« vengeur », définition dans le dictionnaire Littré

vengeur

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

vengeur, geresse

(van-jeur, je-rè-s') s. m.
  • 1Celui, celle qui venge, qui punit. Misérable vengeur d'une juste querelle, Corneille, Cid, I, 9. Fidèles dépositaires des lois, et implacables vengeurs de leur sainteté méprisée, Bossuet, le Tellier. David a recours à Dieu comme à son unique vengeur, Bossuet, 5e avert. 30. Britannicus mourant excitera le zèle De ses amis, tout prêts à prendre sa querelle ; Ces vengeurs trouveront de nouveaux défenseurs Qui, même après leur mort, auront des successeurs, Racine, Brit. IV, 3. Roi, voilà vos vengeurs contre vos ennemis, Racine, Athal. IV, 3. On accusa son entreprise [de Charles-Quint, sur Alger] de témérité ; mais, s'il eût réussi, comme à Tunis, on l'eût appelé le vengeur de l'Europe, Voltaire, Ann. Emp. Charles-Quint, 1541. Boileau, critique peu sensible, mais judicieux et solide, ne fut pas le restaurateur du goût ; il en fut le vengeur et le conservateur, Marmontel, Œuv. t. IV, p. 417. Némésis ! Némésis ! lève-toi, vengeresse ! Hugo, Châtiments, III, 15.

    Quelqu'un qui se venge de nous. Lui mort [Auguste], nous n'avons point de vengeur ni de maître, Corneille, Cinna, I, 3.

  • 2 Adj. Qui venge, qui punit. Fuyez de devant l'épée qui vous menace, parce qu'il y a une épée vengeresse de l'iniquité, Sacy, Bible, Job, XIX, 29. Dieu, dont le bras vengeur, pour un temps suspendu, Sur cette race impie est toujours étendu, Racine, Athal. I, 2. Les Furies vengeresses, envoyées par les dieux pour punir un crime si détestable, Rollin, Traité des Ét. II, 2. Condamner la guerrière vengeresse du trône [Jeanne d'Arc] au plus affreux des supplices, Voltaire, Philos. Disc. de Belleguier. ôtez aux hommes l'opinion d'un Dieu vengeur et rémunérateur, Sylla et Marius se baignent alors avec délices dans le sang de leurs concitoyens, Voltaire, Philos. 1re homélie. Au sein de vos fausses prospérités les passions vengeresses punissent vos forfaits, Rousseau, Ém. IV. On ne fait point aux morts d'outrages impunis ; Il est des dieux vengeurs près des tombeaux assis, P. Lebrun, Ulysse, IV, 2.

HISTORIQUE

XIIe s. Que tu destruies le enemi e le vengédur, Liber psalm. p. 8.

XIVe s. Les furies vengeresses des horribles forfaiz, Bercheure, f° 23, verso.

XVIe s. Une furie vengeresse du sang de son hoste qu'il avoit fait mourir à tort, Amyot, Marius, 11.

ÉTYMOLOGIE

Venger ; provenç. venjaire, venjador ; cat. venjador ; espagn. vengador ; ital. vengiatore.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

VENGEUR. - HIST. XIIe s. Ajoutez : Ke il en tant soit plus droiz altrui vengieres que il premiers est venqueres de soi, li Dialoge Gregoire lo pape, 1876, p. 368.