cardinal d'Estrées en fit un usage heureux dans plusieurs conclaves.
    Éloges, Card. d'Estrées. (esprit)
  4. Qu'ils aient le courage de s'élever au-dessus de l'instant où ils vivent, ils verront de loin la postérité souffler sur ces nuages, et condamner à un mépris éternel ceux qui ont eu la honte de les rassembler.
    Él. Bossuet, note 11 (souffler)
  5. La sensibilité extrême exclut la sécheresse.
    Portr. de Mlle de l'Espinasse. (sécheresse)
  6. Il [M. de Choisy] eut le malheur honorable de déplaire au ministre, et de s'en voir négligé comme il devait s'y attendre.
    Éloges, Choisy. (négligé, ée)
  7. Il est surprenant que Marivaux, donnant, pour ainsi dire, toujours la même comédie sous différents titres, n'ait pas été plus malheureux sur la scène.
    Élog. Mariv. note 12 (surprenant, ante)
  8. Cette perversité de principes, déguisée et comme adoucie par le masque des bienséances.
    Élog. Créb. (perversité)
  9. Vous ne sauriez apporter dans cet ouvrage [le Commentaire sur Corneille] trop de soin, d'exactitude et même de minutie.
    Lett. à Volt. 8 sept. 1761 (minutie)
  10. Cette froideur est le grand défaut, selon moi, de presque toutes nos pièces de théâtre.
    Lett. à Voltaire, 10 oct. 1761 (froideur)
  11. Si le traducteur ne rend pas ce style et ce goût, il n'a rien rendu ; il a anéanti son auteur en croyant le faire revivre.
    Éloges, Saci. (rendre)
  12. Le roi tient actuellement son lit de justice pour cette belle affaire du parlement et du clergé.
    Lett. à Voltaire, 13 déc. 1756 (tenir)
  13. Ménagez-vous, sire, et conservez-vous pour vos peuples.
    Lett. au roi de Prusse, 14 nov. 1776 (ménager [1])
  14. Plus je suis pénétré de reconnaissance des bontés de Votre Majesté, moins je dois abuser de ses bienfaits.
    Lett. au roi de Pr. 30 nov. 1770 (plus)
  15. Enfin, dans l'idée de surface, je fais encore abstraction d'une des deux dimensions qui la composent, et il me reste l'idée de ligne.
    Mélanges de littér. d'hist. et de philos. t. V, § II. (ligne)
  16. Nous serons les derniers à faire ce que nous avons écrit et ce que les autres nations exécutent.
    Lettre au roi de Prusse, 11 oct. 1781 (dernier, ière)
  17. Depuis qu'il [Boileau] avait quitté ce sceptre du Parnasse, qui avait été longtemps un sceptre de fer entre ses mains, mais nécessaire au maintien du bon goût.
    Éloges, St-Aulaire. (sceptre)
  18. Le désir si vif et si inutile de connaître l'avenir donna naissance aux oracles des païens.
    Éloges, Dumarsais. (naissance)
  19. À propos de guerre, que pense votre majesté de notre déconfiture aux Antilles [défaite de l'amiral de Grasse] ?
    Lett. au roi de Prusse, 21 juin 1782 (déconfiture)
  20. À travers ce jargon si entortillé, si précieux, si éloigné de la nature, Marivaux a su conserver un mérite dont on doit lui savoir d'autant plus de gré qu'on le croirait incompatible avec un pareil langage.
    Éloges, Marivaux. (entortillé, ée)