Théodore Agrippa D'AUBIGNÉ, auteur cité dans le Littré

D'AUBIGNÉ (1552-1630)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme D'AUBIGNÉ a été choisie.

Fils de calviniste, élevé à Genève, il a combattu à partir de 1568 dans l'armée hugenote. Blessé en 1577 à la bataille de Casteljaloux, il commença à dicter « Les tragiques » pendant sa convalescence ; le livre ne paraîtra qu'en 1616. Adversaire de l'Édit de Nantes, qu'il considérait comme une humiliation pour les protestants (leur religion n'y était que tolérée et non autorisée), il prit les armes contre Louis XIII et mourut à Genève où il s'était retiré.

3080 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire universelle depuis 1550 jusqu'en 1601 1620 1675 citations
La confession catholique du Sieur de Sancy 1660 118 citations
Les aventures du baron de Fænestre 1617 252 citations
Les tragiques 1616 155 citations
Sa vie à ses enfants, ou Mémoires de la vie de Théodore Agrippa d'Aubigné, écrits par lui-même 1629 186 citations

Quelques citations de Théodore Agrippa D'AUBIGNÉ

Voici un tirage aléatoire parmi ses 3080 citations dans le Littré.

  1. Tous ceux qui estiment autrement sont pié-gris, rustiques et carrabins.
    Fœn. III, 22 (carabin [1])
  2. Si tost que les deux compagnons ouirent parler de cette rumeur, ils prirent l'air sous couleur d'aler à la guerre, et depuis on a su leurs projets.
    Hist. III, 60 (air [1])
  3. Il fut six sepmaines prisonnier dans un engein de bois pointu par le bas, que les questionnaires appellent chausse-d'hypocras.
    Hist. I, 75 (chausse)
  4. Le duc de Guise, familiarisant encor avec l'admiral de Chastillon, luy rapporta que le prince de Condé ne s'estoit pas conduict comme son ami pour le gouvernement de Picardie.
    Hist. I, 87 (familiariser)
  5. Il se tenoit assez loing d'eux pour ne les effrayer, assez près pour les pousser dans la tonnelle.
    Hist. I, 101 (tonnelle)
  6. Les catholiques quittent et s'espardent par le bourg.
    Hist. II, 241 (épars, arse [1])
  7. Un haut-de-chausses de veloux cramoisi rouge.
    Faen. III, 23 (cramoisi, ie [1])
  8. Il y a après la diversité de rotondes à double rang de dentelle, ou bien fraises à confusion.
    Faen. I, 2 (fraise [4])
  9. Cette espionne avertit et pressa son mari et ses compagnons.
    Hist. II, 60 (espion, onne)
  10. La balle, aiant fait un bond, donne dans le corps du mareschal de Biron et tua ce capitaine.
    Hist. III, 267 (bond)
  11. Il predit à son maistre que ce dessein ne reussiroit pas… effectivement tout ce projet ne reussit rien qui vaille.
    Vie, XC. (effectivement)
  12. Mustapha, par ce moyen avant foudroyé tout ce que l'artillerie pouvoit voir, mit la place hors de toute deffense.
    Hist. II, 245 (artillerie)
  13. Les princes penchent aisement du costé que leur inclination naturelle les conduit.
    ib. II, 250 (que [1])
  14. Le grand-maistre se jette de nuict dans le grand cavalier des Turcs par les embrasures larges, comme faittes pour doubles canons.
    Hist. I, 245 (embrasure)
  15. Les deux furent trainez sur des clies, et le peuple les poursuivit, et couvrit de fanges et d'opprobres.
    Hist. II, 32 (claie)
  16. Une longue barre de fer, d'un costé en pince et l'autre en pointe ronde.
    Hist. II, 372 (pince)
  17. Ils quittent leurs tranchées et d'effroi en effroi se mettent en fuite.
    ib. II, 68 (effroi)
  18. J'ai veu plusieurs jurisconsultes et grands hommes d'Etat s'etendre sur cet affaire [le duel].
    Faen. I, 9 (affaire)
  19. En demandant à Querais une levrette, aussi bien, disoit-il, vous n'avez pas moyen de la nourrir.
    Hist. II, 155 (levrette)
  20. Tant de sang que les rois espanchent à ruisseaux S'exalle en douce pluie et en fontaines d'eaux, Qui, coulantes aux pieds de ces plantes divines, Donnent de prendre vie et de croistre aux racines.
    Tragiques, édit. LALANNE, p. 147 (racine)