Marguerite de Navarre, dite aussi de Valois, ou d'Angoulême, reine de Navarre, auteur cité dans le Littré

MARGUERITE DE NAVARRE (1492-1549)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MARGUERITE DE NAVARRE a été choisie.

682 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Lettres de Marguerite d'Angoulême, sœur de François Ier, reine de Navarre, publiées d'après les manuscrits de la Bibliothèque du roi 180 citations
L'Heptaméron, recueil de 72 nouvelles 309 citations

Quelques citations de Marguerite de Navarre, dite aussi de Valois, ou d'Angoulême, reine de Navarre

Voici un tirage aléatoire parmi ses 682 citations dans le Littré.

  1. J'espere que Dieu me donnera la grace de vous faire quelque service, au moins de ne rien gaster de la bonne ordre que jusques icy le roy de Navarre a tenue.
    Lett. 88 (ordre)
  2. Ce gentilhomme n'estoit refusé d'estre à son habiller et deshabiller, où toujours il voyoit occasion d'augmenter son affection.
    Nouv. IV (déshabiller)
  3. Vous m'en avés escript si honnestement que jamais je n'en ay faict une seule doubte.
    Lett. 101 (doute)
  4. Je ne crains vous recommander ung si homme de bien.
    ib. 120 (craindre)
  5. Entre autres, y en avoit une, qui… et comme un malheureux souvent cherche l'autre, vint aborder cette pauvre damoiselle.
    Nouv. XX (autre)
  6. Le bien de vous voir est digne d'oublier toute aultre chose pour y parvenir.
    ib. IX (digne)
  7. Le travail des grans journées d'Espagne m'estoit plus portable que le repous de France, où la fantasie me tourmente plus que la peine.
    Lett. XXXVI (fantaisie)
  8. Tomber ou tumber, l'un et l'autre peuvent être reçus, étant en usage.
    BUFFET, Observ. p. 137 (tomber)
  9. Le plus affectionné serviteur et ami qu'elle ait.
    Nouv. IX (affectionner)
  10. J'ai un mari qui me fuit, qui me hait et me despite plus qu'une chambriere.
    Nouv. X (dépiter)
  11. L'amour Qui fut pour moi trop doux et decevant.
    Nouv. XXIX. (décevant, ante)
  12. Si vous tiendrai-je ma promesse : c'est de jamais plus ne nous voir, après la divulgation de nostre amitié.
    Nouv. LXX. (divulgation)
  13. Le gentilhomme craignant sa vie s'il offensoit son maistre, et la damoiselle, son honneur.
    Nouv. XL. (craindre)
  14. La medecine qu'elle lui bailloit pour amender sa douleur la lui rendoit beaucoup plus forte.
  15. Aussi, depuis qu'un homme est deshonté, à grande peine se peut-il amender, parce que la honte retire autant de gens du peché que la conscience.
    Nouv. XLI (déhonté, ée)
  16. M. d'Orleans est cloué sur son livre et dit qu'il veut être saige.
    Lett. XXX (clouer)
  17. Le seigneur de Bonnivet, pour lui arracher son secret, feignit lui dire le sien.
    ib. IV (feindre)
  18. Pleust à Dieu que l'empereur s'essayast de passer le Rosne ! mais je croy qu'il ne l'entreprendra pas, ny aussy d'assaillir le camp.
    L. 127 (aussi)
  19. Elle connoissoit le contraire du faux bruit que l'on donnoit aux François, car ils estoient plus sages…
    ib. XI (bruit)
  20. Et, après qu'il eut fermé la porte et osté sa robe et ses brodequins fourrés, s'en alla se mettre au lit.
    ib. XVIII (brodequin)