Théodore Agrippa D'AUBIGNÉ, auteur cité dans le Littré

D'AUBIGNÉ (1552-1630)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme D'AUBIGNÉ a été choisie.

Fils de calviniste, élevé à Genève, il a combattu à partir de 1568 dans l'armée hugenote. Blessé en 1577 à la bataille de Casteljaloux, il commença à dicter « Les tragiques » pendant sa convalescence ; le livre ne paraîtra qu'en 1616. Adversaire de l'Édit de Nantes, qu'il considérait comme une humiliation pour les protestants (leur religion n'y était que tolérée et non autorisée), il prit les armes contre Louis XIII et mourut à Genève où il s'était retiré.

3080 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire universelle depuis 1550 jusqu'en 1601 1620 1675 citations
La confession catholique du Sieur de Sancy 1660 118 citations
Les aventures du baron de Fænestre 1617 252 citations
Les tragiques 1616 155 citations
Sa vie à ses enfants, ou Mémoires de la vie de Théodore Agrippa d'Aubigné, écrits par lui-même 1629 186 citations

Quelques citations de Théodore Agrippa D'AUBIGNÉ

Voici un tirage aléatoire parmi ses 3080 citations dans le Littré.

  1. Estant agacé de force calomnies contre le roi de Navarre, il donna un desmenti sous la cornette, si bien que les chefs eurent grande peine à le sauver… que, pour le desmenti, il l'avoit donné sous la cornette, mais en maintenant l'honneur de celui à qui la cornette doit honneur.
    Hist. II, 269 (cornette [1])
  2. Et moi en revanche je vous promets un livret à quoi un de mes voisins travaille.
    Faen. III, 21 (revanche)
  3. Portant quelques chevets de licts sur les murailles, où ils sejournoient jour et nuict.
    ib. II, 441 (chevet)
  4. Tout cela mis en ruines ; et de sept casemattes, les unes abriées de ruines ou aveuglées.
    Hist. II, 46 (abriter)
  5. Après avoir tout un temps joué de la langue [exhorté] en vain envers plusieurs…
    ib. II, 62 (langue)
  6. Tout cela exploité si courageusement, que sans la venuë des Anglois ils allaient baiser [atteindre] l'artillerie.
    III, 391 (baiser [1])
  7. Me voiant exilé de France, j'ai pris à deux mains les occasions qui se sont presentées pour me faire respirer l'air auxquel je suis nai.
    ib. II, 131 (respirer)
  8. Aiant par après pensé ne rendre point le mareschal d'Anville pour ennemi irreconciliable, il laissa aller son frere.
    Hist. II, 233 (irréconciliable)
  9. Sommerive se sauva par le pont de fourches, et le fit rompre à son cul.
    ib. I, 153 (cul ou cu)
  10. J'appelle Melpomene en sa vive fureur, Au lieu de l'Hypocrene, esveillent cette sœur Des tombeaux rafraischis dont il faut qu'elle sorte Affreuse, eschevelée…
    Tragiques, I (hippocrène)
  11. Quelques soldats de la trenchée, voians que le parapet ne faisoit pas grand fumée, s'offrirent à aller voir quel il y faisoit.
    ib. III, 225 (fumée)
  12. D'Aubigné, qui avoit coutume de ne dire adieu qu'à ceux qui estoient prets à mourir ou à se revolter [apostasier], dit adieu au ministre du Ferrier.
    Vie, CXXIII (révolter)
  13. Par cette manœuvre la cour de Navarre changea du blanc au noir.
    Vie, LXXIII (blanc [2])
  14. Le negoce de la paix, qui n'avoit jamais esté intermis, fut repris plus que de coustume.
    Hist. I, 231 (négoce)
  15. Ils en vinrent à mettre leur piquet [ajourner, assigner leur entreprise] sur le retour du comte de Montgommeri.
    ib. II, 51 (piquet [1])
  16. Les assiegeans gagnerent le fond des fossez par mines qu'ils rendirent [poussèrent] jusques dessous le rempart.
    Hist. I, 27 (rendre)
  17. Pour attaquer Oatazene à ce qu'il n'y eust plus personne qui retirast [abritât, donnât retraite à] ses ennemis.
    Hist. I, 36 (retirer)
  18. Le duc de Guise envoya battre l'estrade vers la Fredonniere, qui estoit le premier rendez-vous à l'entreprise de Blois ; ces estradiots luy amenerent prisonniers 30 ou 40 de ceux qui commençoient à se desbander.
    Hist. I, 93 (estrade)
  19. Le prince voyant son amas [armée] pressé de faim, refusé de passage au Liege.
    Hist. I, 339 (amas)
  20. Depuis la S. Barthelemi, ce prince n'avoit repos que entrerompus de tressaux et de gemissemens.
    ib. II, 129 (interrompre)