« troupe », définition dans le dictionnaire Littré

troupe

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

troupe

(trou-p') s. f.
  • 1Multitude de gens assemblés. Deux ours sortirent du bois ; et, s'étant jetés sur cette troupe d'enfants, ils en déchirèrent quarante-deux, Sacy, Bible, Rois, IV, II, 24. Siècle vainement subtil… la princesse Palatine t'est donnée comme un signe et un prodige… tu la verras se joindre à ces saintes filles et à toute la troupe des saints, Bossuet, Anne de Gonz. Et ne voyez-vous pas que leur troupe en furie [des poëtes critiqués par Boileau] Va prendre encor ces vers pour une raillerie ? Boileau, Sat. IX. Lui-même le premier, pour honorer la troupe, D'un vin pur et vermeil il fait remplir la coupe, Boileau, Lutr. I. Je cours et je ne vois que des troupes craintives D'esclaves effrayés, de femmes fugitives, Racine, Bajaz. v, 9. Des prophètes menteurs la troupe confondue, Racine, Athal. I, 1. On vient à mon secours ; tremblez, troupe rebelle ! Racine, ib. v, 5. Les Italiens, dit Diodore, achetaient en Sicile des troupes d'esclaves pour labourer leurs champs, et avoir soin de leurs troupeaux, Montesquieu, Esp. XI, 18.

    Fig. Toute la troupe sacrée des vertus qui veillaient autour de lui, Bossuet, le Tellier.

    Troupe se dit des animaux. Troupe de dindons. Troupe d'oies. Comme on voit les frelons, troupe lâche et stérile…, Boileau, Sat. I.

    Aller en troupe, marcher en troupe, aller ensemble, en grand nombre.

    En troupe se dit aussi des animaux. Les oies sauvages vont en troupe.

    Aller par troupes, marcher par troupes, aller, marcher en formant plusieurs bandes ou troupes distinctes.

  • 2Troupe de comédiens, un certain nombre d'acteurs réunis à l'effet de jouer ensemble. J'avais songé une comédie où il y aurait eu un poëte… qui serait venu pour offrir une pièce à une troupe de comédiens nouvellement arrivés de la campagne, Molière, Impromptu, I. Nous représenterons, quand vous nous viendrez voir, L'ouvrage le plus beau que nous puissions avoir ; à vous bien divertir toute la troupe aspire, Boursault, Fabl. d'És. v, 4. Le bruit des remontrances des gens tenant la comédie est parvenu jusqu'à l'enceinte de mes montagnes ; il paraît qu'une troupe est quelquefois plus difficile à conduire que des troupes, Voltaire, Lett. Richelieu, 26 avr. 1765. La troupe de Molière prit le titre de la troupe de Monsieur, qui était son protecteur, Voltaire, Vie de Molière. On dit la troupe fort bonne ; plusieurs amateurs ont fait une souscription assez considérable pour la composer, Voltaire, Lett. d'Argental, 26 sept. 1769. Monsieur, on vous demande, C'est un comédien. - Le baron : Parbleu ! voici la bande. - Le marquis : Dites troupe, Raim. POISSON, Bar. de la Crasse, sc. 4.

    Les comédiens ont protesté contre le mot troupe. De bons acteurs la troupe est-elle bien fournie ? - Crispin : Troupe, madame ! on dit à présent compagnie, Dancourt, Inconnu, Prol. sc. 2. On dit bien une troupe de bandits, une troupe de gueux, une troupe d'auteurs ; mais apprenez qu'on doit dire une compagnie de comédiens, Lesage, Gil Blas, III, 10. Granville : Ton appui Peut m'impatroniser dans la troupe aujourd'hui. - Belrose : Tu te feras chasser avec ignominie ; La troupe ! eh ! d'où viens-tu ? dis donc la compagnie, Delavigne, Coméd. I, 5.

    Troupe de société, réunion de gens du monde, d'amateurs, qui jouent la comédie pour leur plaisir. Vous ne m'étonnez point ; je n'ai pas encore vu de troupe de société qui n'ait eu de deux ou trois de ses acteurs une semblable opinion, Genlis, Théât. d'éduc. Magistrat, I, 2.

  • 3En parlant de gens de guerre, corps de cavalerie ou d'infanterie. Cet officier conduit bien sa troupe. Voilà une belle troupe. Il a fallu qu'ils [les hommes débandés] attendissent l'arrivée de la première troupe encore commandée et en ordre ; c'était la vieille et la jeune garde, Ségur, Hist. de Nap. IX, 14.
  • 4 Au plur. Corps de gens de guerre composant une armée. On nous envoie d'Angleterre trois mille hommes de vieilles troupes, qui ne coûteront rien au roi pour la levée, Pellisson, Lett. hist. t. II, p. 57. Le roi mène peu de troupes et la moitié de sa garde, Sévigné, à Bussy, 5 avr. 1687. L'archiduc, par un mouvement soudain du prince, qui lui oppose des troupes fraîches à la place des troupes fatiguées, est contraint à prendre la fuite, Bossuet, Louis de Bourbon. On croit qu'il expose ses troupes ; il les ménage en abrégeant le temps des périls, Bossuet, ib. Que faire d'Égésippe qui demande un emploi ? le mettra-t-on dans les finances ou dans les troupes ? La Bruyère, II. Un prince qui a un million de sujets ne peut, sans se détruire lui-même, entretenir plus de dix mille hommes de troupes, Montesquieu, Rom. III. Sitôt qu'un État augmente ce qu'il appelle ses troupes, les autres soudain augmentent les leurs, de façon qu'on ne gagne rien par là que la ruine commune, Montesquieu, Esp. XIII, 17. Si vous avez le nombre sans la qualité, vous aurez des troupeaux et non pas des troupes, Journal offic. 11 juin 1872, p. 3903, 2e col.

    Troupes nationales, les troupes levées dans l'État même qu'elles servent, par opposition à troupes étrangères, celles qu'un État tire d'un pays étranger.

    On dit souvent au singulier : la troupe de ligne.

    Populairement au singulier. Voilà de la troupe qui passe. Il y a bien de la troupe dans cette ville.

  • 5Troupe, collectivement, au singulier, l'ensemble des sous-officiers et soldats, par opposition aux officiers. Pourvoir aux logements des officiers et au casernement de la troupe. Enfant de troupe.

    Officiers de troupes, tous les officiers au-dessous du grade de général, parce qu'ils commandent directement la troupe.

    Chevaux de troupe, chevaux propres au service de l'armée.

    PROVERBE

    Les étourneaux sont maigres, parce qu'ils vont en troupes.

REMARQUE

Cette troupe de jeunes gens que j'ai vue ou vus : on met vue si on le fait rapporter à troupe, et vus si on le fait rapporter à jeunes gens. Cela dépend entièrement de la pensée de celui qui parle. Une troupe de soldats qui pillèrent le château, sera mieux qu'une troupe de soldats qui pilla le château, Condillac, Art d'écr. I, 8.

SYNONYME

TROUPE, BANDE. La troupe est un rassemblement, fortuit ou non, de personnes. Le rassemblement constitué par la bande n'est pas fortuit ; il indique association. Une troupe de paysans. Une bande de voleurs.

HISTORIQUE

XIIIe s. Encontre un grand trope d'oeilles [brebis], Fabliaux, t. IV, p. 4.

XVIe s. De troupe à troupe [armée], Montaigne, I, 24. Luy et sa trouppe, Montaigne, I, 25. Je mets en ce mesme rang le mot de troupe ; ainsi le trouvay-je dans les loix d'Allemagne, le titre 73 estre tel : de eo qui in tropo de jumentis…, Pasquier, VIII, p. 658, dans LACURNE. Une troupe de pourceaux, Nouv. coust. génér. t. II, p. 60. … Admirant la belle Calliope, Je devins amoureux de sa neuvaine trope, Ronsard, contre les bûcherons de la forêt de Gastine.

ÉTYMOLOGIE

Bourguig. trôpe ; provenç. trop, troupeau ; espagn. tropa ; ital. truppa ; du bas-lat troppus, dont l'origine est incertaine. Diez pense que c'est une altération du lat. turba, foule, changé, peut-être dans la bouche des Germains, en trupa, d'où troppus, avec changement de genre (voy. trouble 1, pour un pareil changement de genre).