François de LA MOTHE LE VAYER, auteur cité dans le Littré

LA MOTHE LE VAYER (1588-1672)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LA MOTHE LE VAYER a été choisie.

126 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Cincq dialogues faits à l'imitation des Anciens, par Oratius Tubero 1698 25 citations
De la vertu des païens 1642 78 citations

Quelques citations de François de LA MOTHE LE VAYER

Voici un tirage aléatoire parmi ses 126 citations dans le Littré.

  1. Les sceptiques ont inventé une topique particulière, et se sont servis de dix moyens avec lesquels ils examinent tout ce qu'on leur propose.
    Vertu des païens. II, Pyrrhon. (topique)
  2. [Auteurs] qui maintiennent qu'aucun infidèle ne doit être appelé vertueux, parce que son infidélité l'empêche de pouvoir produire des actions moralement bonnes et vertueuses.
    Vertu des payens, I, Avant-propos. (moralement)
  3. Passant par où quelqu'un des leurs a pissé, ils [les chiens] s'arrêtent tout court pour faire le même.
    Dial. d'Orat. Tubero, t. I, p. 287, dans POUGENS (pisser)
  4. Celles qui ont les plus longues tétasses, la plus grande bouche.
    Dial. d'Or. Tub. t. I, p. 32 (tétasses)
  5. Ils en admiraient la beauté avec une acclamation extraordinaire.
  6. Un boiteux arrive plus tôt au but par le droit chemin, que le meilleur coureur du monde qui extravague, et s'égare d'autant plus qu'il va vite.
    Dial. d'Oratius Tubero, t. II, p. 53 (extravaguer)
  7. De même qu'un peu de levain aigrit et corrompt toute la masse qui le reçoit.
    Vertu des païens, II, Avant-propos. (levain)
  8. C'est elle [l'âme] qui nous ride ou nous aplanit le front en un instant, selon ses mouvements intérieurs.
    Vertu des païens, II, Socrate. (rider [1])
  9. Quoique je sois presque honteux de m'être tant arrêté à ces petites vétilles et minuties de grammaire.
    la Promenade, Dial. 1 (vétille)
  10. La purgation qu'il [le blé] reçoit par le moyen du van.
    la Promenade, Dialog. 2 (purgation)
  11. Que tous les gentils se pouvaient sauver devant la publication de l'Évangile, en observant les seuls préceptes du droit naturel.
    Vertu des païens, I, État de la loi. (publication)
  12. Ce qui obligea les Romains à l'adoration d'une Vénus toute chauve, reconnaissant que la pelade avait sa grâce et sa beauté.
    Dial. d'Orat. Tubero, t. I, p. 273, dans POUGENS (pelade)
  13. Ils [les pyrrhoniens] se sont encore voulu aider de certaines façons de parler qui leur étaient particulières ; ce sont celles qu'on a nommées les voix de la sceptique, comme : je ne sais, cela peut être, je ne le comprends pas, etc.
    Vertu des païens, II, Pyrrhon (sceptique)
  14. La loi trompeuse de Mahomet.
    Vertu des païens, II, Zénon (loi [1])
  15. Cicéron le taxe [Épicure] de cela [avoir méprisé les lettres] et particulièrement du peu d'estime qu'il faisait de la dialectique.
    Vertu des païens, II, Épicure. (taxer)
  16. Les païens, gentils et idolâtres… ne peuvent en nulle façon s'être rédimés de la peine du péché originel.
    Vertu des païens, I, État de la loi. (rédimer)
  17. La personne qui en est prévenue [de la jalousie], s'ombrage de l'air qui touche la personne qu'elle aime…
    Dial. d'Orat. Tubero, t. II, p. 388 (ombrager)
  18. Nous remarquerons qu'il [saint Augustin] a été persuadé de la vérité des lettres qui se voient de saint Paul à Sénèque.
    Vertu des païens, I, Avant-propos. (lettre)
  19. Depuis qu'Albert le Grand et saint Thomas principalement se furent donné la peine d'expliquer autant qu'il leur fut possible tous les mystères de notre religion avec les termes de la philosophie péripatétique, nous voyons qu'elle s'est tellement établie partout, qu'on n'en lit plus d'autres par toutes les universités chrétiennes.
    Vertu des païens, II, Aristote. (lire)
  20. Ils [les gentils] étaient si impertinents que de… vouloir que Moïse eût été le transcripteur des inventions d'Hésiode et d'Homère.
    Vertu des païens, II, Platon. (transcripteur)