Jacques Henri BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, auteur cité dans le Littré

BERNARDIN DE SAINT-PIERRE (1737-1814)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BERNARDIN DE SAINT-PIERRE a été choisie.

441 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Études de la nature 1784 42 citations
Harmonies de la nature 1796 99 citations
La chaumière indienne 1790 53 citations
La Mort de Socrate, drame, précédé d'un Essai sur les journaux, et suivi d'un Discours académique 1808 21 citations
Paul et Virginie 1787 171 citations

Quelques citations de Jacques Henri BERNARDIN DE SAINT-PIERRE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 441 citations dans le Littré.

  1. Un Caraïbe faisait fumer, en signe de paix, des matelots dans son calumet.
    Ét. II, Bienf. (calumet)
  2. Il n'y a pas une seule plante de perdue, de celles qui étaient connues de Circé, la plus ancienne des botanistes.
    Étude IV (botaniste)
  3. Si vous y joignez deux chèvres… et un gros chien… vous aurez une idée de tout le revenu et de tout le domestique de ces deux petites métairies.
    Paul et Virg. (idée)
  4. Je fus frappé de la concordance de leur songe.
    Paul et Virg. (concordance)
  5. Un diamant brut ne se découvre pas comme l'or… mais il a ceci de commun avec l'or qu'il est le plus pesant de tous les cailloux non métallisés.
    Harm. liv. V, Harm. anim. (métallisé, ée)
  6. Il prenait depuis longtemps Jean-Jacques pour un homme de quelque état mécanique.
    De l'Arcadie. (mécanique [1])
  7. La pantomime est le premier langage de l'homme, elle est connue de toutes les nations.
    Paul et Virginie. (pantomime [2])
  8. De cette ouverture, on aperçoit, sur la gauche, la montagne appelée le morne de la découverte, d'où l'on signale les vaisseaux qui abordent dans l'île.
    Paul et Virg. (morne [2])
  9. Les fièvres… empêcheront toujours les Européens d'y faire des établissements fixes.
    Paul et Virg. (fixe)
  10. Cependant le bruit s'était répandu dans l'île que la fortune avait visité ces rochers ; on y vit grimper des marchands de toute espèce.
    P. et Virg. (grimper)
  11. Quant aux mots collectifs de règnes, de classes… ils ont sans doute beaucoup d'insignifiance.
  12. La douleur l'avait submergé.
    Paul et Virg. (submerger)
  13. Il ne répondit à l'exposé qu'elle lui fit de sa situation et de celle de sa fille, que par de durs monosyllabes : je verrai… nous verrons… avec le temps…
    Paul et Virginie. (voir)
  14. J'aimais à me rendre dans ce lieu-là, où l'on jouit à la fois d'une vue immense et d'une solitude profonde.
    Paul et Virg. (vue)
  15. Les singes, habitants domiciliés de ces forêts, se jouent dans leurs sombres rameaux.
    P. et Virg. (domicilié, ée)
  16. Ils ont un goût supérieur à celui de nos choux et semblable à celui des culs d'artichaut.
    Étude. 5 (cul ou cu)
  17. Cependant, à l'orée du bois, on voit déjà fleurir les primevères.
    Étude V (orée)
  18. Les rameaux des arbres sont parsemés de boutons de fleurs blanches et cramoisies.
    Harm. liv. I, Tabl. génér. (cramoisi, ie [1])
  19. L'humanité m'y aurait refusé une poignée de riz, tant la religion m'y avait rendu odieux.
    Ch. ind. (poignée)
  20. Ils croyaient que le monde finissait où finissait leur île.
    Paul et Virg. (finir)