François de LA MOTHE LE VAYER, auteur cité dans le Littré

LA MOTHE LE VAYER (1588-1672)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LA MOTHE LE VAYER a été choisie.

126 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Cincq dialogues faits à l'imitation des Anciens, par Oratius Tubero 1698 25 citations
De la vertu des païens 1642 78 citations

Quelques citations de François de LA MOTHE LE VAYER

Voici un tirage aléatoire parmi ses 126 citations dans le Littré.

  1. Coelius Rhodiginus… ajoute que plusieurs ont cru qu'Aristote avait eu quelque prénotion ou avant connaissance de l'incarnation de Jésus-Christ…
    Vertu des païens, II, Aristote. (prénotion)
  2. Parce que de mêmes causes doivent raisonnablement produire de mêmes effets.
    Vertu des païens, 1, État de la grâce (même)
  3. Le but que j'avais tant de peine à trouver dans la verdeur de mon âge.
    la Promenade, Dial. II (verdeur)
  4. Ils [les chrétiens] crurent que l'intérêt de la religion les obligeait de le jeter [l'empereur Julien] dans la plus grande diffamation qui se pourrait.
    Vertu des païens, II, Julien (diffamation)
  5. Se peut-il rien concevoir de plus visionnaire et de plus cérébrin ?
    Hom. acad. (cérébrine [1])
  6. Telasinus aime mieux être exilé comme philosophe que de vivre consulairement sous Domitien.
    Dialog. d'Orat. Tubero, t. II, p. 230 (consulairement)
  7. Le miracle de la conversion ou rebroussement du Jourdain.
    Dial. d'Or. Tub. t. II, p. 194, dans POUGENS (rebroussement)
  8. Selon que saint Isidore de Pelusie appelle si souvent logiciens et chrétiens la plupart de ces vieux philosophes qui ont cheminé dans les voies de la droite raison.
    Vertu des païens, I, État de la loi. (logicien)
  9. Tous ceux qui, s'apercevant de l'impertinence des fausses religions qui avaient cours, refusaient d'adorer la multiplicité des dieux du paganisme, n'en pouvant admettre qu'un,
    Vertu des païens, I, Observations sur les trois états (multiplicité)
  10. On veut qu'il [saint Augustin] n'ait point admis d'actions moyennes dans la morale, et qui ne fussent bonnes ou mauvaises, contre ce qu'enseigne l'école, qui en reconnaît d'indifférentes.
    Vertu des païens, I, avant-propos. (moyen, enne [1])
  11. De même qu'un peu de levain aigrit et corrompt toute la masse qui le reçoit.
    Vertu des païens, II, Avant-propos. (levain)
  12. Quoique je sois presque honteux de m'être tant arrêté à ces petites vétilles et minuties de grammaire.
    la Promenade, Dial. 1 (vétille)
  13. Que tous les gentils se pouvaient sauver devant la publication de l'Évangile, en observant les seuls préceptes du droit naturel.
    Vertu des païens, I, État de la loi. (publication)
  14. Il [Épicure] s'imaginait une infinité de mondes, non pas seulement par succession des uns aux autres, comme les a crus Origène, mais qui subsistaient tous à la fois dans un espace infini et avec de certains intervalles appelés intermondes.
    Vertu des païens, II, Épicure. (intermonde)
  15. Trouvez bon que, pour vous satisfaire, je ne me désoblige pas moi-même.
    Dial. d'Oratius Tubero, t. I, Lettre de l'autheur. (désobliger)
  16. [Le passage] de l'Épître aux Romains où saint Paul adapte à la parole de Dieu ce que David a dit métaphoriquement de celle des cieux, qui a été entendue de toute la terre.
    Vertu des païens, 1, État de la grâce. (métaphoriquement)
  17. La métriopathie donne le tempérament à toutes nos passions.
    Dial. d'Orat. Tubero, t. II, p. 236 (métriopathie)
  18. Ils en admiraient la beauté avec une acclamation extraordinaire.
  19. Je trouve qu'on a eu raison de reprendre Érasme d'avoir osé écrire dans un de ses dialogues, qu'autant de fois qu'il lisait la belle fin de Socrate, il avait bien de la peine à s'empêcher de dire : ô saint Socrate, priez Dieu pour nous.
    Vertu des païens, II, Socrate. (saint, ainte)
  20. Salomon reconnaît la sagesse pour la plus muable ou la plus changeante chose de toutes les mobiles.
    Vertu des païens, II, Pyrrhon. (mobile)