Marguerite de Navarre, dite aussi de Valois, ou d'Angoulême, reine de Navarre, auteur cité dans le Littré

MARGUERITE DE NAVARRE (1492-1549)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MARGUERITE DE NAVARRE a été choisie.

682 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Lettres de Marguerite d'Angoulême, sœur de François Ier, reine de Navarre, publiées d'après les manuscrits de la Bibliothèque du roi 180 citations
L'Heptaméron, recueil de 72 nouvelles 309 citations

Quelques citations de Marguerite de Navarre, dite aussi de Valois, ou d'Angoulême, reine de Navarre

Voici un tirage aléatoire parmi ses 682 citations dans le Littré.

  1. Et connoissant la verité dont la creance lui causoit plus de mal que la mort.
    Nouv. LXIV (créance [1])
  2. Il lui dit qu'il n'en savoit point de meilleur que de jouer aux cents [piquet].
    Nouv. LIX. (cent)
  3. J'ai entreprins une chose impossible et qui peut, au lieu d'augmenter mon contentement, estre doublement de mon malheur.
    Nouv. IV (doublement [2])
  4. Elle, qui ne lui devoit rien, lui voulut soudain mettre la paille au devant et l'arrester, en l'assurant qu'elle n'aimoit et n'aimeroit jamais autre que son mari.
    Nouv. XI (paille)
  5. Et à cause qu'il n'estoit de maison de mesme qu'elle, il n'osoit decouvrir son affection.
    Nouv. IX (même)
  6. Il avoit eu le bruit d'estre plutost hardi et gentil compagnon que bon chrestien.
    ib. XII (bruit)
  7. Et voyant que le visage lui devenoit jaune, estimerent que c'estoit une opilation de foie.
    Nouv. L. (opilation)
  8. Vous me feriez tort sy vous n'usiez envers moy comme envers vostre mere.
    Lett. 126 (user)
  9. Il est bon quelquefois de forcer sa complexion pour le plaisir de ses amis.
    Lett. 78 (forcer)
  10. En ces bains-là demeurerent tous les malades, jusqu'à ce que, par leur amendement, ils connurent qu'ils s'en pouvoient retourner.
    Préf. (amendement)
  11. J'avanceray mes journées le plus qu'il me sera possible, combien que je ne puis faire grant nombre de lieues.
    Lett. 43 (combien)
  12. Eux, qui pour le travail du chemin n'estoient lassés, ne pour la froideur de l'eau refroidis…
    Nouv. v. (froideur)
  13. Ce porteur vous saura si bien redire des nouvelles, tant du lieu dont il vient que de cetuy cy, que sa suffisance merite donner lieu à sa parole.
    Lettre LXIV (lieu [1])
  14. J'avois du tout laissé le creneche ; mais j'ay esté contrainte de le reprendre, quant c'est venu sur le terme des trois mois [de grossesse].
    Lett. 149 (grenache)
  15. L'une des plus belles couples qui fust en la chrestienté.
    ib. X (couple)
  16. Vous n'en avez jamais voulu parler à nul amy que vous ayiés, pour le luy faire entendre.
    Lett. 124 (nul, nulle)
  17. Nous sommes icy prests à aller où vous voudrés.
  18. Je vous prie surtout, gardés vostre santé et me mandés comme elle se porte.
    Lett. 11 (surtout [1])
  19. J'ai bon besoin de repos, ce que je voys [vais] prendre hors d'avecques ma fille, car elle ést si endemenée que je ne saurois reposer auprès d'elle.
    Lett. 67 (hors)
  20. M. d'Isernay, avant hier je reçus vos lettres du 18e de ce mois, auxquelles hier je vous fis responce.
    ib. 150 (hier [2])