Marguerite de Navarre, dite aussi de Valois, ou d'Angoulême, reine de Navarre, auteur cité dans le Littré

MARGUERITE DE NAVARRE (1492-1549)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MARGUERITE DE NAVARRE a été choisie.

682 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Lettres de Marguerite d'Angoulême, sœur de François Ier, reine de Navarre, publiées d'après les manuscrits de la Bibliothèque du roi 180 citations
L'Heptaméron, recueil de 72 nouvelles 309 citations

Quelques citations de Marguerite de Navarre, dite aussi de Valois, ou d'Angoulême, reine de Navarre

Voici un tirage aléatoire parmi ses 682 citations dans le Littré.

  1. Un homme qui se venge de son ennemi et le tue pour un dementir en est estimé plus gentil compagnon.
    Nouv. XLIII (démenti [2])
  2. Si Dieu ne donne mieulx au roy de Navarre, j'ay peur que de 15 jours il ne soit prest à partir d'icy.
    Lett. 136 (de)
  3. Je ne crains à vous donner de la peine.
    Lett. 119 (craindre)
  4. J'ai bon besoin de repos, ce que je voys [vais] prendre hors d'avecques ma fille, car elle ést si endemenée que je ne saurois reposer auprès d'elle.
    Lett. 67 (hors)
  5. J'ay congneu de long temps à vous ung desir au soulagement des subjects du roy si grant, que…
    ib. 159 (désir)
  6. Il n'est point besoing que vous prenez la peine de venir encores, pour les raisons que je vous manderai.
    Lett. 153 (besoin)
  7. Son innocence la faisoit constamment parler.
    Nouv. LXX. (constamment)
  8. Madame m'a dict qu'elle desire merveilleusement à vous voir en ce lieu.
    ib. 11 (désirer)
  9. La premiere faute l'accuse tacitement d'un rapt pour le regard de la fille, et de subornation [tromperie] à l'endroit de la mere.
    Nouv. XLIV (subornation)
  10. Un preau couvert de cerisiers et bien clos de haies de rosiers et de grosseillers fort hauts.
    Nouv. XLIV (préau)
  11. Jeune homme assez mettable en bonne compagnie.
    Nouv. XLIV (mettable)
  12. Il la cherissoit plus que de coutume et prenoit plus près garde sur elle.
    Nouv. X (garde [1])
  13. Je ne suis point voulu passer oultre jusques à ceste heure.
    Lett. LVIII (vouloir [1])
  14. Un jour, il alla mener ses grands chevaux (dont il commençoit à bien savoir le mestier) en une grande place de la ville.
    Nouv. XLII (métier)
  15. Je ne crains vous recommander ung si homme de bien.
    ib. 120 (craindre)
  16. Encores me desplaist-il bien dont elle a sy peu de compaignie, craignant qu'elle s'ennuye.
    ib. (dont)
  17. Je suis fort aise que ce petit traité me présente l'occasion d'obliger les femmes à mépriser la bagatelle pour s'attacher aux choses les plus belles et les plus utiles.
    BUFFET, Observ. p. 174 (bagatelle)
  18. Les plus courtes folies sont toujours les meilleures.
    Nouv. XX (folie [1])
  19. Après l'avoir regardé si longuement, que le jour qui se couchoit en emportoit la vue avecques soy, elle…
    Nouv. XLIII (vue)
  20. Elle connoissoit le contraire du faux bruit que l'on donnoit aux François, car ils estoient plus sages…
    ib. XI (bruit)