Marguerite de Navarre, dite aussi de Valois, ou d'Angoulême, reine de Navarre, auteur cité dans le Littré

MARGUERITE DE NAVARRE (1492-1549)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MARGUERITE DE NAVARRE a été choisie.

682 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Lettres de Marguerite d'Angoulême, sœur de François Ier, reine de Navarre, publiées d'après les manuscrits de la Bibliothèque du roi 180 citations
L'Heptaméron, recueil de 72 nouvelles 309 citations

Quelques citations de Marguerite de Navarre, dite aussi de Valois, ou d'Angoulême, reine de Navarre

Voici un tirage aléatoire parmi ses 682 citations dans le Littré.

  1. J'avois ouï dire que la plupart des Italiens estoient sujets à trois vices par excellence.
    Nouv. LI (excellence)
  2. Là, assis à nos aises, chacun dira quelque histoire.
    Nouv. Préface (aise [1])
  3. Un preau couvert de cerisiers et bien clos de haies de rosiers et de grosseillers fort hauts.
    Nouv. XLIV (préau)
  4. J'ai bon besoin de repos, ce que je voys [vais] prendre hors d'avecques ma fille, car elle ést si endemenée que je ne saurois reposer auprès d'elle.
    Lett. 67 (hors)
  5. Un homme qui se venge de son ennemi et le tue pour un dementir en est estimé plus gentil compagnon.
    Nouv. XLIII (démenti [2])
  6. Madame a esté merveilleusement malade ; vous povez penser la paine et l'ennuy que ce nous a esté !
    ib. 11 (peine)
  7. Au plus fort de son mal, il ne fait que parler et s'esbattre.
    ib. 84 (fort, orte)
  8. Vous n'en avez jamais voulu parler à nul amy que vous ayiés, pour le luy faire entendre.
    Lett. 124 (nul, nulle)
  9. Il commence à se pourmener par la chambre.
    ib. 138 (par [1])
  10. Un jour, il alla mener ses grands chevaux (dont il commençoit à bien savoir le mestier) en une grande place de la ville.
    Nouv. XLII (métier)
  11. Ouïr sermons et predications.
    Nouv. V (prédication)
  12. Vostre amour peult plus en moy que tout le labeur que je saurois prendre à me rendre capable du bien que librement vous me donnez sans nulle deserte, sinon de la pareille affection de la quelle je le reçoy.
    Lett. CXXXVII (librement)
  13. Vous suppliant escuzer la paine que vous donne à lire tant de fascheuses lettres.
    Lett. 72 (excuser)
  14. Le seigneur de Bonnivet, pour lui arracher son secret, feignit lui dire le sien.
    ib. IV (feindre)
  15. Au pis aller je serois trop heureuse de mourir avec tant de vertueuses personnes.
    Lett. 127 (aller [2])
  16. Et encores demain s'en va ma tante de Nemours en Savoye.
    ib. 8 (aller [1])
  17. Monseigneur, je n'estimerai jamais temps perdu, sinon celui où je ne vous pourray fere service.
    Lett. CVIII (sinon)
  18. J'ai reçu les lettres que m'avez escriptes, par lesquelles j'ay congneu que vous estes trop meilleur parent que le roy de Navarre n'est bon mary.
    Lett. 76 (trop)
  19. J'avois du tout laissé le Creneche [le vin de Grenache] ; mais j'ay esté contrainte de le reprendre quant c'est venu sur le terme des trois mois.
    ib. 149 (contraindre)
  20. Je me doubte d'estre au septiesme mois [de ma grossesse], qui y est, après l'huitiesme, le plus dangereux.
    ib. 77 (douter)