Théophile GAUTIER, auteur cité dans le Littré

TH. GAUTIER (1811-1872)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme TH. GAUTIER a été choisie.

127 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Aucune œuvre identifiée, le travail d'identification des œuvres reste à faire sur cet auteur.

Quelques citations de Théophile GAUTIER

Voici un tirage aléatoire parmi ses 127 citations dans le Littré.

  1. D'abord superbe et triomphante, Elle vint en grand apparat, Traînant avec des airs d'infante Un flot de velours nacarat.
    Émaux et camées, le Poëme de la femme (nacarat)
  2. Celui qui est rasé, comme on dit en argot de l'endroit, quitte discrètement sa place, les mains dans ses goussets vides.
    Feuilleton du Moniteur universel, 3 juin 1867 (rasé, ée)
  3. Je me plaisais à imiter les styles qu'au collége on appelle de décadence ; j'étais souvent taxé de barbarie et d'africanisme, et j'en étais charmé comme d'un compliment.
    Portr. contemp. 1er portr. celui de l'auteur. (africanisme)
  4. Le ton de la robe [d'un chien], le hérissé du poil,
    cité dans le Dict. de POITEVIN (hérissé, ée)
  5. Nous aurions composé avec ces maîtres si contestés alors, si admirés aujourd'hui, une sorte de tribune ou de salon carré romantique capable de se soutenir à côté des plus belles œuvres anciennes.
    Feuilleton du Journal officiel du 14 févr. 1870 (tribune)
  6. Le boa se déroule et siffle, Le tigre fait son hurlement, Le buffle en colère renifle ; Lui dort ou paît tranquillement.
    Poésies, l'Hippopotame (renifler)
  7. Après ma mort une avalanche De son linceul me couvrira.
    le Chasseur. (linceul)
  8. Chaque artiste résigné à la maigre sportule du siége.
    Journ. offic. 30 août 1871, p. 3082 (sportule)
  9. …doré de légers tons d'ambre comme une peinture de maître qui s'agatise.
    le Bien public, 10 mars 1872 (agatiser (s'))
  10. C'était un esthéticien de première force, un très grand poëte, d'un art très raffiné et très compliqué.
    Portr. contemp. Ch. Baudelaire. (esthéticien)
  11. L'eau s'enfle, comme une poitrine Aux soupirs de la passion ; Le vent, dans sa conque marine, Murmure une incantation.
    Émaux et camées, caerulei oculi (incantation)
  12. Car il est des chasseurs qui font la lâcheté De tirer sur un aigle ivre d'immensité…
    Prologue d'ouverture de l'Odéon (lâcheté)
  13. Il y a là des youyous si légers qu'on les emporterait sous son bras comme un parapluie.
    Monit. univ. 26 mai 1867, p. 631, 3<sup>e</sup> col. (youyou)
  14. Il y a les gens mûrs, chauves, ventripotents, apoplectiques.
    Monit. univ. 3 juin 1867 (ventripotent, ente)
  15. Un tableautin, chef-d'œuvre d'esprit et de couleur.
    Journ. offic. 1er mai 1870, p. 754, 5<sup>e</sup> col. (tableautin)
  16. Ce type, si neuf et si actuel de la jeune fille tintamarresque.
    Portraits contemporains, Jules de Goncourt (tintamarresque)
  17. Puis nous allions déjeuner à l'île Saint-Georges avec des rougets de l'Adriatique, des fruits de mer, du raisin et un pot de vin de Chypre.
    Monit. univ. 22 juin 1868 (fruit [1])
  18. Quelques détails indiqués plus précisément ne nuiraient pas ; à force d'être large, on devient vague.
    Feuilleton du Journ. offic. du 26 juin 1869 (vague [2])
  19. Il faut au peintre qui se consacre à la reproduction fidèle des faits contemporains un courage tout particulier, une prédisposition géniale ; car il n'a pas de précédents ni de modèles autres que ceux qui sont offerts par la réalité.
    Portraits contemporains, Paris, 1874, Horace Vernet (génial, ale)
  20. Posez-moi, sans jaune immortelle, Sans coussin de larmes brodé, Sur mon oreiller de dentelle De ma chevelure inondé.
    Émaux et camées, Coquetterie posthume (inondé, ée)