Théodore Agrippa D'AUBIGNÉ, auteur cité dans le Littré

D'AUBIGNÉ (1552-1630)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme D'AUBIGNÉ a été choisie.

Fils de calviniste, élevé à Genève, il a combattu à partir de 1568 dans l'armée hugenote. Blessé en 1577 à la bataille de Casteljaloux, il commença à dicter « Les tragiques » pendant sa convalescence ; le livre ne paraîtra qu'en 1616. Adversaire de l'Édit de Nantes, qu'il considérait comme une humiliation pour les protestants (leur religion n'y était que tolérée et non autorisée), il prit les armes contre Louis XIII et mourut à Genève où il s'était retiré.

3081 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire universelle depuis 1550 jusqu'en 1601 1620 1676 citations
La confession catholique du Sieur de Sancy 1660 118 citations
Les aventures du baron de Fænestre 1617 252 citations
Les tragiques 1616 155 citations
Sa vie à ses enfants, ou Mémoires de la vie de Théodore Agrippa d'Aubigné, écrits par lui-même 1629 186 citations

Quelques citations de Théodore Agrippa D'AUBIGNÉ

Voici un tirage aléatoire parmi ses 3081 citations dans le Littré.

  1. Après cette charge les gens de pied se resolurent en deux bataillons, mais cette grosse troupe leur passa sur le ventre.
    Hist. I, 26 (résoudre)
  2. … De tant d'hazardeux hommes qu'il avoit, n'en trouva aucun pour subir ce peril.
    Hist. III, 31 (hasardeux, euse)
  3. Vos gens sont meusniers, mon cousin. - C'est pour toucher vos asnes, madame.
    Hist. I, 140 (toucher [1])
  4. Les condamnez [les jésuites chassés par le parlement] triompherent de leurs juges, firent chanter des palinodies au venerable senat ; mirent l'authorité du parlement, l'honneur de la France et la piramide à bas [celle qui mentionnait leur expulsion].
    Hist. III, 539 (palinodie)
  5. L'arquebouse à la main gauche et l'espée à la droite.
    ib. III, 14 (arquebuse)
  6. Puis concluoit en conseillant de surseoir toutes chases jusques à une tenue d'estats.
    Hist. I, 95 (surseoir)
  7. 5000 paires de souliers communs, 11000 paires de souliers cordez.
    Hist. III, 87 (corder)
  8. J'estois aide d'enseigne au regiment de Chappes. Aide-enseigne est un honneste homme qui aide à porter le drapeau ; comme on dit aide de camp, aide de sergent major, aide de sergent de bataille ; on commence à dire aide de caporal, aide de tambour. Tout se fait par aides ; j'ai veu qu'on ne parloit d'aides de lict qu'en Pologne.
    Faen. IV, 15 (aide)
  9. Steinbach avec bon nombre de picquiers soustient et renvoie les Espagnols.
    Hist. II, 94 (piquier)
  10. Vous allez montant de rideaux en rideaux aisez à escarper jusques aux maisons de la ville.
    Hist. I, 298 (rideau)
  11. Une paire de bottines fourrées de peau de lievre.
    Faen. III, 22 (bottine)
  12. En haine de son exaltation on abaissoit son extraction.
    Hist. II, 450 (exaltation)
  13. On n'emploie pas seulement les personnes à chasser les oiseaux [des chenevières], mais les choses mortes, qu'on appelle au païs les babouins.
    Faen. III, 15 (babouin)
  14. Les paysans retirez [dans Sancerre assiégée] qui se servoient principallement de fondes, d'où vint que les assiegeans les nommerent les harquebuses de Sancerre.
    Hist. Il, 41 (fronde [1])
  15. Le roi exagera le fait par parolles si violentes, criant que c'estoit lui qui estoit blessé [lors de la blessure de Coligny] ; la roine mere le r'encherit, disant que c'estoit toute la France.
    Hist. II, 14 (renchérir)
  16. Les Rochelois contribuerent à cette entreprise comme partisans, mais principalement comme marchands, pour renvoier à leur havre qui n'est que de barre [c'est à dire auquel on ne peut entrer qu'à mer haute] les navires qui cerchoient Brouage, pour estre lors estimé le second havre de France.
    III, 18, 19 (barre)
  17. Les jeux, les passe-temps et les esbats d'icy N'estoient qu'amers chagrins, que collere et soucy Et que gehenne, au pris de la joye eternelle, Qui sans trouble, sans fin, sans change renouvelle.
    les Tragiques, VII (renouveler)
  18. L'un n'oublia rien aux persuasions, et l'autre à des reffus mal gracieux.
    Hist. II, 139 (malgracieux, euse)
  19. La glace creva et enfonça plus de 120 hommes.
    ib. III, 203 (crever)
  20. Aliculi, Cham et Simon allerent au devant, et firent un grand escarre à la teste [front, avant-garde] de Assam ; mais le gros des Turcs arrivant au combat, Aliculi fut pris.
    Hist. II, 388 (escarre [2])