« contenter », définition dans le dictionnaire Littré

contenter

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

contenter

(kon-tan-té) v. a.
  • 1Rendre content. Parbleu, dit le meunier, est bien fou du cerveau Qui prétend contenter tout le monde et son père, [La Fontaine, Fabl. III, 1] Rien ne la contentait, rien n'était comme il faut : On se levait trop tard, on se levait trop tôt ; Puis du blanc, puis du noir, puis encore autre chose, [La Fontaine, Fabl. VII, 2] Ils contentent le monde en permettant les actions, et ils satisfont à l'Évangile en purifiant les intentions, [Pascal, Prov. 7]

    En parlant des choses. Contentant ses désirs, punis son parricide, [Corneille, Cinna, IV, 2] Pour contenter ses frivoles désirs, L'homme insensé vainement se consume, [Racine, Esth. II, 9] Prince, dès ce moment contentez mes souhaits, [Racine, Bérén. III, 3] Hé bien, régnez, cruel, contentez votre gloire, [Racine, ib. IV, 5] Hé bien, seigneur, allez, contentez votre envie, [Racine, Alex. I, 3] Perfides, contentez votre soif sanguinaire, [Racine, Iph. V, 4] Contentez mon désir et n'ayez point d'effroi, Je vous réponds de tout, et prends le mal sur moi, [Molière, Tart. IV, 5] Une reconnaissance ingénieuse et difficile à contenter n'a pu rien imaginer de plus nouveau et de plus noble qu'un pareil monument, [Fontenelle, Viviani.] Il pouvait contenter tous ses désirs, [Fénelon, Tél. V] Il ne songeait qu'à contenter ses passions, [Fénelon, ib. II] Va contenter des dieux l'inhumaine justice, [Voltaire, Sémiram. V, 1]

  • 2Apaiser quelqu'un en lui accordant une chose. Cet homme ira se plaindre partout si on ne le contente pas. Faites-vous contenter par ce couple céleste, [La Fontaine, Fabl. I, 14]

    Payer. Vous serez pleinement contentés de vos soins, [Molière, Éc. des mar. III, 5]

  • 3Plaire à. Cette musique ne contente pas l'oreille. Pendant qu'elle contentait le monde et se contentait elle-même, la princesse Palatine n'était pas heureuse, et le vide des choses humaines se faisait sentir à son cœur, [Bossuet, Anne de Gonz.]
  • 4Se contenter, v. réfl. Satisfaire son envie, ses désirs. Il y a longtemps que je désire acheter cela, il faut enfin que je me contente. Cherchez… Contentez-vous ; suivez votre humeur inquiète, [La Fontaine, Fabl. VII, 12] La viduité est regardée, non plus comme un état de désolation, mais comme un état désirable où, affranchi de tout joug, on n'a plus à contenter que soi-même, [Bossuet, Anne de Gonz.] Cependant, mes disciples, contentez-vous : si les grands travaux ne rebutent pas votre courage, il peut arriver que la gloire soit votre récompense, [La Bruyère, Disc. sur Théophr.] Je me contenterai par dire qu'il [le duc d'Uzeda] était…, [Saint-Simon, 108, 154]

    S'accommoder de, se borner à. Se contenter de peu. Il se contentait de sa condition. Je ne me contente pas de toutes ces raisons. Contentez-vous de la demande que vous avez faite. Ainsi qui peut vous croire, aisément se contente, [Corneille, Nicom. V, 7] Contentez-vous de savoir Qu'aussi bien que ma sœur j'écoute mon devoir, [Corneille, Agésil. I, 3] Du moins contente-toi de l'avoir étonnée [ma vertu], [Corneille, Hor. II, 6] J'étais heureuse sans amant ; Mon cœur se contentait de régner sur lui-même, [Quinault, Proserp. IV, 11] … Mais du prix qu'on m'offre il faut me contenter, [Racine, Athal. V, 5] César, contentez-vous de la toute-puissance, [Voltaire, Triumv. V, 3] Il en est venu depuis qui ne se sont pas contentés de rire, [Guez de Balzac, liv. VI, lett. 5]

    Se contenter que, avec le subj. Je me contente que vous ayez vu que…, [Bossuet, Hist. III, 6] Les paysans nés esclaves se contentaient qu'une agriculture grossière leur rapportât précisément de quoi vivre, [Fontenelle, Czar Pierre.]

    Dans un sens plus étroit, en demeurer là, ne pas vouloir faire plus que ce qu'on a fait. Je me contente de lui avoir prêté de l'argent et ne veux pas le cautionner.

HISTORIQUE

XVe s. Leur fit departir moult de florins, tant qu'ils s'en contenterent, [Froissart, liv. IV, p. 328, dans LACURNE] Chascun se contenta [fut content] de luy, [Commines, I, 12] Ledit roy d'Angleterre et tous les seigneurs de son royaulme se malcontenterent merveilleusement de quoy le duc de Bourgongne le faisoit si long, [Commines, IV, 5]

XVIe s. Les plus parfaicts se sont bien contentez d'y aspirer, [Montaigne, I, 70] Si mes escripts contentent et toy et les aultres sages, publie-les, [Montaigne, II, 227] En quoy, oultre le service du maistre et de vostre debvoir, faictes chose dont le très grand maistre se contente [est content], [Marguerite de Navarre, L. 15] Sy les Basques estoient aussy bonnes gens, je suis seure que vous vous en contenteriés [que vous en seriez content], [Marguerite de Navarre, ib. 115] Quand on a planté un arbre, on est tousjours soigneux d'y mettre la main, jusques à ce qu'il ait produit du fruit, et alors on se contente, voyant qu'il n'est pas sterile, [Lanoue, 114] Il alla presenter la bataille à Lysander, lequel, se contentant de sa premiere victoire, ne luy sortit point à l'encontre, [Amyot, Alc. 74] Il ne se contenta pas de la resjouir et honorer seulement, ains à son instance et priere il prit femme, sans toutefois se despartir d'avec sa mere, [Amyot, Cor. 5] Martius declara qu'il estoit très aise que son capitaine se contentast si amplement de luy, mais…, [Amyot, ib. 13] Encore que l'on presuppose que les dieux soient faciles à contenter, [Amyot, P. Aem. 5]

ÉTYMOLOGIE

Content.