Marguerite de Navarre, dite aussi de Valois, ou d'Angoulême, reine de Navarre, auteur cité dans le Littré

MARGUERITE DE NAVARRE (1492-1549)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MARGUERITE DE NAVARRE a été choisie.

682 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Lettres de Marguerite d'Angoulême, sœur de François Ier, reine de Navarre, publiées d'après les manuscrits de la Bibliothèque du roi 180 citations
L'Heptaméron, recueil de 72 nouvelles 309 citations

Quelques citations de Marguerite de Navarre, dite aussi de Valois, ou d'Angoulême, reine de Navarre

Voici un tirage aléatoire parmi ses 682 citations dans le Littré.

  1. Qu'il lui feroit une telle peur que jamais il luy en souviendroit.
    ib. LIII (jamais)
  2. De sorte que, pour quelque bonne chere qu'elle lui fist, ne pour quelque contension qu'il eust, ne voulut fausser son serment.
    Nouv. XVIII (contention [1])
  3. Ce gentilhomme lui sembla n'estre point si riche, qu'il lui dust tenir fort d'avoir sa amie non plus que lui.
    Nouv. IX (ami, ie)
  4. M. Bayard m'a envoié une accoustumée mensonge que l'empereur a escripte au pape, dont je suis très aise, car les enfans peuvent estre juges de la verité.
    Lettre CXIV (mensonge)
  5. Je feusse plus toust partie, n'eust esté la grant envie que j'avois de voir Chumbert.
    ib. 152 (être [1])
  6. Gouyatte, combien veux-tu par mois de ton labeur ? [il s'agit d'un mari vêtu en chambrière et blutant, dont sa femme se moque].
    Nouv. LXIX. (goujat)
  7. Afin qu'il connoisse de combien vous desprisez [méprisez] sa folie.
    Nouv. IV (dépriser)
  8. Ce porteur vous dira le surplus et comme madame se porte bien de la goutte.
    ib. 77 (surplus)
  9. Bien est vray que toute ma vie j'auray envie que je ne puis faire pour luy office pareil au vostre.
    Lett. XX (envie)
  10. Jamais Pantasilée ne feut receue en tel honneur, lequel procede de vous à qui je le retourne [renvoie].
    Lett. 127 (retourner)
  11. Et d'autant plus se declara après sa mort [d'un homme], qu'elle s'estoit dissimulée durant sa vie.
    Nouv. IX (dissimuler)
  12. Sy les Basques estoient aussy bonnes gens, je suis seure que vous vous en contenteriés [que vous en seriez content].
    ib. 115 (contenter)
  13. Cette beauté tant exquise.
    Nouv. x. (exquis, ise)
  14. Et aurons de quoy respondre aux aultres ou en feinte ou en verité.
    Lett. CXX. (feinte [1])
  15. Laisser un si honneste gentilhomme pour un si vilain muletier.
    Nouv. XX (muletier)
  16. Je voudrois savoir à qui mademoiselle Oisille donnera sa voix [passera la parole]. - Je la donne, dit-elle, à Simontault, lequel, je sais bien, n'epargnera personne.
    Nouv. XXXII (voix)
  17. Je vous promets que je l'ay veu en telle extremité de maladie et si bas, que je vous puis dire que tout le monde, fors moy seulement, estoit desesperé de sa vie.
    Lett. 47 (promettre)
  18. Si j'estoys digne d'estre crue sur ces affaires.
    ib. XCIV (digne)
  19. Il n'estoit possible de faire parler [parlementer] par argent ne par menaces ceux qui gardoient la place.
    Nouv. XVIII (parler [1])
  20. Vous pouvez estre seur que, sy vous estes malade, je retourneray à vous.
    ib. 128 (retourner)