François de LA MOTHE LE VAYER, auteur cité dans le Littré

LA MOTHE LE VAYER (1588-1672)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LA MOTHE LE VAYER a été choisie.

126 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Cincq dialogues faits à l'imitation des Anciens, par Oratius Tubero 1698 25 citations
De la vertu des païens 1642 78 citations

Quelques citations de François de LA MOTHE LE VAYER

Voici un tirage aléatoire parmi ses 126 citations dans le Littré.

  1. Passant par où quelqu'un des leurs a pissé, ils [les chiens] s'arrêtent tout court pour faire le même.
    Dial. d'Orat. Tubero, t. I, p. 287, dans POUGENS (pisser)
  2. Qu'il [Socrate] était averti par une vertu prohibitive seulement [de son démon].
    Vertu des païens, II, Socrate (prohibitif, ive)
  3. À le bien prendre, la plus raffinée perfection a toujours quelque trait d'imperfection.
    Vertu des païens, II, Avant-propos. (raffiné, ée)
  4. Cette infâme passion d'avarice, que Diogène nommait la métropolitaine de tous les vices.
    Vertu des païens, II, Sénèque. (métropolitain, aine)
  5. Platon enseigne avec l'immortalité des âmes leur passage de corps en corps qu'elles doivent informer successivement.
    Vertu des païens, II, Platon (informer)
  6. Tous ceux qui, s'apercevant de l'impertinence des fausses religions qui avaient cours, refusaient d'adorer la multiplicité des dieux du paganisme, n'en pouvant admettre qu'un,
    Vertu des païens, I, Observations sur les trois états (multiplicité)
  7. Le but que j'avais tant de peine à trouver dans la verdeur de mon âge.
    la Promenade, Dial. II (verdeur)
  8. L'occident, qui nous a donné le nouveau monde, nous fournit des témoignages irréprochables de ce que nous disons, que le christianisme n'a pas été prêché dès le temps des apôtres à toute la terre.
    Vertu des païens, I, État de la grâce. (irréprochable)
  9. Signes indicatoires et infaillibles.
    Dial. d'Orat. Tubero, t. II, p. 62 (indicatoire)
  10. Les choses immortelles, universelles, abstraites de la matière.
  11. L'abandonnement où sont tous ceux qui manquent de fortune.
  12. C'est elle [l'âme] qui nous ride ou nous aplanit le front en un instant, selon ses mouvements intérieurs.
    Vertu des païens, II, Socrate. (rider [1])
  13. Métrodore se persuadait tellement la pluralité des mondes, qu'il ne trouvait pas moins d'absurdité à vouloir que toute une campagne ne fût faite que pour produire un seul épi de blé, qu'à soutenir l'unité de ce monde dans l'étendue infinie d'un si grand univers.
    Vertu des païens, II, Épicure. (pluralité)
  14. Nous n'allons jamais si vite qu'après un faux pas.
    la Promenade, dial. 2 (pas [1])
  15. On lui impute [à Constantin]… d'avoir mis le premier l'impôt du chrysargyre ou de l'or lustral, qu'on exigeait tous les cinq ans.
    Vertu des païens, II, Julien. (lustral, ale)
  16. C'est le propre d'une personne avisée de tirer profit de ses fautes passées.
    Dial. d'Or. Tub. t. II, p. 199, dans POUGENS (profit)
  17. Se peut-il rien concevoir de plus visionnaire et de plus cérébrin ?
    Hom. acad. (cérébrine [1])
  18. Salomon reconnaît la sagesse pour la plus muable ou la plus changeante chose de toutes les mobiles.
    Vertu des païens, II, Pyrrhon. (mobile)
  19. Le miracle de la conversion ou rebroussement du Jourdain.
    Dial. d'Or. Tub. t. II, p. 194, dans POUGENS (rebroussement)
  20. [Comédie d'Aristophane] où Socrate soutenait qu'il n'y avait point d'autres dieux que le chaos, les nues et la langue, enseignait ensuite aux enfants à battre leurs pères, et puis était étranglé, et sa maison brûlée avec son sous-maître Chéréphon.
    Vertu des païens, II, Socrate. (sous-maître, esse)